Left Hand Path Pratiques et Rituels

Consécration du Temple Noir

Consécration du Temple Noir

Par Khryssaeus

Nous avons vu comment commencer à arpenter le sombre sentier. Il est à présent temps de révéler comment le fils de la sombre matrice peut approfondir sa descente dans les entrailles des ténèbres, afin d’y arracher la quintessence de la noirceur, éclatante d’obscurité et dégoulinante de vide. Celui qui pratiquera ce rite régulièrement et avec toute la dévotion que son âme lui permet sentira l’obscurité de l’arbre inversé l’envahir peu à peu, jusqu’à le submerger et lui révéler dans une éclatante apothéose la dernière vérité. Il y apprendra comment célébrer l’eucharistie ténébreuse, et faire siens le sang et le corps des martyrs.

Mais avant cela, l’officiant devra consacrer son lieu de travail. Celui-ci pourra être n’importe quel lieu, avec une préférence pour un lieu saint, mais devra être préalablement dédié à son œuvre obscure. Il devra également choisir une idole qui aura eu une valeur quelconque pour lui par le passé. Cette représentation pourra être une image sacrée, ou tout autre symbole auquel il pourra rattacher un amour initiatique ou religieux profond. Il devra ensuite se munir d’une bougie noire, d’une blanche et d’une rouge, ainsi que d’un encens de son choix. Une arme rituelle tranchante devra parachever ses outils.

Mosaic Candle
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
Nu au milieu de l’espace qu’il désirera consacrer, l’officiant disposera les bougies en triangle inversé sur un autel, la pointe rouge vers lui, la pointe noire à gauche, et la blanche à droite. Il allumera ensuite l’encens et saisira son arme rituelle.

Se tournant vers le nord, il entonnera ensuite l’invocation suivante ; « o feu courroucé de l’éternel, je t’invoque ici, mais ne te crains point. Brûle tout ce que tu pourras brûler, mais vois comme mon âme te résiste. Colère du Tout-Puissant vain et risible, soit dans cet espace, et contemple ton impuissance ! » Cracher ensuite dans la direction du nord, avec mépris. Donner un vif coup de l’arme rituelle dans cette direction.

Se tourner ensuite vers le sud et dire d’une voix assurée en empoignant son sexe ; « force de création, tes pouvoirs s’effacent devant ma semence divine (si l’officiant est une femme, remplacer par « ma matrice divine ») qui ridicule ton acte de création. Je fais mien le pouvoir que tu m’as donné et me fait le dieu de ton univers ». Cracher une fois encore et donner un coup d’arme rituelle dans cette direction.

Se tourner vers l’ouest et en levant les bras vers le ciel, y compris l’arme rituelle, clamer ; « Je brise tout lien entre l’univers et mon être. Je renie toute obédience quelle qu’elle soit, et rejette l’unité pour me consacrer à la déconstruction de mon propre monde ». Cracher et balayer la direction de l’arme.

Se tourner enfin vers l’est et s’agenouiller face à cette direction en disant ; « Est ravageur, je respecte ton éclat initiatique, mais le considère comme outil de l’orgueilleux et du niais. J’exècre tout amour. Que l’obscurité soit mon seul guide ». Se relever, cracher et trancher dans la direction de l’est.

Allumer ensuite la bougie noire, en gardant à l’esprit le cheminement de ténèbres qu’elle implique, puis briser avec rage les deux autres bougies, en riant de la pseudo-illumination qu’elles prétendent offrir. Éteindre ensuite la bougie noire, en prenant conscience qu’aucune lumière ne peut accompagner l’officiant dans son parcours. Élever l’arme au-dessus de soi et sentir l’énergie des sentiers inversés envahir son corps. Celle-ci se manifeste sous de nombreuses formes, mais souvent par une sensation de froid extatique. Détruire alors la représentation choisie le plus violemment possible, de préférence avec l’arme rituelle. La désacraliser ensuite des manières les plus viles, par exemple en déféquant dessus, en se les enfonçant dans l’anus, ou en les moquant dans des parodies. Au summum de l’extase qui s’ensuit, clamer : « voici ce que je fais de toi, idole de l’univers ».

Achever ensuite la consécration en répandant la semence ou le fluide de l’officiant(e) dans le temple en disant : « de ma semence naît le germe du nouveau maître de l’univers. Samael, sois témoin de mon vœu et sois mon amant éternel ».

Consécration du Temple Noir par Khryssaeus

Illustration : Christmas without electricity, par Irish Typepad, 2006. Licence CC.

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil… Melmothia & Spartakus FreeMann

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This