Autres Magies

Contre les magiciens

Contre les magiciens | KAosphOruS WebZine Chaote

 Par Milarepa

J’ai récemment, au cours d’une soirée, eu l’occasion de discuter avec un « sorcier » (i.e. : un niais qui croit que la nature est amour et harmonie et qui vénère les papillons et les petits lapins), un « mage » (i.e. : un idiot qui appelle son pénis « baguette magique » et qui croit 1) qu’il existe des entités occultes intelligentes 2) que lesdites entités se sentent concernées par ses petits rituels ridicules) ainsi que quelques amis plus ou moins spirites. En grande partie pour les « troller », je l’avoue, j’ai été amené à défendre un point de vue assez radical, contre toute forme de magie. Je vous soumets donc mon discours, pour voir ce que vous en penserez…

 Commençons par nous demander si la magie procure un bénéfice matériel quelconque. Il semble évident que s’il était possible de faire appel à des forces invisibles et supra-causales à des fins aussi pragmatiques que l’amour, la fortune ou quoi que ce soit de ce genre, les détenteurs de ce pouvoir auraient un très grand avantage social et économique sur le commun des mortels. Or, il suffit de s’intéresser à la vie des plus grands occultistes modernes et contemporains pour s’apercevoir que la plupart d’entre eux (Crowley et Spare les premiers) ont eu, comme qui dirait, des « VDM ». Ils étaient magiciens, « grands magiciens » même -apparemment- , pourtant, leurs vies sont des échecs retentissants, et me semblent toutes plus malheureuses les unes que les autres.

Je pense que l’on peut alors estimer que la magie n’apporte pas grand-chose matériellement, au moins à long terme. Pour pousser le bouchon un peu plus loin : matériellement parlant, elle est une redoutable perte de temps.

LIRE
Le Rituel Kabbalistique de l’Etoile Flamboyante

Reste bien sûr l’inévitable argument (accompagné du regard mystérieux et méprisant de l’initié qui s’adresse au profane inculte) « tu peux pas comprendre, les bénéfices sont bien supérieurs à tout ce que tu peux imaginer, ils dépassent ton entendement, etc. ». Certes. Des bénéfices spirituels, donc. Pourquoi pas, ça a le mérite d’être plus difficilement réfutable. Seulement, si tous ces rituels ont une visée « spirituelle », pourquoi les qualifier de magie plutôt que de mysticisme ou de spiritualité, par exemple ? Le mot magie renvoie clairement à l’idée d’une influence surnaturelle sur le monde de tous les jours. Pourquoi jouer avec un tel faux-sens ? Faire peur aux non-magiciens et les manipuler psychologiquement ? Ça marchait peut-être il y a deux mille ans, mais aujourd’hui, menacer quelqu’un de lui lancer un sortilège ne fera que provoquer l’hilarité générale… Dissimuler les véritables intérêts de la magie aux profanes ? Le faire dans l’autre sens aurait été plus logique. Laisser miroiter tacitement la promesse de pouvoirs surnaturels ne peut avoir qu’une conséquence : attirer des losers, des types qui veulent que leurs problèmes se résolvent tout seul, « par magie », plutôt que de se prendre vraiment en main. Il me semble que pour des sociétés qui se veulent souvent élitistes, il ne s’agit pas forcément d’une très bonne stratégie.

Revenons-en aux « bénéfices spirituels ». Pourquoi choisir, pour livrer une telle quête, une pratique au nom si mauvais, et dont les concepts et symboles s’accumulent de façon aussi incohérente ? Qu’est-ce qui peut bien inciter à croire que l’accomplissement spirituel passe par un tel mélange insolite de traditions mal-comprises (et souvent réinventés), par de tels rituels arbitraires, et par ces petits gribouillis occultes ? Pourquoi ne pas commencer par s’interroger, philosophiquement, sur ce que je veux vraiment et sur ce que je dois vraiment chercher ; et ensuite, éventuellement, s’engager dans un mysticisme plus profond et moins bling-bling ?

LIRE
Erreur de Genèse [1]

 Quoi qu’il en soit, que ce soit d’un point de vue matériel ou spirituel, la magie me semble n’être rien d’autre qu’une insulte à la raison humaine.

 Contre les magiciens, Milarepa, 2013.

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone. Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire. L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil… Melmothia & Spartakus FreeMann

Partagez
Tweetez
Enregistrer