Le Drapeau Noir

Auteur Anonyme

« Pourquoi notre drapeau est-il noir ? Le noir c’est l’ombre de la négation. Le drapeau noir est la négation de tous les drapeaux. C’est la négation de toute nationalité qui dresse la race humaine contre elle-même et nie l’unité de l’humanité. Le noir exprime la colère et l’outrage pour tous les crimes perpétrés contre la race humaine au nom de l’allégeance à un état ou à un autre ». Howard J. Ehrlich – Reinventing Anarchy, Again.

Le Drapeau Noir
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest

Nous savons tous que les pirates arboraient le « Jolly Roger » – le drapeau à tête de mort. Le nom « Jolly Roger » doit probablement être une anglicisation du Français Joli Rouge – le drapeau rouge, le drapeau « de sang » qu’utilisaient auparavant les pirates. Le drapeau rouge est largement reconnu comme le symbole international de la révolution prolétarienne et de la révolte, et le drapeau noir, historiquement, est celui du mouvement anarchiste. (Ces deux couleurs combinées sont celles des drapeaux anarcho-communistes de la révolution Espagnole de 1936.)

La première fois que le drapeau noir fut utilisé par les anarchistes ou lors d’une révolte ouvrière semble être lorsque Louise Michel participa à une émeute de chômeurs où furent pillées des boulangeries, le 9 Mars 1883. Cependant, on rapporte qu’elle arbora un drapeau à tête de mort 12 ans auparavant, en 1871, lorsqu’elle mena un bataillon de femmes pendant l’insurrection de la Commune de Paris. On trouva même lors de ces événements un journal quotidien nommé Le Pirate.

En Juin 1870, lorsque les prisons de Londres furent ouvertes et les prisonniers libérés pendant les Émeutes de Gordon, nous trouvons cette description : « Un géant a été aperçu sur une charrette, agitant un immense drapeau noir et rouge, comme le porteur d’étendard d’une armée d’opposition ». Le nom de cet homme est James Jackson, et il poussa la foule à détruire la principale prison de Londres en criant « Ohé ! Pour Newgate ! » L’utilisation de ce « ohé ! » suggère que Jackson aurait pu être un marin – les marins ont toujours constitué la section la plus militante de la classe ouvrière, auquel cas ce drapeau noir et rouge servant d’appel à la liberté dans les rues de Londres aurait pu avoir des liens directs avec les drapeaux qu’utilisaient les pirates Caraïbes plusieurs années auparavant. Ceci précède considérablement Louise Michel et nous ramène presque aux beaux jours des pirates.

Le drapeau noir et rouge flottait encore dans les îles Caraïbes en 1791. A la suite d’une énorme révolte d’esclaves, une partie de l’ancien bastion pirate d’Hispaniola prit à la place le nom Amérindien d’« Haïti » et devint ainsi la première république noire indépendante au monde. Menés par Toussaint L’Ouverture, les rebelles écrasèrent les forces de trois empires pour gagner leur liberté. Le drapeau rouge et noir d’Haïti devint la bannière de la liberté pour les noirs du dix-huitième et du dix-neuvième siècle, et plus particulièrement pour les marins qui naviguaient vers Haïti, devenant alors des Haïtiens et arborant le drapeau rouge et noir. Les esclaves Américains naviguant à bord des navires de guerre et de commerce et parvenant à s’en échapper trouvaient refuge à Haïti. Au sujet d’un certain William Davidson, on apprend que « lors d’une manifestation, il protégea le drapeau noir orné d’une tête de mort et d’os croisés, sur lequel était écrit Mourrons comme des Hommes, ne nous laissons pas acheter comme des Esclaves ». Davidson était un noir né en 1786 et exécuté en 1820. Il naquit à Kingston en Jamaïque – autrefois qualifiée de « plus vile cité de la terre » et capitale pirate notoire.

Il passa trois années en mer, fut syndicaliste, lut Tom Paine et pour beaucoup il était en relation avec Toussaint L’Ouverture et la révolution Haïtienne. Il fut finalement exécuté le Premier Mai 1820 avec d’autres camarades pour avoir participé à la « conspiration de Cato Street » visant à assassiner le cabinet tout entier pendant le dîner. Ceci devant servir à mener l’attaque contre Manson House et la Banque d’Angleterre, à se saisir de l’artillerie et à impulser une révolution en Grande-Bretagne !

Le Drapeau Noir. Texte extrait de Do or Die #8. Traduction française FTP (BASTION PIRATES Sous la Bannière du Roi de la Mort) anti-© 2001.

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.

Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.

L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil…
Melmothia & Spartakus FreeMann

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This