Musique

Chaos Music !

Chaos Music

Interview du groupe Aryos

Par Melmothia

La création de l’entité ARYOS remonte à l’année 1994, mais le groupe (qui s’appelait originellement Forlorn) n’adopte son nom définitif qu’en 1997. Trois démos positivement chroniquées dans la presse underground, conduisent Aryos à signer avec le très controversé label Underground D.U.K.E. En 2004, le groupe sort donc son premier album (co-produit avec le label Exh Goétie) : Maître des Dominations Cérébrales, une œuvre qui sera qualifiée d’« avant-gardiste et malsaine ».

Aryos enchaîne avec la réalisation d’un split CD, en 2008 : A Célébration to Lilith Von Sirius, une œuvre ésotérique qui recevra d’excellentes critiques et permettra au groupe d’élargir sa renommée.

Trois ans plus tard, Aryos signe avec le label Culte dédié au Black Metal underground Drakkar Production, pour un EP intitulé Prophétie Acide. La même année, le groupe subit d’importantes modifications de line up.

Par la suite, le groupe a composé et enregistré une dizaine de nouveaux titres et un second album, signé par le label Exu Rei, est programmé pour décembre 2014. Aryos mêlant étroitement musique et ésotérisme et se réclamant notamment de la Chaos Magic, nous avons décidé d’aller voir de quoi il en retournait… 

– Tout d’abord merci de prendre sur vos emplois du temps de ministres (du culte) pour nous accorder cette interview. Pourriez-vous commencer par présenter Aryos en quelques lignes aux lecteurs de KAosphOruS ?

NAPHARION : Tout d’abord je tiens à préciser que c’est un honneur de répondre à cet interrogatoire, puisque je suis un « die hard fan » de KAosphOruS. Aryos est un groupe discret, mais bien présent dans la scène underground depuis le milieu des années 90. Après le parcours classique de tout groupe, c’est-à-dire la réalisation de plusieurs démos, nous avons sorti un album : Maître des dominations cérébrales, un split CD en tribute à Lilith von Sirius puis un EP : Prophecy Acide. Notre second album va prochainement sortir sur le jeune et prometteur label Exu Rei Records.

– La scène Metal, ces dernières années, s’est terriblement complexifiée au point que les vieux de la vieille, comme moi, n’y retrouvent plus leurs poussins. Où situeriez-vous Aryos dans toutes ces catégories gigognes ?

J.S. : Avant toutes choses pour moi Aryos n’est ni Black Metal ni du Death Metal…. Si je devais décrire cette musique, je dirais que nous sommes un groupe de Metal extrême prog, pas le progressif démonstratif de ces dernières années – que j‘adore par ailleurs -, mais un prog dont la démarche est similaire à celui des 70’s. Nous sommes des essayistes sans limites et sans structures. Si l’on aime Aryos il faut accepter ça, nous ne sommes pas Black Metal dans le sens où les gens le définissent, nous sommes prog, donc tout peut arriver, faudra pas venir se plaindre !

NAPHARION : Notre culture musicale et Metal est très vaste, alors certes nous sommes un dérivé du Black Metal, mais le terme que J.S. emploie, « essayiste » est parfait et, de surcroît, cadre bien avec la Chaos Magic. J’ajouterai que c’est justement une véritable démarche Black Metal, car au début des années 90, le Black Metal était vraiment essayiste, alors qu’aujourd’hui la plupart des groupes ne font que se copier ou copier les grands sans réelle conviction, ni identité.

– Le line-up d’Aryos a changé a plusieurs reprises ces dernières années, comment êtes-vous monté dans le bateau, J. S. ?

J.S. : J’ai connu Napharion lors d’une émission de radio consacrée au Metal. J’ai émis une critique acerbe à l’encontre de la production d’Aryos, qui naissait de l’ego de son batteur, ce qui était, comme à chaque fois que cela arrive, horrible pour l’art. Mais le contact fut très bon avec Napharion. Étant à des kilomètres de l’occultisme, il a tout de suite intégré que j’étais un scientifique ; pour moi si les maths n’expliquent pas quelque chose, c’est un x, pas une magie. Mais le respect est passé. Il m’a imposé pour un solo sur le EP « Prophecy Acide ». Puis, je suis parti bosser dans un studio pro et Napharion m’a proposé de mixer ce EP. J’ai accepté, mais cela s’est révélé compliqué, l’enregistrement des parties était très mauvais et il a fallu recommencer le mix plusieurs fois, car une fois encore l’ego des anciens protagonistes d’Aryos n’était pas suffisamment flatté au mixage… Ma conclusion fut simple et je l’ai partagée avec Napharion : ton groupe est pourri de l’intérieur et son potentiel est gâché. Les problèmes d’ego dans Aryos eurent raison du Line up.

Par la suite, Napharion m’a recontacté pour faire partie du crew et ça s’est transformé en quasi duo. Au moins Aryos n’a plus de star cachée qui se sert de la musique pour faire une démonstration de talents vaguement maîtrisés dans une chambre d’ado. Nos rôles sont précis et chacun respecte l’autre pour ses compétences.

NAPHARION : Hé hé… Oui j’ai rencontré J.S. sur le plateau d’une émission de radio ou avait lieu un « best of » de 20 ans de Metal. J’ai rapidement accroché, car pour une fois je trouvais un mec qui ne me regardait pas avec des yeux énormes quand j’évoquais des groupes comme Demolition Hammer ou Nocturnus. On avait vraiment une culture Metal commune. On s’est revus à un concert d’Entombed, peu après… J’adhère assez bien à son côté scientifique et à sa théorie des cordes, car au final des choses se recoupent avec l’ésotérisme et je trouve intéressant de mélanger, comme dans les sociétés antiques, Art, Occultisme, science, etc. Et, comme le dit J.S., nos rôles sont précis et chacun respecte l’autre pour ses compétences, c’est cela qui nourrit a présent l’entité Aryos, même lorsqu’il y a des désaccords, un équilibre se crée entre nous deux. Chacun son rôle, chacun sa mission divine, le facteur humain n’a pas grande importance, même si l’on est pote, quand on bosse sur Aryos, on bosse pour une cause.

– Au fait, d’où vient le nom Aryos ?

NAPHARION : D’une séance d’écriture automatique ayant eu lieu dans le milieu des années 90…

– La majorité des groupes, surtout dans le milieu du Metal, se contente de puiser dans l’imagerie occulte, avec parfois une vague coloration mystique mais rarement une véritable démarche. A contrario, l’ambition d’Aryos consiste à mêler intimement musique et occultisme. Pourriez-vous nous en dire plus ?

NAPHARION : Il est très facile de mettre un pentagramme sur une cover et de crier « Hail Satan ! », je trouve ça absolument puéril. Bien que cela fasse partie, d’une certaine façon, de la culture Metal, peu connaissent réellement Satan, se contentant d’être sympathisants de la CoS ou, depuis Dissection et la Trend Watain, aveuglément sympathisants du MLO et du TOBL ; pour faire encore plus « evil », certains vont piocher des symboles dans les branches théistes, mais lorsque tu discutes avec eux, ils te disent que c’est juste « pour le fun ». De la même façon, beaucoup s’inspirent de Crowley, mais restent en surface, en s’appuyant sur les légendes médiatiques qu’on nous rabâche depuis des années ; à cela, tu peux ajouter des païens, essentiellement adeptes de la fête de la bière et des soi-disant défenseurs d’une culture européenne, dont la seule démarche consiste à voter extrême droite, donc pour des faux-chrétiens intégristes qui sont précisément les pires ennemis des valeurs du Metal et du Paganisme ; à cela, ajoute également quelques bien-pensants très à gauche qui seront choqués pour la moindre petite audace et qui vont te servir des leçons de morale, ainsi que des bouffons qui prônent un grand élitisme et des geeks qui pensent que le Metal c’est « Kool » et « amusant »… En bref, le monde du Metal, c’est la cour des miracles et du grand n’importe quoi. Je pourrais t’en parler pendant des heures et des heures, j’aime tellement le Metal que ma passion se change parfois en haine. Aryos est vraiment à l’écart de tout ça, musicalement, on essaie de faire notre truc, idéologiquement, dans nos moments les plus radicaux, on prêche d’une certaine manière l’annihilation totale de tous ces concepts humains qui pourrissent notre société, nos vies et du coup un milieu musical.

J.S. : Moi je pense que musicalement parlant, il arrive la même chose au Metal qu’au Rap…. Le vrai Rap et Gansta Rap étaient purs à la base, et puis le capitalisme a foutu son nez dedans et à présent, eh bien on a ce qu’on a ! Les Sexion d’Assaut et le reste. Quand on voit Behemoth recevoir des prix et Satyricon glisser des chansons radiophoniquement acceptables dans leurs albums, on réalise que c’est notre tour ! Le Metal est mort.

NAPHARION : Sinon, pour revenir sur ta question concernant l’occultisme, je me sers parfois de la musique comme d’un sigil sonore, ou bien nous chargeons notre musique de sentiments impurs, afin que les entités qui servent Aryos s’en nourrissent ; notre musique a également vocation de thérapie et certains morceaux sont des rituels, des connexions, des relations de voyage luciférien, etc., etc. La démarche est purement chaote et tout est écrit durant les moments les plus sombres de nos existences, en jonglant et négociant avec différents « anciens dieux ». Le saut de paradigmes est primordial et Aryos n’hésite pas à donner dans le syncrétisme, aussi bien musicalement que « religieusement » parlant.

– Qu’est-ce que tu entends par « syncrétisme » ?

NAPHARION : un mélange d’influences, qu’elles soient musicales ou occultes. Tout ce qui est bon à absorber, je l’absorbe et ce qui n’est pas bon, je le jette.

– Quels sont les auteurs, ouvrages, cultures qui inspirent Aryos ?

NAPHARION : Pour ma part c’est très vaste, toutes les formes d’ART VÉRITABLE m’intéressent, mais plus particulièrement, ce qui touche à la culture Dark et a la culture ésotérique. J’essaye d’en absorber un maximum, c’est un besoin vital. Te citer deux trois trucs ne serait pas objectif ni exhaustif, j’ai une légion d’influences et ces influences affectent forcement l’art d’Aryos.

J.S. : Personnellement, je ne lis rien d’artistique, je ne fais que regarder des séries et des films d’horreur… That’s aint rock n roll, dude !

– Vous pourriez citer néanmoins quelques références (films, groupes, livres) pour que nos lecteurs puissent se faire une idée ?

 J.S. : Pour ce qui est des films récents : Grave encounters et The conjuring, sinon je suis fan de l’intégralité de l’œuvre de George A. Romero. En musique c’est très vaste, mais, à vif, je citerai volontiers dans différents styles : Forbidden, Eis, Enslaved, Krux, Black Sabbath, Counter World Experience, Camel, les vieux Uriah Heep, Satch, Vai, le premier Malmsteen, Marty Friedman, Tony Mac Alpine, en hard Winger (fuck Beavis N’ Buttehead), j’adore Lynch Mob et si !!!… WHITESNAKE baby !! Et plein d’autres classiques aussi comme Dissection ou Immortal, et le meilleur du Death Metal old school, surtout la vague technique. Par contre je n’arrive pas à accrocher au Death moderne c’est trop poussé pour mes oreilles.

NAPHARION : Je déteste ce genre de question… J’aime beaucoup trop de choses, mais bon comme tu insistes… Concernant les films, je dirai les classiques de l’horreur des années 70/80/90, Antichrist et Melancolia de Lars Von Trier, Black Swan, Doom Génération, etc. etc. et puis, je suis toujours un éternel enfant et je bloque sur la saga Star Wars… En musique Treblinka, l’intégralité de l’oeuvre de Tiamat, Hellhammer, les vieux Bathory, Tryptikon, les vieux Massacra, Penetrator, Mayhem et les classiques du Black Metal du début 90, l’album Rust in peace de Megadeth, les vieux Morbid Angel, Black Sabbath et beaucoup beaucoup beaucoup d’autres choses dans différentes formes de Metal et de musique… Pour ce qui est des livres, je ne lis pas de roman, mes lectures sont des ouvrages ésotériques et religieux.

– Quel a été votre parcours personnel en musique et en magie ?

NAPHARION : En ce qui concerne la musique, je me donne corps et âme à Aryos, même si je m’essaie parfois à autre chose, cela reste très éphémère. À cela, il faut ajouter diverses activités au sein de la scène underground depuis le début des années 90, même si aujourd’hui je ne fais plus grand-chose.

Je m’intéresse à la Magie depuis tout petit, grâce a l’héritage de mon grand-père Robert Markab, après une adolescence occupée à chercher un peu partout dans différents domaines – grimoires, ordres, religions, mouvements divers et variés -, c’est a la fin des années 90 que je suis tombé dans la Chaos, sans hésiter a aller partout où la torche me mène et tout en conservant un esprit luciférien.

J.S. : A 14 ans, il y avait une tête d’ampoule qui faisait de la guitare dans ma classe, mais il ne jouait que des merdes bretonnes ou du Renaud… ça m’a gonflé de ne jamais entendre un Metallica ou un Slayer, donc j’ai tapé la vieille gratte nylon de mon père et cet été là, il y a un vieux qui est arrivé dans notre bande de jeunes chiens sauvages, il m’a fait découvrir Satriani et Malmsteen. À partir de là, j’ai décidé de donner dans ce style de gratte. Du coup j’ai été énormément influencé par tous les shreddeurs des années 80/90, puis par le Thrash Metal, le Death Metal, le Black Metal et le prog.

 Aujourd’hui j’écoute essentiellement du Hard FM, du prog et du rock 70’s et toujours autant de shred… Et j’aime me laisser surprendre par une bonne découverte Black Metal. Il n’y plus que là que des groupes font des expériences.

– Tout n’est donc pas perdu pour le Black Metal ?

 NAPHARION : Sans vouloir faire le vieux con nostalgique, la magie du Black Metal est morte vers 1996 donc… Perdu ou pas j’m’en fous un peu… C’est un débat sans fin de toute manière.

– J’ai entendu dire que vous aviez fréquenté personnellement Lucifer. Est-ce qu’il est sympa ?

– NAPHARION : Ha ha ha… Lucifer a de nombreux visages et chacun en a sa propre vision, selon ces croyances. Ma vision et mes relations avec le porteur de lumière me sont personnelles. Il me guide à travers de longs voyages obscurs jusqu’à l’initiation, il m’aide à progresser et à accepter mes souffrances pour en tirer la meilleure part… Je le sens bienveillant et très humaniste – n’en déplaise a certains – et  proche de ces fidèles.

– Comment avez-vous découvert la Chaos Magic & quelle serait votre définition personnelle de cette mouvance ?

NAPHARION : J’ai découvert la Chaos après Crowley, à la fin des années 90 grâce a Phil Pissier et ses amis, qui restent pour moi des précurseurs en France de ce mouvement j’ai donc naturellement porté mon intérêt vers Austin Osman Spare, Peter J. Carroll, Phil Hine, etc… Puis j’ai découvert les articles de Spartakus au début de Paganguild et j’ai suivi avec attention ses productions, ainsi que ceux de ces amis et de son épouse, donc depuis 14/15 ans, je suis cette mouvance avec attention, tout en pratiquant de mon côté, en expérimentant des choses non dogmatiques, comme le cyber Chamanisme et d’autres choses… KAosphOruS et les sites dérivés sont une source importante et depuis une ou deux années, j’adore les travaux de l’Aloha Temple et du Current 23.

En fait, je pense que la Chaos ne doit pas être définie, car cela risquerait de la dogmatiser. A ce propos, je citerai volontiers Crowley : « Il importe peu que l’invocation soit faite dans les règles. Tout le secret peut être résumé par ces mots : Enflamme-toi toi-même en priant »

– Pour ceux des lecteurs de KAosphOruS qui ne seraient pas des adeptes de Metal / Black Metal, que conseillerez-vous pour approcher et apprécier cette musique ?

 NAPHARION : Rien. Ce n’est pas une musique pour les profanes.

– Avez-vous constaté des phénomènes paranormaux liés à l’écoute ou à la composition des morceaux ?

NAPHARION : Lors de l’écoute, c’est aux auditeurs de le vivre… Lors de la création, effectivement je pourrais remplir des pages et des pages d’éléments troublants, Pour le nouvel album, l’aventure fut douloureuse à plusieurs niveaux, la porteuse de la torche nous a guidés, mais non sans mal.

– J’ai effectivement entendu dire qu’un second album était en préparation. Faut-il s’attendre à ce que des auditeurs tombent en transe et se mettent à baver (ou pas plus que d’habitude) ?

J.S. : Les fans de la première heure d’Aryos vont détester mon arrivée dans le groupe ! Ça, c’est certain ! Il va y avoir de la surprise… Dans le son, dans le profond même de la musique. Le côté ésotérique demeure par contre inchangé. Mais à partir du moment ou l’on ne fait pas ça pour devenir riche, je pense qu’on peut s’offrir le luxe d’être honnête envers soi-même et faire ce qu’on désire, quitte à décevoir…. C’est peut-être ça être underground.

NAPHARION : Il était inutile de s’auto-cloner et donc nous avons décidé d’aller de l’avant. J.S. est un peu pour Aryos ce que Zack Wild est pour Ozzy. Le nouvel album est, à mon sens, plus mature, plus avant garde et improbable. Après, ce sera aux auditeurs d’en apprécier la valeur, c’est un album né dans la douleur ou nous avons donné toute notre énergie, aussi bien négative que positive.

– Où nos lecteurs peuvent-ils écouter et se procurer la musique d’Aryos ?

NAPHARION: Comme dirait saint Mathieu « cherche et tu trouveras ». Saint Mathieu est le saint patron de Google. À la limite je leur conseille d’attendre la sortie du nouvel opus, ils pourront réellement voir ce que Metal et Magick signifient !

Note de l’envoyée spéciale : pour ceux qui n’ont pas d’affinités avec Saint Matthieu, vous pouvez écouter du Aryos par là :

From Liber 156… 

Par là : En lune noire.

Et par là : Prophétie acide.

– Comment avez-vous organisé la création de ce nouvel album (fort mystérieux puisqu’ils ne veulent pas lâcher le titre) ?

J.S. : Dans la moins pure des traditions possibles ! Nous avons beaucoup communiqué par téléphone, e-mail, chat, puisque nous habitons trop loin pour pouvoir nous voir régulièrement. Après les maquettes, puis la finalisation, les vocaux, le mixage et le master furent réalisés dans mon studio Asymetrix en terre bretonne, il n’y a que les batteries qui furent enregistrées sur Dijon au Triphon studio… Pour ce qui est de la recette de fabrication, c’est trop long à détailler, mais en résumé on a fait comme dans les années 70, avec du matériel moderne.

NAPHARION : En gros j’ai donné toutes mes compos en vrac à J.S. avec quelques indications sur le thème de chaque morceau et je lui est laissé carte blanche pour arranger mes chaotiques partitions. Je lui ai laissé également carte blanche pour qu’il apporte ses propres compositions. Le seul mot d’ordre était d’être non conformiste et, comme on était vraiment d’accord sur ce point, toute la composition s’est réalisée sans problème.

Une fois les maquettes réalisées, nous avons cherché un batteur et c’est L.V.C (ex-batteur d’Arkhan, Fornication, etc.) qui a répondu présent et s’est investi de son côté.

L’aventure fut très riche avec ces hauts et ces bas, ces doutes, ces ras-le-bol, on a vraiment plus d’une fois failli baisser les bras, un énorme parcours luciférien !

– Quels sont les thèmes développés dans ce nouvel album ?

NAPHARION : La thématique se situe purement dans la Chaos Magic, dominée par un aspect luciférien, chaque morceau est différent et rapporte à la fois mes douleurs, mes expériences Magicks, mais on a également un but Magick… C’est finalement très personnel et plusieurs entités furent invitées a rejoindre le système. Les auditeurs pourront aussi bien flirter avec Hécate, Lucifer, Pérun, Ra, que d’autres… C’est de la « World Magick » ce qui d’ailleurs explique le terme « syncrétisme » que j’ai employé tout à l’heure.

Un grand merci à leurs majestés J.S. et Napharion pour avoir répondu à nos questions ! Un dernier mot pour la fin ?

NAPHARION : Le nouvel album sera disponible vers décembre et si les anciens dieux sont de notre côté nous allons faire quelques lives dans l’année 2015,  merci a tous ceux qui nous soutiennent et qui ont la patience de nous attendre “in chao antiqui serpenti”. Sinon rester loin de tous les dogmes, car suivre comme un mouton des faux bergers ne fera avancer personne, ni lui- même ni l’humanité, que ce soit dans l’art ou l’ésotérisme au sens large….

J.S : oui, j’ajouterai que dans le Metal il faut que les Metalhead arrêtent de vénérer des groupes qui n’ont pas sorti un bon album depuis plus de 20 ans simplement parce qu’ils s’appellent Iron Maiden, Slayer ou Metallica… Marre de voir les mêmes têtes d’affiche depuis que mon père m’a fait découvrir le Metal. Ce n’est pas une attitude Metal  que de fermer la porte aux groupes nouveaux au profit de vieilles idoles. Marre des  pratiques scandaleuses des gros festivals consistant à ne pas payer ou sous-payer les artistes, voire à demander de l’argent aux petits groupes ! Ils préfèrent filer 500 000 euros pour faire jouer des groupes mainstream de type AC/DC, Iron Maiden & co. Sans oublier que cette attitude rend les festivals hors de prix. Ce n’est pas une attitude Metal… Beaucoup de petits labels se battent pour faire vivre des groupes, alors pirater les albums des gros si vous voulez écouter leurs zik et achetez les petites prods et puis bougez vous pour les petits concerts sinon le Metal  crèvera. Filer des millions pour qu’Iron Maiden réalise leurs 14 albums de merde alors que personne ne donnera rien pour qu’un bon groupe moins connu puisse enregistrer dans de bonnes conditions… Et pour finir, arrêtez d’écouter un groupe juste parce que la chanteuse est gaulée comme une pornstar !

NAPHARION : Cela dit, merci a Spartakus FreeMann et à toi pour nous avoir donné la parole au sein de kAosphOruS (et pour tout ce que vous faites pour l’eso en France) et aussi pour, vous savez quoi,  2//8.

Line up 2014 :

Napharion Zviadadze :  Chant

L.V.C :  Batterie

J.S : Guitares, Basse

Discographie (non exhaustive) :

Maître des Dominations Cérébrales, D.U.K.E., 2004.

Split : Aryos / Regnant & Thrall – A tribute to Lilith von Sirius, D.U.K.E., 2008.

Prophétie Acide (EP), Deus Ex Machina / Drakkar Production, 2011.

Le site d’Aryos.

La page Facebook d’Aryos.

 La page FaceBook d’Exu Rei Records.

 

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.

Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.

L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil…
Melmothia & Spartakus FreeMann

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This