Esotérisme, politique et philosophie

Les dix stratégies de manipulation

Les dix stratégies de manipulation

Voici un article intitulé « Les dix stratégies de manipulation ». Les auteurs des sites qui reproduisent ce texte l’attribuent généralement à Noam Chomsky, mais celui-ci le condamne comme étant une « mauvaise interprétation de sa pensée ». On trouve parfois en guise d’intitulé à cette liste de techniques le titre ‘Armes silencieuses pour guerres tranquilles’ (en anglais : ‘Silent Weapons’), une référence à un écrit initié ou récupéré par les conspirationnistes, supposément daté de mai 1979 et émané du Groupe Bilderberg. Bref, tout est probablement faux dans cette histoire, mais sans donner dans la complotisme, ma foi, certaines stratégies énoncées ci-dessous sonnent juste…

Mel

Les dix stratégies de manipulation
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest

1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. »

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

3/ La stratégie de la dégradation

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ».

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures.

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

Les dix stratégies de manipulation. Illustration : Marionnettes, par Lano Ling. Visiter sa Galerie de photos.

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil… Melmothia & Spartakus FreeMann

  1. Dryustan Artosa Novalis Byron

    J’espère ne pas passer pour un floodeur avec mes commentaires intempestifs mais je ne puis m’en passer. Les sites du webmestre Freemann et les articles/billets de Melmothia sont une véritable nourriture pour l’esprit (oh, le vil flatteur !).
    Étant « fan » de Chomsky, je ne pense pas que cet article soit de lui, même si la critique du système peut donner l’impression de rejoindre la sienne, et même si elle me paraît fort juste.
    Le recul progressif de la qualité du programme de l’éducation nationale en est une facette, parmi toutes les autres sus-citées.
    J’avoue ne pas être optimiste quant à l’avenir de nos têtes blondes, plus intéressées par les pubs débilitantes décrites plus haut que par leurs propres dessins animés déjà affligeants (Pikachu, si tu m’entends…).
    La question qui me taraude, et le mot est faible, est: comment briser les chaînes, comment sortir de ce système perdant-perdant pour nous, gagnant-gagnant pour les classes dirigeantes ?
    J’ai beau faire des efforts pour maintenir un minimum d’esprit critique, ça ne paie ni le loyer ni les factures…

  2. Rien à redire sinon que c’est en « plein dans le mille »

  3. J’ajouterai; un immigré très connu, après avoir bati des arènes il y a quelques, disait « du pain et des jeux pour le peuple ». Moralité, l’histoire est un éternel recommencement 🙁

  4. Puisque nous sommes tous pris pour des lampistes et confirmer la véracité de certains énoncés, exemple vécu fin 2010; Cora et Intermarché impriment en 1ère page de leur journaux publicitaires, pour l’un « C se bas contre la vie chère », l’autre « I se bas pour votre pouvoir d’achat ».
    Ca part sans doute d’un bon sentiment mais je m’inquiète après avoir entendu des paysans, producteurs de lait,déclarer devant les caméras que leur lait était acheté 0,85 E le litre depuis 1985…suis-je bête mais le prix en grande surface n’a-t-il pas augmenté depuis 1985?
    Dans la même émission on entend dire que « un paysan par jour » se suicide, étranglé par les conditions imposées par l’agro-alimentaire et la grande distribution. Est-ce cela le « commerce équitable » ?
    Avez-vous remarquez lors du passage à l’Euro; le gobelet de café est passé de 5 Francs à 1 Euros ( ON nous a dit que c’était pour ne pas remplacer le monnayeur des machines…hum, hum). Le ticket à gratter est passé de 10 F à 2 Euros (soit 13,14 F), idem pour le préservatif, ceci signifie 30 pour cent d’augmentation, où est passée cette brusque différence de prix ?
    On voit même dans la pub télévisée une « voiture sensuelle » !!! ou un jeune musclé sortant de l’eau pour faire acheter un parfum. Là on s’adresse à notre sexualité pour acheter un produit!
    Même les animaux sont touchés par le « tape à l’oeil » puisque les croquettes pour chat contiennent aussi des colorants…si,si! Est-ce le chat ou le consommateur qui est pris pour un con?
    –Petit truc de manipulation, pour bien mémoriser il faut « choquer » la mémoire par des mots ou images « frappantes ».
    J’arrête car la liste est longue. Les politiques se demandent pourquoi l’absentéïsme augmentent aux élections régionales! Peut-être parceque le consommateur en a R-l bol d’être manipulé.

  5. a lire en regardant tf1……….

  6. N’hésitez pas à compléter cet article par la lecture du redoutable « Propaganda » d’Edward Bernays.
    Une bible, vénérée aussi bien chez les publicitaires que chez les politiques.

    Une chtite vidéo, histoire de vous faire une idée du bonhomme, et de son impact sur la pensée postmoderne
    http://www.dailymotion.com/video/x9wv2w_edward-bernays-propaganda-12-vostfr_news

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This