Magie du Chaos

Une introduction à la Magie du Chaos

Une introduction à la Magie du Chaos

Par Zahrim

Cet article s’inspire d’une conférence donnée par Zahrim le 11 juillet 1997 à « #Ancients, the Home of Esoteric and Occult studies».

La Magick contemporaine a vue l’émergence d’un nouveau courant atypique, dérangeant, irrégulier, frondeur & très mal connu ou plutôt trop sommairement jugé : nous voulons parler de la Magie du Chaos ou Chaos Magick. Dans le premier article traduit que nous avons publié, nous avons dressé les grandes lignes de son origine « a-dogmatique ». Dans cet article basé sur une conférence de Zahrim & complété par divers matériaux, nous allons essayer de définir les concepts fondamentaux de la Magie du Chaos.

Introduction.

Le Chaos est le vide où toutes choses existent & où toutes choses sont possibles. La Magick est l’art de « provoquer un changement en conformité avec la Volonté ». Cela posé, nous pouvons à présent entrer dans le vif du sujet.

La Magie du Chaos aborde la Magick sous une perspective totalement utilitaire, encourageant les pratiquants à découvrir ce qui y fonctionne & comment l’utiliser. Des techniques peuvent être reprises d’autres systèmes, être inventées ou n’être que pures fantaisies. Cela importe peu, pourvu que des résultats satisfaisants en soient l’aboutissement.

L’un des facteurs clés de la Magie du Chaos est l’utilisation de la croyance comme outil. Les Chaotes travaillent à améliorer leurs aptitudes à changer de croyances au moment voulu : être un catholique dévot durant un instant, afin de gagner les faveurs de Marie, & un Wiccan l’instant suivant afin de marchander avec Gaïa. Cette aptitude, connue dans de nombreux cercles comme « le changement de paradigme », est nécessaire, car les chaotes sentent que la croyance est ce qui rend la Magick efficace.

Une grande partie de la Magie du Chaos traite de l’utilisation d’autres systèmes, afin de construire un système magique pratique, personnel & fonctionnel. Phil Hine nous dit à ce sujet : « Comme nous l’avons dit plus tôt, les approches « traditionnelles » de la magick impliquent de choisir un système donné et de s’y tenir. La perspective du Chaos, ne ferait-elle que cela, encourage une approche éclectique de l’évolution, et les Magiciens du Chaos sont libres de choisir tout système magique disponible, des thèmes provenant de la littérature, de la télévision, des religions, des sectes, de la parapsychologie, etc. Cette approche signifie que si vous rencontrez deux Magiciens du Chaos et leur demandez ce qu’ils font à tel ou tel moment, il est peu probable que vous découvriez une quelconque unanimité dans la démarche. Cela rend le Chaos difficile à épingler comme étant ceci ou cela, ce qui à nouveau tend à tracasser ceux qui ont besoin d’approches de la magick soigneusement étiquetées et claires ».

Il y a, cependant, quelques pratiques fondamentales que tous les chaotes, ou presque, utilisent : assomption de la forme du dieu & l’œuvre de serviteur du dieu, la gnose & la sigilisation.

La Gnose.

Les chaotes pratiquent la Magick essentiellement au travers d’états altérés de la conscience. La plupart du temps, les rituels passent par l’atteinte d’un état appelé Gnose… L’état de gnose est similaire par de nombreux aspects au moment de l’orgasme. C’est un moment de conscience absolue qui s’impose & disparaît habituellement en l’espace de quelques secondes.

Il y diverses manières d’atteindre la Gnose, qui peuvent être classées en formes inhibitrices & formes excitatrices. Les formes inhibitrices incluent la méditation, l’asphyxie, le yoga & l’utilisation de drogues à effet dépresseur. Chacune de ces techniques peut être utilisée & il appartient au magicien d’utiliser celle qui lui est le plus en conformité avec sa personnalité.

Vous savez que vous avez atteint la Gnose lorsque vous ne rationalisez plus vos expériences. C’est comme un petit Satori, si vous êtes familier avec ce terme.

Une déclaration d’intention comme « Sarkozy m’embrassera » est dite & la Gnose est atteinte. Si le doute existe alors l’œuvre échouera. Le chaote doit croire entièrement sa déclaration d’intention jusqu’au moment où l’état de gnose est atteint. Avoir des rapports sexuels de quelque manière que ce soit ou se concentrer au moment de l’orgasme sont des moyens faciles d’établir l’intention.

Les théories sur le pourquoi la gnose fonctionne varient. Les jungiens pensent que la Gnose est un moyen de communier avec l’inconscient collectif. Certains pensent que c’est un moyen de communier avec le plan astral. Peter Carroll pense que la Gnose vainc les censeurs psychiques (qui sont ces éléments cérébraux nous disant ce qui est réel & ne l’est pas).

En ce qui concerne les théories cosmologiques, la plupart des chaotes croient que nous vivons dans un univers créé par le percepteur, l’observateur. Quelques-uns pensent qu’il y a de nombreux univers & que le chevauchement de ceux-ci est ce que nous nommons la « réalité ». D’autres pensent que puisque « tout est un », nous pouvons faire en sorte que des choses arrivent puisque tout n’est qu’une extension de nous-mêmes.

Phil Hine dans son « Chaos Prêt à Cuire » nous dit de la Gnose : « L’une des clés de la puissance magique est la capacité à accéder à volonté à des Etats Modifiés de Conscience. Nous tendons à définir une frontière stricte entre la « conscience ordinaire » et les « états modifiés » où, en fait, nous évoluons entre différents états de conscience – tels les rêves éveillés, les fonctionnements en « pilotage automatique » (où nous agissons sans savoir), et divers degrés d’attention, tout le temps. Néanmoins, pour autant que la magick soit concernée, l’entrée intentionnelle dans d’intenses états modifiés peut être divisée en deux pôles de « Gnose Physiologique » : les Etats Inhibiteurs et les Etats Excitatifs. Les premiers incluent des techniques « physiquement passives » comme la méditation, le yoga, la vision dans le cristal, la contemplation et la privation sensorielle, les seconds incluent le chant, les percussions, la danse, l’excitation émotionnelle et sexuelle ».

La Forme des Dieux.

Tandis que très peu de chaotes croient dans les « dieux » au sens littéral, la plupart croient que de puissants égrégores sont créés par les croyances de la masse, ou en tant qu’extension de soi-même. On doit noter que les chaotes « n’adorent » généralement aucun « dieu ».

Lorsque l’assomption de la forme du dieu est utilisée, le chaote adoptera la croyance qui est propre à ce dieu, sans l’adorer toutefois. Ainsi, les types de dieux sont invoqués & œuvrés de diverses manières, mais assez similaires aux méthodes habituelles.

Quels dieux les chaotes utilisent-ils ?

Chaque chaote a des dieux qu’il préfère utiliser. La majorité des chaotes demeurent malléables, utilisant tel type de divinités suivant l’occasion, l’intérêt opératoire ou leur propre personnalité. Certains aiment Kali, d’autres Pan, certains fabriquent leurs propres dieux & d’autres altèrent les dieux existants.

La Magie du Chaos ne possède aucun système de croyance structuré, étant plus une technique magique qu’un dogme ou une religion. Un chrétien peut l’utiliser, un sataniste peut l’utiliser. Chaque chaote a sa propre croyance ou une absence de croyance. La Magie du Chaos n’a pas de dogme, le Bien & le Mal sont conventionnels & fixés par le pratiquant lui-même, & souvent le pratiquant s’en fout & ne décide rien du tout.

Ce système est totalement a-moral & a-dogmatique, comme nous dit Hine : « Les Magiciens du Chaos s’efforcent d’éviter de tomber dans le dogmatisme (à moins qu’exprimer un dogmatisme ne fasse partie du système de croyances temporaire qu’ils aient adopté). Les Discordiens emploient « Catmas ! » pour signifier « Nous, Discordiens, devons demeurer à part ! » Ainsi, les Magiciens du Chaos s’estiment habilités à changer d’opinions, à se contredire et à présenter des arguments alternativement plausibles et invraisemblables. L’on a fait observer que nous investissions beaucoup de temps et d’énergie pour être dans le vrai. Est-ce erroné que d’être occasionnellement dans l’erreur ? »

La Sigilisation.

L’une des principales techniques de la Magie du Chaos est la Magick des Sigils ou des Sceaux. La Magie des sceaux fut développée par Austin Osman Spare, un artiste & un occultiste du début du 20e siècle, qui en eut l’idée par sa peinture & ses dessins.

Il y a trois types principaux de Sigils :

Les Sigils alphabétiques réalisés à partir de l’écriture de l’intention magique ; une fois éliminées les lettres qui se répètent, le magickien forme un dessin avec les lettres subsistantes, en s’assurant que le dessin ressemble à l’intention.

Les Sigils pictographiques qui correspondent à la schématisation sous forme de dessin d’une image représentant l’intention magique, qui une fois altérée pour être utilisée comme base d’un sigil, n’aura plus rien de commun avec le pictogramme de départ.

Les Sigils mantriques qui sont créés par l’écriture de l’intention magique & par le réarrangement des lettres afin de former un mantra qui sera ensuite chanté lors du rituel.

Par exemple : « Je vais voter non à la Constitution européenne » -> « savije notrevon laa titionsti con neeepo rune ». En tant qu’anagramme, la suite de mots désormais dépourvue de sens sera chantée comme mantra.

De quelle manière doit-on construire son intention ? Elle doit être très assertive : « Sarkozy VA m’embrasser ! » plutôt que « J’aimerais que Sarkozy m’embrasse ».

Ces Sigils sont chargés par le regard (ou par le chant dans le cas des mantras) & par l’atteinte de la Gnose. N’essayez pas de réfléchir ou de penser à l’intention, juste au Sigil. Après cela, le Sigil fonctionnera.

Un descriptif plus détaillé des sigils peut être trouvé dans l’œuvre de Frater U.’.D.’., « Practical Sigil Magic », ainsi que dans presque tous les livres ou documents écrits sur la Magie du chaos & il y a autant de méthodes de sigilisation qu’il y a de chaotes.

Les Serviteurs.

Les serviteurs sont des êtres magiques créés afin de réaliser certaines tâches. Cette tâche peut être de défendre un lieu, d’aider le magicien à (re)trouver un objet ou encore attaquer un ennemi. Ils sont très versatiles.

Un serviteur a généralement un sigil de représentation, un fétiche, ou un lien matériel pouvant être utilisés afin de l’invoquer ou de l’affecter. Lorsqu’un serviteur est créé, le magicien le charge (généralement en état de gnose) & « croit » en lui. Cette croyance créé l’être !

Il existe de nombreux documents sur le net ou sous forme papier au sujet des serviteurs, & le livre de Hine, « Condensed Chaos » offre de nombreuses informations sur leur création.

Comme types de serviteurs, on peut trouver les égrégores & les Formes-pensées indépendantes, qui sont créées pour une période de temps limitée & ensuite réabsorbées par leur créateur.

Conclusion.

Ce qu’il y a de merveilleux dans tout ceci, c’est qu’il n’y a pas de voie unique. Vous faites ce qui fonctionne, selon vos expériences personnelles ; c’est ce qui constitue le critère le plus important – plus important que les livres, les initiations ou les enseignements en tout cas. Chaque pratiquant est différent, ce qui trouble & confond les personnes qui cherchent absolument un dogme !

Cela ne signifie pas, toutefois, que la démarche soit facile. Du fait qu’il n’y a pas de dogme, le magicien doit constamment évaluer les échecs & les réussites des nouvelles techniques. En tant que chaote, vous devez être totalement honnête avec vous-mêmes au sujet de vos aptitudes, succès, échecs, quant au risque de tomber dans l’illusion & de devenir un magicien de salon. Et, paradoxalement, tout en restant honnête avec vous-même & en acceptant chaque problème lorsqu’il survient, vous devez conserver une foi en vous-même inébranlable.

Et comme nous le dit si bien Hine : « L’un des plus vieux malentendus au sujet de la Magick du Chaos est qu’elle donnait à ses pratiquants carte blanche pour faire tout ce qu’ils voulaient, et que ceux-ci devenaient donc peu stricts (ou pire : brouillons) en ce qui concerne l’évaluation de soi, l’analyse, etc. C’est faux. L’approche Chaos a toujours préconisé une rigoureuse évaluation de soi, une rigoureuse analyse, mit l’accent sur la persévérance dans les pratiques employées jusqu’à obtention du résultat désiré. Apprendre à « faire » de la magick implique que vous devez développer un ensemble de talents et de capacités et, si vous décidez de vous impliquer dans tout cet univers de bizarreries, pourquoi ne pas le faire du mieux que vous le pouvez ? »

Une introduction à la Magie du Chaos. Issu d’une conférence donnée par Zahrim le 11 juillet 1997 à « #Ancients, the Home of Esoteric and Occult studies ». Les extraits de Hine sont issus de Oven-ready Chaos par Phil Hine. Traduction française : Philippe Pissier, 20001 e.v.

Traduction française par Spartakus FreeMann, Nadir de Libertalia, mai 2005 e.v.

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil… Melmothia & Spartakus FreeMann

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This