Le Zen c’est la méditation.

L’Archie c’est l’ordre social.

La Zenarchie c’est l’ordre social issu de la méditation.

La Zenarchie est la Voie du Zen appliquée à la vie sociale. Une approche non-combattive, non-participative, a-politique de l’anarchie destinée à faire penser l’étudiant de Sirius.

La Zenarchie n’est nouvelle que par son nom. Elle est le Bâtard Zen de l’Amérique – un courant issu de la tradition Zen et se mouvant reptilignement entre diverses sectes et écoles – giflant la gueule de l’Empereur, rejetant de hautes fonctions, lançant un Koan à un bureaucrate quelque part.

Le bouddhisme zen, par exemple, a son propre lignage et ses pratiques particulières en tant que discipline spirituelle, mais lorsque les poètes américains prirent connaissance du Zen dans les années 50, par les traductions et les écrits de D.T. Suzuki, il y eut un énorme saut dans la spontanéité, la non-réalisation et l’absence d’ego. Le « beat zen » émergea ensuite, un terme façonné par Allan Watts, en tant qu’approche facile, libre et flottante du Zen. La Zenarchie avait percé sa voie dans la culture occidentale, et un nouveau véhicule était nécessaire pour la fertiliser. De ce besoin est « née » la Discordia (la merde fait pousser les fleurs, et c’est beau).

Il n’y a pas de coïncidence si les courants culturels du Zen et de l’Anarchisme se sont immédiatement rejoints lorsque le Zen a déboulé en Occident. Car nulle part ailleurs que dans l’histoire récente de l’Occident, la vie du renonçant oriental n’est plus proche que de celle du révolutionnaire, rejetant tout attachement afin de se dédier à un seul et unique but. Et aucun sage oriental n’est plus proche de la vie pleine de zeste de l’anarchiste que le maître zen.

Mais, l’anarchisme, de lui-même, se casse la gueule lorsqu’il est mis en application. Les drogués de jargons postmodernes appellent les idéologies comme l’anarchisme des « méta narrations émancipatoires » (vous pouvez le croire ?). Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que l’anarchie un système de croyances qui n’est pas différent de ceux qui le précèdent :

CROIS EN X, ET TU SERAS LIBRE. TU ATTEINDRAS LE PARADIS.

Les révolutionnaires cherchent la salvation dans LA CAUSE – c’est similaire à la manière dont opère la religion- LA CAUSE s’empare de vos vies, elle devient plus importante que vous… Plus importante qu’EUX ne le sont.

La vision de l’anarchisme ne se manifesterait pas en tant que telle si elle était appliquée directement à la société. Elle doit être atteinte indirectement comme un incident sociologique résultant de la synergie collective des individus vivants librement.

Si l’anarchisme, cependant, concerne les individus et la façon dont leurs actions se rapportent à la société, comment est-il possible de travailler sans savoir qui l’on est et ce dont on est capable ?

La connaissance de soi ne grandit que dans l’épreuve, et l’épreuve apporte la croissance. Éprouvez-vous vous-même et vous vous connaîtrez. Et ce faisant, vous obtiendrez la connaissance de vous-même. Le Discordianisme, lorsqu’il est pratiqué en tant que discipline / danse offre de nombreuses opportunités pour s’éprouver soi-même et pour se modifier.

Dans le Japon féodal, il existait ce que nous connaissons comme les guerriers érudits. Des poètes et des prêtres guerriers – les pratiquants du zen de l’art de la guerre. Les destructeurs cultivés, les combattants illuminés. Voilà le rôle du Zenanarchiste.

Ainsi, les plus beaux fruits de cette union entre le Zen et l’Anarchie doivent encore être cueillis. Ce que le Zen a le plus à offrir à l’Anarchisme est la liberté ICI et MAINTENANT. On n’a plus besoin du rêve anarchiste d’un millénium utopique par la destruction de l’État – car on peut trouver la liberté dans la lutte, par la lutte pour se connaître soi-même et en intériorisant cette idée que la liberté est partout pour ceux qui dansent dans la vie, plutôt que de courir ou de marcher.

L’un des personnages des écrits du Bienveillant Polypère est Hung Mung, dont le nom signifie Chaos Primordial, raison pour laquelle il fut adopté comme sage taoïste par la Société Discordienne. En tant que tel, Hung Mung est aussi un Immortel Zenarchiste, car la Zenarchie est au Discordianisme ce que le Zen est au Bouddhisme ou au Taoïsme.

Zenarchie. Titre original « Zenarchy nutshell ». Texte extrait de BOOK 5 – The Zenarchist’s CooKBook. Traduction française par Spartakus FreeMann, novembre 2008 e.v.

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil… Melmothia & Spartakus FreeMann

  1. Jack Kerouac faisait le fou pendant qu’Allen Ginsberg hurlait et Burroughs se shootait . pour moi c’est ça le zen , l’inter correspondances des êtres et de leurs idées dans le satori.

    Parce que le raisonnement est simultané à la réflexion et directement lié à l’expression du mental , l’anarchie et le bouddhisme zen sont directement liés par la revendication individualiste qu’il impliquent dans leur courant de pensée respectifs.

    D’ailleurs je dirais même que l’anarchiste est nécessairement bouddhiste par la perception qu’il détient de la liberté de conscience , expression et de pensée qui correspond nécessairement à une forme de démence pour le bien pensant , celui qui ne croit pas en ses idées et n’est pas prêt à mourir pour elles.

  2. L’anarchie se renouvèle dans l’instant. Un instant captif un autre libéré…

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This