Art, Poésie et divers

Bastions Pirates

Bastions Pirates | KAosphOruS WebZine Chaote

Bastions Pirates – Sous la Bannière du Roi de la Mort. Texte extrait de « Do or Die » #8 – Traduction FTP Anti-© 2001

Durant « l’Âge d’Or » de la piraterie, entre le 17ème et le 18ème siècle, des équipages composés des premiers rebelles prolétariens, des exclus de la civilisation, pillèrent les voies maritimes entre l’Europe et l’Amérique. Ils opéraient depuis des enclaves terrestres, des ports libres, des « utopies pirates » situées sur des îles ou le long des côtes, hors de portée de toute civilisation. Depuis ces mini-anarchies – des « Zones d’Autonomie Temporaire » – ils lançaient des raids si fructueux qu’ils déclenchèrent une crise impériale, en s’attaquant aux échanges Britanniques avec les colonies, et en écrasant le système d’exploitation globale, d’esclavage et de colonialisme qui se développait.

Nous pouvons aisément imaginer la vie attractive qu’était celle d’un écumeur des mers, n’ayant de compte à ne rendre à personne. La société Euro-américaine des 17ème et 18ème siècles était celle du capitalisme en plein essor, de la guerre, de l’esclavage, de l’enclosure des terres et des déblaiements ; la famine et la misère côtoyaient une richesse inimaginable. L’Eglise dominait tous les aspects de l’existence et les femmes avaient peu de choix hormis l’esclavage marital.

Bastions Pirates
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
Vous pouviez être enrôlés de force dans la marine et y endurer des conditions bien pires que celles à bord d’un bateau pirate : « Les conditions pour les marins ordinaires étaient à la foi dures et dangereuses – et la paye était faible. Les punitions distribuées par les officiers incluaient les fers, la flagellation, le passage sous la quille – la victime étant tirée au moyen d’une corde d’un côté à l’autre du bateau. Le passage sous la coque était un châtiment qui s’avérait souvent fatal. » Comme l’a très bien fait remarqué le Dr Johnson : « Aucun homme ne sera marin s’il a la possibilité d’aller en prison de lui-même ; car être marin c’est être en prison avec la chance d’être noyé… Un homme en prison a plus d’espace, une meilleure nourriture, et communément, une meilleure compagnie. »

En opposition à cela, les pirates créeront un monde qui leur était propre, où ils avaient « le choix ;en eux-mêmes » – un monde de solidarité et de fraternité, où ils partageaient les risques et les gains de la vie en mer, prenaient collectivement les décisions et vivaient pour eux-mêmes dans le présent, refusant de servir d’outils aux commerçants pour que ceux-ci puissent accumuler des richesses. D’ailleurs, Lord Vaughan, Gouverneur de la Jamaïque écrivait : « Ces Indes sont si Vastes et Riches, et ce genre de rapine si doux, que c’est l’une des choses les plus dures au Monde que d’en sortir ceux qui en ont fait usage pendant si longtemps. »

L’Emergence de La Piraterie.

L’ère de la piraterie Euro-américaine débute avec la découverte du Nouveau Monde et de l’énorme empire conquis par les Espagnols dans les Amériques. De nouvelles technologies permirent aux voyages en mer d’avoir plus de régularité et de précision, et les nouveaux empires émergeants n’étaient pas tant basés sur le contrôle des terres que sur celui des mers. Les Espagnols constituaient la superpuissance maritime du 16ème siècle, mais ils ne restèrent pas très longtemps sans concurrence : les Français, les Hollandais, et les Anglais se battaient tous pour devancer les Espagnols dans la course à l’empire. Dans cette quête, ils n’hésitèrent pas à recourir à la piraterie pour attaquer les Espagnols tant haïs et ainsi remplir leurs coffres avec les richesses que les Espagnols avaient dérobés aux Amérindiens. En temps de guerre, ces raids étaient légitimés comme actes corsaires, mais le reste du temps il s’agissait simplement de piraterie d’état (ou du moins d’une piraterie tolérée, voire même encouragée).

Au cours du 17ème siècle, les empires embryonnaires finirent par devancer les Espagnols et à s’établir. Grâce aux nouvelles technologies, la navigation n’était plus uniquement utilisée pour les produits de luxe, mais devint la base d’un réseau commercial international essentiel dans l’origine et le développement du capitalisme. L’expansion massive du commerce maritime durant cette période créa également et de façon évidente, une population de marins – une nouvelle classe de salariés qui n’existait pas auparavant. Pour beaucoup d’entre eux, la piraterie paraissait être une bonne alternative aux dures réalités des navires de commerce ou de guerre.

Mais en même temps que les nouveaux empires s’affirmaient – et plus particulièrement l’empire Britannique – les attitudes envers la piraterie changèrent : « Le boucanier festoyeur ne convient pas aux marchands à la tête froide ni aux bureaucrates impériaux, dont le vieux monde de bilans et de rapports entre en conflit violent avec celui des pirates. » La classe dirigeante reconnaissait que ce commerce stable, ordonné et régulier servait les intérêts d’un pouvoir impérial mature bien mieux que la piraterie. Ainsi la piraterie fut forcée d’évoluer entre la fin du 17ème siècle et le début du 18ème siècle. Les pirates n’étaient plus des gentlemen-aventuriers subventionnés par l’état, comme Sir Francis Drake, mais des esclaves en fuite, des mutins, un mélange pluriethnique de prolétaires rebelles. Là où il y avait jadis un flou entre activité commerciale légitime et piraterie, les pirates réalisèrent alors qu’ils leur restaient très peu d’amis et qu’ils étaient de plus en plus considérés comme des « Brutes, et des Prédateurs ».

Comme la majeure partie de la société rejetait les pirates, ceux-ci devinrent aussi de plus en plus antagonistes face à leur rejet. A partir de là, les vrais pirates étaient ceux qui rejetaient explicitement l’état et ses lois et se déclaraient en guerre contre celui-ci. Les pirates étaient chassés loin des centres de pouvoir comme les colonies Américaines, à l’origine hors du contrôle de l’état et relativement autonomes, et ensuite contraintes de suivre le courant dominant du commerce impérial et du gouvernement. Il se développa alors une spirale mortelle de violence sans cesse croissante lors de laquelle les attaques de l’état entrainaient la vengeance des pirates, ce qui mena à un état de terreur plus grand encore.

(…)

Pour lire la suite ou télécharger ce document sur Scribd.com

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil… Melmothia & Spartakus FreeMann

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This