Esotérisme, politique et philosophie

Néo-carbonarisme et dépôts initiatiques

Néo-carbonarisme et dépôts initiatiques

Par A.R. Königstein

Nous avons vu plus haut que les hommes absolument différenciés circulent indifféremment d’une classe à l’autre. Or, les âges noirs sont les plus incertains pour les accès à l’être qui se referment au fur et à mesure des avancées du bourgeoisisme. Et sans doute n’y a-t-il en Occident plus trop de temples au toit crevé par lequel contempler les étoiles. Les églises ne méritent pas même qu’on en parle ; le Compagnonnage peut encore peut-être en être un ; la Maçonnerie aussi. Mais, en ces temps où la persécution menace toujours l’Asile des sages, les Connaissants d’Abellio, les Immortels du tao ou les Adeptes de l’Art auront à confier leurs dépôts dans des sanctuaires que méprisera la masse et l’élite, comme ils le firent en cachant les arcanes de la Haute Science dans les farces de Rabelais ou les picaresques aventures de Don Quichotte. C’est pourquoi le réveil de la Charbonnerie peut être une aubaine en ce que, sitôt qu’elle sera réactivée, elle attirera par devers elle autant de bouchers célestes que de voleurs minés par la traque, autant de romanichels voleurs de poules que de sincères cherchants allant aux limites extrêmes de ce que l’initiation de l’Occident noir peut leur conférer. C’est cet environnement qui sera propice pour y déposer les Arcanes en attendant que le cap soit passé. Aussi devra-t-on déjà fortifier les deux grades symboliques, puis élaborer un système de hauts grades (il y en avait cinq dans la Charbonnerie de métier italienne) qui seront les conservatoires de la tradition. Ainsi, au moment de la fin du comput, on peut raisonnablement espérer que ce dépôt, méprisé, décrié, ridiculisé pourra passer intact de l’autre côté et servir à reconstruire sur les ruines de la modernité.

 Enfin, toute initiation, en tant qu’elle est expérience singulière et intime de sa mort, doit pouvoir aussi apporter quelque chose à l’impétrant. Si le carbonarisme militant — militaire ? — que nous décrivons ici est une opportunité métaphysico-politique, s’il est un asile sûr pour la transmission de rituels de hauts grades, il est en plus pour le carbonaro un moyen de foudroiement excellent.

 Le néo-carbonarisme est porteur de valeurs qui consacrent l’auto-héroïsation du carbonaro intégral. Sur ce point, il convient de rappeler que l’hermétisme traditionnel paraît être d’abord une technique de captation du menstruum universale par lequel se peut faire la régénération intégrale de la nature, réintégrant ses qualités ontologiques, et échappant à la peccabilité inhérente à sa nature manifestée. Les techniques opératoires de l’Art d’Hermès ont pour fonction la recherche d’un pouvoir — au sens où le sorcier traditionnel est un homme de pouvoir, même s’il n’exerce pas de responsabilité politique (4) —, du pouvoir qui préexiste à la forme et qui en est la cause et la source. C’est pourquoi, si la voie héroïque (5) est la manifestation objective de la volonté et de la puissance — est puissant celui qui peut néantiser ce qui n’est pas lui —, alors elle a beaucoup d’analogie avec l’hermétisme traditionnel dont la fonction semble bien d’actualiser la puissance d’une personne en descendant graduellement jusqu’à la racine pivotale où elle est cause d’elle-même (6). La production d’un certain type d’initiés comme héros produits par leur propre volonté dans l’épreuve de l’action, production déterminée par les spécificités des rituels carbonari que nous proposons, est compatible avec l’Art d’Hermès, et c’est pourquoi nous pensons qu’à ce titre, il y a place, dans les futurs hauts grades carbonari pour de tels dépôts.

 En effet, le carbonarisme peut être une voie de l’action, comme expérience réalisatrice, non limitée aux domaines des mystères, mais heureusement destinée à mettre en œuvre une praxis pour un monde où tous les accès au mystères sont obturés, où seules ruines et cendres demeurent. Le carbonarisme, comme voie noire, disions-nous, peut être une technê adaptée à ceux qui sont passés au stade du nihilisme existentialiste, mais l’ont transcendé dans la positivité du nihilisme du nihilisme. L’initiation peut être acquise, dans un monde agonistique, par la voie héroïque de la transgression.

 Or, quelle est celle-ci ? D’abord, elle doit passer par cette révolte métaphysique sur laquelle nous avons longuement insisté et qui doit être au cœur de l’Apprentissage carbonariste. Ensuite, les motifs mêmes qui avaient implicitement nourris cette révolte disparaissent, se dissolvent et deviennent illusoires pour le type d’homme nouveauté ressuscité par le grade de Maître. Si l’homme moderne, étourdi et effrayé par le vide métaphysique qui cerne de toute part sa solitude, se réfugie dans les systèmes réconfortants et illusoires des montreurs de marionnettes et des démagogues de tout poil, l’initié traditionnel se passe des opiacées et des valeurs de substitution, parce qu’il porte en lui sa propre norme spirituelle et transcendantale.

Alors, à cet instant, l’initié au Noir de charbon s’ouvre à cette essence absolument étrangère en lui, absolument indifférente aux conditionnements de toute sorte, nature propre, source obscure et inconnaissable de laquelle tout procède, force primitive et primordiale et volonté pure et qui coïncide avec sa nature profonde. Alors l’initié revenu à une personnalité transcendantale, atomique et imputrescible est-il lavé des impulsions secondaires de son caractère. Mais cette rencontre avec le Soi de soi ne se peut faire qu’au terme d’une épreuve, ou d’épreuves, grâce auxquelles l’homme se lave de lui-même, se détache de sa fonctionnalisation existentielle ou sociale, immanentiste et naturaliste, et coïncide avec son Centre. Les épreuves conduisent l’homme traditionnel à passer au feu ronflant et tournant qui le font se détacher de lui-même, à ne fuir plus aucune expérience, à tout embrasser du monde sans s’attacher à rien, pas même à soi. C’est cette ouverture au monde, comme fin et comme moyen du détachement transpersonnel qui peut être expérimenté à travers l’action subversive proposée dans le carbonarisme, et qui produit un nouveau style d’homme passé par les sept laveures du feu du baptême et permet la fusion avec une forme qui préexiste à l’être. Ce « réalisme héroïque » immerge l’homme traditionnel dans le monde, au-delà du pathos misérabiliste, dans une sorte de surréalisme pratique. Cet extrême dénuement, ce détachement qui fait que la voie suivie est celle qui n’en est plus une, voilà la voie des madjûb, des jongleurs, des chemineaux et des parias.

 Voir en ligne : Les Braises sous la Cendre.

Néo-carbonarisme et dépôts initiatiques. Tiré de l’ouvrage « Les Braises sous la Cendre » par A.R. Königstein – éditions Gouttelettes de Rosée 1999.

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.

Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.

L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil…
Melmothia & Spartakus FreeMann

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This