Art, Poésie et divers

Et enfonce ses clous dans nos limbes noircies…

Et enfonce ses clous dans nos limbes noircies

Par xOv

1/

Souvenirs de jeunesse

Sans pouvoir saisir la détresse

Souvenirs de jeunesse

Névrose qui revient sans cesse

Psychopathe, marginal, mutilation méthodique

Souvenirs de jeunesse

Sans roi ni déesse

Souvenirs de jeunesse

prophéties sans faiblesse

2/

Le vent blesse nos âmes comme la lame d’un rasoir

Et enfonce ses clous dans nos limbes noircis,

Effluves vengeresses obscures comme le soir

Que coule le sang, ainsi coule le sang rassis,

Que souffle le vent et il souffle ardemment

Ravivant le bûcher érigé non sans hâte

Voici l’obscur palais d’une religion végétale.

3/

Nos rêves d’acétone

Nos esprits vermoulus

Que dieu nous pardonne

Mais nous sommes des Anges

Déchus

4/

Enfant des limbes sans existence

Ni dans la vie, ni dans la mort

Prisonnier de l’indifférence

Enfant des limbes, tu sais ton sort

5/

…tu sais la vie a des mécaniques bien étranges, elle nous pousse à croire et espérer quand les autres ne voient plus le monde autrement qu’a travers les yeux de morts vivants…

6/

Nomades des beaux quartiers

Je ne fermerai jamais ma gueule

Sur la misère et l’exploitation

Je me retrouverai peut être tout seul

Dans la rue à crier comme un con

A remonter les artères de la ville

A laver les vitres de vos automobiles

A faire la manche au coin de la rue

Dans un air de ma tu vu !

Puis j’irai boire pour me sentir moins seul/ puis il ira boire pour se sentir moins seul

Sous le réverbère je construirai ma maison / Sous le réverbère il construira sa maison

LIRE
La vraie histoire des faux Nécronomicon [1]

Au petit matin on dévisagera ma gueule/ peut être que ce matin on lui matraquera la gueule

Puis on m’enverra en prison / puis on l’enverra en prison

Je voudrai juste qu’on m’accorde asile

Chez moi c’est la guerre chui kabyle !

On m’a promis du travail chui venu

Je leur ai filé mes tunes, j’en ai plus !

J’ai repris la route et chui pas le seul

A dénoncer la misère et l’exploitation

Je ferais mieux de fermer ma gueule

Ou de chanter de belles chansons

Vous avez le sens critique vous ?

Vous êtes des spectateurs consommateurs.

7/

tttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt

…Et si je meure ne pleure pas

Les âmes en peines ne se trouvent pas

Sur moi le jour ne se lèvera pas

Que la mort me prenne puisque la vie ne me veut pas

8/

Génocides song

Des images jaunis font office de mémoire

mais sur tout les champs, c’est ruines et cimetières

Et ces anesthésistes qui marchent au pas !

Et ces anesthésistes qui marchent au pas !

Et tous les génocides que l’on ne voient pas !

Et tous les génocides que l’on ne voient pas !

Pourtant le chant d’un génocide ne trompe pas

Cela donne a peu prés ça…Arrrrrrrgrrrr

Rayonnement crépusculaire,

déliquescence de nos âmes.

Quand le Roi cynisme Triomphe

dans la lueur du fracas,

quand Effroi rime avec solitude

dans la brume de la foi,

Quand le gouffre est une image de l’agonie…

La certitude du feu dévaste

Les étendues innocentes de nos âmes.

Lueur de la flamme-beauté du chaos…

Dans l’intégralité de mes pensées

LIRE
La méthode du cut-up de William S. Burroughs

je ne désire rien d’autre que l’éradication

de l’Homme et ….

de sa providentielle rédemption…

Nous nous sommes jetés dans le vide

et tandis que la nuit se fait, la foret dévoile

une partie de ses mystères, les eaux se

confondent au ciel, les esprits se retournent…

ma tombe m’est désignée

L’ Enfer des hommes est ici bas…

L’ENFER est ici bas…

Le dernier Enfer est Là

9/

Dans mon cœur de charbon

Dans mes veines pavées de bitume

Dans la noirceur de mon âme

Dans mes peines à l’encre de Chine

Je ne pense qu’au noir

Je ne pense qu’au noir

Je ne pense qu’au noir

Je ne pense qu’au noir

10/

Je me sens comme un acacia dans un désert

Envoyant des signaux d’alerte

Prévenant mes frères quand la menace nous guette…

Mes messages demeurent sans réponses

Où sont nos liens mystiques ?

Suis-je déjà dans un monde oblique ?

Et enfonce ses clous dans nos limbes noircies… xOv

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone. Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire. L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil… Melmothia & Spartakus FreeMann

Partagez
Tweetez
Enregistrer