Esotérisme, politique et philosophie

La Revanche Orgasmique du Mythe Apocalyptique

La Revanche Orgasmique du Mythe Apocalyptique

Par Robert Anton Wilson

« Le ciel dégringole ! Le ciel dégringole ! » – Chicken Little

Dans les années 1980, Vicki Weaver, une chrétienne fervente, persuada son mari Randy qu’il était démontré dans la Bible que la bataille finale entre le Christ et l’Antéchrist aurait lieu en 1987 et qu’elle s’ouvrirait par le massacre des chrétiens par le ZOG – le gouvernement d’occupation sioniste à Washington. Les époux (et leurs enfants) se rendirent donc dans une montagne de l’Idaho – Ruby Ridge – où ils prévoyaient de vivre leur dernier combat pour le Seigneur.

Hélas, 1987 passa et Vicki dut refaire ses calculs, les choses étant devenues quelque peu floues. Puis, au début des années 90, Randy vendit un fusil de chasse à canon scié à un informateur du gouvernement et des fédéraux déboulèrent pour procéder à son arrestation. Randy et Vicki pensèrent qu’ils étaient confrontés aux Zog, tandis que les fédéraux se dirent qu’ils avaient affaire à des fous, et les résultats de l’affrontement furent tellement sanglants que l’affaire Ruby Ridge reste encore controversée de nos jours.

Parfois, l’Apocalypse peut vous gâcher toute la semaine.

D’un autre côté, j’ai personnellement survécu à l’apocalypse tellement de fois que je commence à trouver ça ennuyeux. Au cours de ces trois derniers mois, j’ai – nous avons tous – survécu à trois dates eschatologiques de premier plan que les autorités ont désigné comme Le Jour du Jugement (le 11 août, le 11 septembre et le 7 novembre).

Je me demande pourquoi tant de gens ressentent un tel désir lascif pour l’apocalypse ? Il semble que ce soit un jeu bien plus populaire que Donjons & Dragons, et, bien sûr, il procure autant de frissons qu’un slasher. Mais il y a sans doute davantage ici, comme il y également davantage dans les longs-métrages d’horreur et les films catastrophe.

Les néo-freudiens et surtout les adeptes de Reich suggèrent que notre forme de civilisation nous étouffe et nous pressure tellement que nous aspirons de temps à autre à une orgasmique, mais catastrophique, « explosion », comme King Kong brisant ses chaînes et ravageant New York, ou plus encore comme un masochiste ployant sous le joug de la servitude, selon le Dr Reich. Cette soudaine libération de l’esclavage inhérents à nos emplois et nos impôts – appelé le « Ravissement » par les fondamentalistes – semble terriblement attrayante pour les chrétiens, adeptes du New Age, et d’autres croyants en une « âme » susceptible de survivre au naufrage général.

Dans cette perspective, la fin du monde n’est guère plus inquiétante qu’une visite chez le dentiste : vous savez que vous vous sentirez mieux après. Cette forme de désir pour une fuite radicale / un anéantissement radical a toujours eu ses chantres et ses visionnaires. Le christianisme, par exemple, a débuté comme une secte millénariste typique :

« En vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici présents ne goûteront point la mort qu’ils n’aient vu le royaume de Dieu venu avec puissance » — Marc 9-1.

« Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles (….) Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n’arrive » — Luc 21 – 25, 32.

« Alors, le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel (…) Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n’arrive » — Matt 24 – 30, 34.

Bien sûr, quand tous les signes sont là mais qu’une génération a finalement laissé place à la suivante sans que l’apocalypse n’ait eu lieu, les prophéties nécessitent des réinterprétations. Le second talent le plus fréquent chez les millénaristes – après leur capacité inégalée pour prévoir la date à laquelle ce monde rechigne à se terminer – est leur capacité à recalculer les dates. Mais alors, la logique théologique prend des allures de coup de poker.

Pour ceux qui ne sont pas investis dans la logique du Ravissement, les prophéties de malheur recèlent une autre faille : une partie seulement de l’humanité est censée périr. Dans ces scénarios, ceux qui adhèrent aux « bonnes croyances » survivront, bien qu’ils aient probablement besoin pour cela de stocker de la nourriture, de l’eau, et des armes à l’avance.

Ceux qui ont les « bonnes croyances » sont bien sûr ceux qui croient au Prophète. Voilà qui révèle une composante sadique mêlée au masochisme de la mentalité millénariste : Nous, nous ne souffrirons que modérément, tandis que vous, bandes d’enfoirés, vous allez en chier un maximum. Freud lui-même a déclaré que le sadisme contenait toujours un peu de masochisme et réciproquement.

Voici une liste de quelques apocalypses dont l’échéance a dû être reportée :

• 1141 – Hildegarde de Bingen prédit la fin du monde pour l’année en cours. Cela n’arriva pas.

• 22 octobre 1844 – Cette date fut calculée d’après la Bible par William Miller, qui avait déjà commis une gaffe en annonçant que l’apocalypse aurait lieu en 1843. Lorsque la prophétie de 1844 échoua à son tour, de nouveaux calculs basés sur les mêmes textes donnèrent naissance aux adventistes, aux adventistes du septième jour et, plus tard, aux Témoins de Jéhovah.

• les témoins de Jéhovah avaient choisi à l’origine 1914 comme année jackpot. Certains d’entre eux se réjouirent de la sanglante guerre mondiale débutant cette année-là, comme étant un signe palpable et indéniable du « commencement » de la fin. D’autres proposèrent comme dates de l’apocalypse : 1918, 1920, 1925, 1941, 1975 ou encore 1994. J’ai survécu à chacune d’elles, et je suppose que vous aussi – sans quoi vous ne seriez pas en train de lire ce texte.

• En 1957, un pasteur nommé Mihran Ask choisit le 23 avril 1957 comme Jour du Jugement Dernier. Je m’en rappelle très bien parce que Paul Krassner déclara dans le numéro suivant de la revue The Realist [NDT : un magazine satyrique] que le monde avait réellement pris fin ce jour-là, mais que nous n’y avions pas fait attention.

• En 1986, Moses David du groupe Children of God prédit que la bataille de l’Armageddon aurait lieu dans le courant de l’année et que le Christ reviendrait en 1993.

• En 1983, Bhagwan Shree Rajneesh prédit la catastrophe commencerait en 1984 et atteindrait son point culminant en 1999.

• Le célèbre psychique Edgar Cayce prédit que le Christ serait de retour en 1998. Pourquoi n’avons-nous pas entendu parler de lui ? Peut-être a-t-il des difficultés à trouver une chambre à louer.

• Un autre médium, Criswell – surtout connu pour ses performances oratoires dans les films d’Ed Wood –  prédit que le 18 août 1999 marquerait la fin des temps.

Ceci n’est qu’un échantillon très mince de fins du monde n’ayant pas eu lieu ; si vous êtes curieux, vous trouverez facilement des listes plus longues ici ou là. Jusqu’à présent, la performance des millénaristes est toujours resté au score de 0.000. Ce qui n’arrêtera pas, bien entendu, ce jeu de devinettes. Nous avons survécu à la supposée chute de trois météores du 7 novembre, mais nous avons encore devant nous l’an 2000 ; et si nous survivons, eh bien le Weekly World News a récemment rapporté que les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse avaient été aperçus dans les environs de Santa Fe…

Tant que les gens aiment se faire peur et faire peur aux autres, les films d’horreur resteront un genre populaire, de même que l’apocalypse. Choisissez une date – n’importe laquelle – et vous deviendrez le leader d’un nouveau culte. Vous pourriez même devenir aussi riche que Rajneesh ou le pape.

La Revanche Orgasmique du Mythe Apocalyptique. Robert Anton Wilson, « Coming Again : The orgasmic release of the Apocalypse myth », publié le 15 novembre 1999 dans Whoa ! Traduction française par Melmothia, 2010.

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil… Melmothia & Spartakus FreeMann

  1. Il faut peut-être entendre le mot dans le sens de révélation. On ne peut pas dire que l’on ne change pas dans sa vie, même si on vieillit, même si ce n’est qu’un besoin, sans être relatif à des troubles mentaux apparents. Aussi, je dirais, que certains ont acquis plus de valeurs que d’autres, un peu comme l’argent, mais au sens moral, et que certains veuillent partager le savoir de ceux qui ont choisit un meilleur chemin, en massacrant des pauvres gens, en faisant tomber des gros cailloux venus de l’espace, ou en pètant comme des malades dans des montagnes isolées ou d’autres qui ricanent de se voir ainsi mutilés à même de prétendre faire leur travail, peut s’apparenter à un mythe de catastrophe !
    Des gens, comme moi et d’autres, ont choisit une voie et s’en suit des fleurs et herbes sur le bord du chemin, et des rayons de soleil radieux, voire des brises les plus agréables.
    D’autres s’obstinent à se mettre dans tous les états aussitôt levés pour dormir un peu en fin de journée.
    C’est une alchimie intéressante, je sais pas ce qu’on peut en faire exactement, faudra que j’étudie ça.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This