Art, Poésie et divers

Le Sentier de Daath

Le Sentier de Daath


La Porte Mystérieuse du Mont-Saint-Michel

« Là où je veux en venir, Pierre, c’est qu’il existe sur Terre des lieux très particuliers, très rares et longtemps tenus secrets, où le Feu d’en Bas rencontre le Feu d’en Haut. Ces lieux sont des lieux de passage, des lieux initiatiques, qu’on appelle aussi portes entre les mondes. L’énergie de la Vierge y rencontre celle de la Vouivre, pour ouvrir le Cœur de l’Homme aux mystères de la Création.

Celui qui a vécu l’initiation dans l’antre de la Vouivre, dans la caverne du Dragon, en ressort régénéré.

On parle de Renaissance. »

Le Sentier de Daath

Le Sentier de Daath
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
« Mais qu’est-ce que c’est que ton truc ?!  De quoi ça parle, dans quelle case je dois le mettre ? » Bonne question l’ami libraire, d’autant qu’on me la pose souvent depuis la publication du bouquin. Roman, thriller, new-age, tourisme, philosophie, magie, témoignage, chamanisme, histoire, développement personnel ? « Ben lis-le, mec ! », aurai-je envie de répondre… Mais l’inconnu fait peur, et lire prend un temps qu’on a pas forcément envie de perdre. Alors j’essaie de donner une piste, je tâtonne, j’y vais en douceur… Si, si, il y a les cartes du Sentier pour marcher jusqu’au Mont-Saint-Michel à la fin, avec les indications quand il faut tourner à gauche, le contenu du sac-à-dos idéal, la recette de la lessive à la cendre, de l’huile de millepertuis, et des nouilles aux orties. Regarde, j’ai même mis la liste des hébergements, pas facile à trouver ça ! Et puis j’explique comment faire du feu sans allumettes, c’est pratique ça si t’as pas de briquet !

Surtout, ne pas effrayer… Car ce livre est un piège, un broyeur d’intellect, un abîme, le Sentier de Daath. Un livre dont VOUS êtes le héros, si vous acceptez le deal, et décidez de prendre un bâton pour mettre en marche votre machinerie biologique, bourrée de nerfs et d’influx électriques, de sang chaud, de muscles et d’os.

Heureusement, il est bien distribué, merci Alphée, donc on finit toujours par lui trouver une place, il est même à la FNAC, je trouve ça drôle, car jamais je n’aurai imaginé que ce livre soit accessible facilement.

Mais après tout, je ne récolte que ce que j’ai cherché à semer: un dynamitage des genres, et des cloisons… Et quand il n’y a plus rien, qu’est-ce qu’il reste ? Un trou noir, ou pas, où l’on accepte de plonger et de se dissoudre, page après page, que l’on traverse, ou que l’on fuit, exaspéré, ou exténué.

Living on the Edge !

D’autant que tout est fait pour brouiller les pistes, comme cette couverture, où ne figure même pas le terme de Roman… Car si ce n’en était pas un ? Un titre passe-partout, bien trop long, mais avec un Mont-Saint-Michel dedans, c’est plus accrocheur et faut bien en vendre quelques uns.

Idem pour la photo, le profane n’y verra que du feu, au mieux, toujours ce fameux Mont découpé au laser de Photoshop qui fait déplacer des millions de touristes chaque année. Mais l’initié (c’est qui lui ?), ou le visiteur aguerri sera plus attentif. Car la photo où s’est greffée le Mont est rare, très rare… Il s’agit de la crypte de Notre-Dame-sous-Terre, la racine du Mont. La pierre qui se découpe, dans l’ombre de l’Abbaye, fut posée par Saint Aubert, au VIIIe siècle. Sur l’appel d’un rêve, première trace onirique de cet héritage rayonnant sur le Monde.

Et il y a ce sous-titre, «Le Sentier de Daath»… La clé à 3 pans de cette fameuse Porte mystérieuse.

– Le Psychédélisme, avec le célèbre acronyme L.S.D. L’alcaloïde de l’ergot de seigle, utilisé selon Hoffman lors de la célèbre anabase d’Eleusis.

– L’Alchimie, avec l’étymologie Fulcanellienne du mot Sentier/stibia, qui a la même racine que la fameuse stibine/Antimoine, la matière première de l’Oeuvre.

– La Kabbale, avec cette non-séphira, cette Sphère magique, secrète, l’Epreuve entre l’Esprit/Kether, et le Coeur/Tiphereth.

Bon, on peut donc commencer à voir un peu plus de quoi ça parle, si on se gratte un peu la tête. Normalement, tout est expliqué dans le bouquin, mais je voulais laisser ce signe visible à l’extérieur. Mon glyphe à moi… Posé sur cette couverture et sous ce titre très « nouvelle spiritualité », le signe de la plante vénéneuse, parée de ses belles couleurs, mais portée sur le pyjama blanc.

Donc ça parle de psychédéliques, pas n’importe lequel, un des plus puissant et intriguant de la Terre, relié au peuple des Pharaons et aux Pygmées, en provenance direct des étoiles selon la Tradition: l’Iboga. Bon, je parle aussi de l’Ayahuasca et de la Psilocybine, faut pas faire de jaloux non plus, c’est pas le but, oh non ! Mais ça cause aussi d’Hakim Bey, d’Avatar, de TAZ, d’Internet, de Deleuze, de 2012, ou 2011, de Crowley, de Badiou, de Myazaki, de Sarkozy, de Lovecraft, de Matrix, de Guénon, de chakras, de glande pinéale, de Servan-Schreiber, de Star-Trek, des Mayas, des frères Bogdanov, et de fond diffus cosmologique.

Mais ça parle surtout du Christ, de la Vierge, et d’un vieux Dragon. Après faut pas trop le dire aux Chaotes, car j’ai même réussi à glisser une photo de Jésus à la fin du livre, et ils pourraient trouver ça vieux jeu…

On s’intoxique aussi pas mal, on s’empoisonne, car la Vie est Toxic, comme le chante Britney Spears. On y cherche le Graal, on croise Lancelot et Guenièvre, la terrible Morgane. Certains disent même qu’on y aperçoit la Pierre Philosophale… On y rencontre enfin de vieilles églises poussiéreuses où on allume des cierges, et où on prit, face contre terre. Soyez prévenus !

Le tout saupoudré du funk de Fela, du rap de Hamé, et de cantiques de David.

Bon allez, comme il fallait bien que j’essaie de donner une cohérence à tout ça, j’ai cherché un plan. J’ai pris le plus simple qu’On m’ait inspiré, la Croix. Ça se déplie donc en 2 axes, 2 chemins, horizontal, et vertical. L’axe horizontal, c’est ce chemin du corps, la marche, ces 4 étapes de Champsecret au Mont-Saint-Michel. Les ampoules, la sueur, la fatigue, mais aussi la Rencontre, celle de Clara, car le corps, c’est beau aussi. L’axe vertical, c’est le chemin de l’esprit, l’anabase, le retour à la Source, la décristallisation de ce Flux qui nous bombarde chaque jour en passant par la Philosophie, la Magie, la Gnose, et la Mystique. Merci Tomberg. Là encore, 4 étapes, de Malkuth à Kether, la Voie de la Flèche.

Bien sûr, ça se croise tout ça, et comme la géométrie fait bien les choses, ça se passe en Tiphereth, le Coeur où fleurit la Rose de la Croix. Alors évidemment, certains, plus curieux que d’autres, me demandent à la fin si c’est une histoire vraie, si ça existe les Stalkers ? et je réponds qu’on s’en fout, car cette histoire fait déjà partie du passé. La suite, c’est celle qui s’écrit avec vous qui lisez ces lignes, et c’est elle qui m’intéresse aujourd’hui.

D’autres trouveront ça maladroit, mal écrit, incompréhensible, chiant, ça me touchera, c’est sûr, et ils auront raison aussi. Après, je leur dirai que c’est un premier roman, mea culpa, j’ai appris sur le tas, on ne peut pas plaire à tout le monde, etc.

Sinon, le livre a été imprimé en pleine éruption solaire.

Les peuples se réveillent.

Le New York Times vient enquêter sur les illuminés de Bugarach.

Mince…

Manquerait plus que ce soit prophétique en plus !

Bon, et comme ce travail est maintenant terminé, je retourne sur le Sentier, car comme le dit Arthur, « j’ai besoin de ce rapport à la vie, besoin de sentir son souffle glisser en moi. De retourner dans la Zone… C’est mon rôle, Pierre, ça fait partie du Plan

Mais je garde un iPhone avec moi.

Car le Sentier existe maintenant dans un autre monde, celui de l’Araignée, celui du Web.

Bertrand Leroy
www.neostalker.org

Jeune trentenaire parisien, Pierre voit sa vie basculer le jour où il décide de partir marcher vers le Mont-Saint-Michel. Ce voyage l’emmènera sur les traces d’une ancienne Connaissance, où se mêlent Alchimie, Philosophie et Chamanisme.

La rencontre d’Arthur, son guide, et de Clara, l’ouvre alors à une dimension du Monde dont il ignorait tout: celle de l’Amour et d’un Combat permanent entre Fraternités en vue de sauver l’Humanité de sa destruction prochaine.

A mi-chemin du thriller et du roman initiatique, quête du Graal revisitée, Le Sentier de Daath explore les liens qui peuvent se tisser entre science et mystique. Boîte à outils gnostiques, magiques et philosophiques, trait d’union entre l’ésotérisme occidental et le savoir des peuples premiers, il dévoile au lecteur une nouvelle façon de vivre le monde, à l’écoute de son Cœur et du rythme de la Nature.

Loin de la fiction, ce récit d’une histoire vraie se veut avant tout un guide pour le marcheur qui sommeille en chacun de nous. Il regroupe ainsi l’ensemble des cartes du Sentier, la liste des hébergements, le matériel nécessaire ainsi que de nombreux conseils pour se lancer dans une telle aventure, sur le Chemin du Paradis…

La Porte Mystérieuse du Mont-Saint-Michel – Le Sentier de Daath, par Bertrand Leroy, éditions Alphée 2011.

Achetez ce livre sur Amazon.fr

Le Sentier de Daath
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil… Melmothia & Spartakus FreeMann

  1. airzombie

    On le connaît ce Leroy ?

  2. Non, justement, un bon moyen de faire découvrir un nouvel auteur, qui écrit bien à ce que j’ai pu lire de lui pour le moment. On le croise sur FB.

  3. Merci Spartakus pour le lien !
    Sinon, pour airzombie, pas de problème pour me croiser sur le Whirl internet, FB ou autres…
    IRL aussi, généralement, aux alentours du Sentier, de Daath ou du Mont-Saint-Michel…
    Au plaisir de te rencontrer, ou d’échanger autour du bouquin.
    Un livre assez particulier, qui évoque aussi bien le Christ que Choronzon, l’hostie que la psilocybine, Deleuze que Crowley.
    On peut lire un bon extrait du bouquin ici, ça donne une idée des personnages:
    http://www.neostalker.org même si l’extrait s’arrête là où ça commence vraiment… Le principe du teasing.

  4. airzombie

    FB ?

  5. Très cher Légat frater Airzombie, vous me réciterez trois litanies des saints chaotes. FB pour Facebook 😀

  6. Tau bud

    kool, ça l’airsympa, hein airzomb !
    et si en plus l’auteur vient nous voir…
    amazone, ils envoient bien en nouvelle calédonie ?

  7. @Tau bud: tu es en Nouvelle-Calédonie ? J’ai un copain qui habite là-bas, et qui a lu une des toutes premières versions du Sentier. Je peux te mettre en contact, il mixe sur Nouméa, et est bien branché kabbale, alchimie.
    Sinon, effectivement, je pense qu’Amazon livre là-bas…

  8. vrais reconnaissent vrai… bertrand ton boulot tue et vive la mort ! Prolifération du virus à mème de soigner le monde. Végétal-roi connEXUon.

    Merci encore pour tout
    Revival initiatique dans les campagnes

    Ah ouai Bertrand Crowley carrément ? T’as changé de main ? c’est pour la cause ?

    A bientôt pour de vrai
    communiste jusque dans les rituels

  9. Dryustan Artosa Novalis Byron

    “On le croise sur FB.” Oui, mais c’est lequel ? Parce qu’il y en a plein (dont un habillé en superdupont dont je suis d’ors-et-déjà fan).
    Pareil pour moi; il y a une tonne d’usurpateurs spoliant mon nom (l’autre nom…), hors, il ne peut en rester qu’un…

    Sinon, ça a l’air vachté intéressant.
    Merci Spart, j’explose mon budget bouquin avant même que le mois ne soit commencé (pourvu que les bouddhistes et autres tenants de la réincarnation aient raison, sinon je n’aurais jamais le temps de tout lire…).

  10. Félicitation pour ton book Bertrand, on dirait que le Grand Manitou nous a donné l’occaz d’une série de synchronicités pas piquée des hannetons (comme dirait l’Uncle Hofmann)

    Bien impatient de lire tout ça en tout cas,

    J’ai eu l’occasion d’échanger brièvement avec le Stalker pendant l’écriture de son bouquin et je peux dire qu’une chose c’est qu’il m’a donné envie d’en savoir plus !

    23′

  11. PS : la couverture est vraiment réussie ! tiens et Alphée ça fait presque Aleph.. 🙂

  12. Bin dis donc, on dirait que le Mont Saint-Michel est un symbole particulièrement important, pas vrai Kazim ? 😉
    A++,
    Hiramash.

  13. @Kazim: clair, dans le style écriture, acte psycho-magique jodorowskien, il y a vraiment eu de belles synchronicités ! Au plaisir de te croiser sur le Sentier ou ailleurs, et merci pour les échanges que nous avons eus.

    @Dryustan: vrai qu’il y a beaucoup de Bertrand Leroy. Je ne sais pas trop comment ça marche sur FB, mais normalement, j’ai mis la couv du livre comme photo de profil.

    @Cea: Crowley-Leroy, un début d’anagramme, j’avais jamais remarqué… Sinon, ouaip, tu as raison, c’est pour la cause, sorciers, magiciens, TOPI et Spiral, même combat, et il y a du taf’ !

  14. Dryustan Artosa Novalis Byron

    Rah. L’ouvrage, malgré les dires des vendeurs peu scrupuleux, n’est pas à la fnac des halles…

    Bon, je finirai par le trouver (avant fin de la semaine, me connaissant) mais si quelqu’un a une bonne adresse (j’ai horreur de commander mes bouquins), je suis preneur.

    Sinon, quelqu’un a t-il lu Thee Psychick Bible ou le Magia Sexualis ?
    Qu’est-ce que ça vaut ?

  15. @ Dryustan

    Thee Psychick Bible, well, on l’a déjà en intégral sur le web, de ce que j’en ai lu, ça ne me correspond pas, mais cela me semble utile à lire.

    Magia Sexualis, passe ton chemin 😀 A moins d’avoir un intérêt pour les branchements électriques en astral et les positions en levrette envoûtante, l’intérêt du livre est moyen-moyen. En tout cas, cela ne vaut pas le prix. Tu trouve une occaze facilement pour 5 euros.

  16. Yes la Psychick Bible est très aXée symbolique de l’ambiguité, l’amour avec des cornes… Porridge avec le TOPI a organisé un réseau puissant de marginaux, une sorte de franc-maçonnerie pour chiens, et il n’a pas été le dernier pour dire les rites spéciaux camouflés dans les hauts degrés de l’OTO. Après il pense loin, voir ses travaux sur le vampirisme d’Osman Spare par l’art, ou comment s’immortaliser en utilisant des points d’accès dans l’art… techniciens du sacré, revival du carrefour Occulte/arts brutaux. Et il y a beaucoup de théorisations et de développements sur les sigils (ça structure le topi la pratique des sigils), sur la notion de contrôle du langage chère à Korzybski et repris plus tard par Burroughs. En fait Porridge a retracé un sentier qui part des musiciens pANIQUES de Jajouka et qui passe par Bhairava, le voodoo, la musique et le dépliage de forces souterraines pour fossoyer la civilisation. Du bon matos, surtout qu’il y a des infos dans le livre gris qui ne se retrouvent nul part à propos des sigils. Pour une fois que Camion Noir nous l’a fait pas à l’envers… Parce que les livres de 200 pages à 30€ ça ne tend pas à démocratiser la magick, mais est ce un but valable ? Porridge est quelqu’un d’éminemment créatif, il véhicule des concepts qui sont de véritables outils performatifs pour le réel.

    Magia Sexualis il y a un passage intéressants sur les parfums, mais je préfère de loin des ouvrages de Maria De Naglowska et sa théologie électrique de Jonction entre les forces du dessus et du dessous… un peu dans la lignée du Process de Grimston.

  17. Dryustan Artosa Novalis Byron

    Merci du tuyau. Une économie de bientôt 70 pétro-dollars quand-même…

  18. @ Cea : je ne nie pas l’intérêt de TPB, je maintiens juste que cela ne me correspond pas. La magic(k) ce n’est pas seulement imiter Burroughs en partouzant dans une marre de foutre, genre décadent blasé dans une pose parisianiste et tellement contre-culture qu’on en vient à vendre la même merde que celle que l’on conchie chez les autres. G P O est un individu hors norme, ayant testé certaines limites, en ayant dépassé d’autres. Mais, nous pauvres lecteurs virtuels, qu’avons-nous fait qui nous permettrait de nous y mesurer ?

    D’accord concernant le prix du Chaos compendium, je ne devrais pas le dire, et cracher dans la soupe, mais c’est trop cher, aucun risque donc que cela démocratise la “chose” ailleurs que dans quelques cénacles enfumés de quelque cave underground de la néo-élite aux clinquants piercings anaux – genre j’y vais, mais pas trop ça va niquer mes crêtes néo-punk hype destroy zyva “mort aux vieux cons” et moi, moi d’abord, surtout.

  19. Ho spartakus freemann ! Je ne parlais pas de Chaos Compendium, d’ailleurs je l’ai acheté. Plutôt d’en effet la réédition de magia sexualis, de la race à venir, des trucs wiccans et nazis…
    Au moins Chaos Compendium a l’exclusivité francophone de Peter Carroll, c’était nécessaire de publier ça. Je parle plutôt des trucs déja édités, bien moins chers et souvent moins truffés de fautes et avec une mise en page plus honnète.

    Pour le TOPI je comprends que ça ne te parle pas, je n’ai pas pris ça pour une critique. Après c’est vrai que quand on lit les textes de Gen, on voit beaucoup de beauté, d’idéalisme quasiment romantique… C’est un paradoxe marrant quand on sait l’extrèmisme transgressif/transcendant du bonhomme en ce qui concerne les pratiques corporelles… Loin de moi l’idée d’encenser le bonhomme, je trouve juste ses concepts avancés inédits, créatifs, inspirants. Après ce n’est pas le cas de tout le monde. Mais je crois que l’odeur de souffre qui voltige autour du TOPI est plus du à la presse à scandale et à la mine effrayé des religieux de tous bords (les relations entre l’oto “traditionnel” et les membres du Topi est décrite dans le bouquin et est à mon avis pertinent pour comprendre l’évolution de la perception magick.) on l’a accusé de rites satanistes pédophiles quand mème, ce qui n’est pas rien (il a été reconnu innocent)…

    Après le mouvement branchouille magicko highteck parisien, je ne connais pas, je ne savais mème pas qu’il existait. Je sais qu’à Paris ils font des soirées paillettes littéraires spécialement pour Sade… Bataille a dit que la force de Sade était dans son impossibilité a être intégré à une idéologie, un mouvement, une pose… Ce qui fait réfléchir sur la compréhension de la portée de l’oeuvre sadienne par l’élite parisienne, que je n’ai jamais fréquenté… plutôt du côté de la Zombi Nation, les chiens actifs sur le terrain, le vegetal-roi et toutes ces micro sociétés qui ne sont pas à demi initiatiques et ne sont ni dans l’annuaire ni sur le net…

    En tout cas je suis désolé si j’ai été mal compris, parce que avant de lire l’anglais j’ai beaucoup profité de tes traductions, de chaos compendium, de ton livre sur les sigils… en un mot un respect simple et sincère pour ton boulot qui n’a rien d’un léchage de boules… mais juste chaos compendium est concentré, alors le nombre de pages n’était pas vraiment un argument terrible…

    A bientôt en vrai ! le langage est tout le temps un mensonge pour figer le réel

  20. et puis la magick est un mauvais prétexte pour organiser des partouzes… encore avec des chiens, l’accouplement avec la bête comme dans Lucifer Rising je dis pas non… mais avec des humains… farce bien sûr !

    in chienne oui trust

  21. parce chaos compendium a été épargné, mais la plupart du temps les bouquins de camion noir sont truffés de fautes, d’erreurs de mise en page… pour le prix c’est un peu abusé, mème si ils rééditent des trucs pertinents vaut mieux à mon avis acheter des éditions plus anciennes d’occasion édités chez d’autres personnes.

  22. @ Cea
    Je rebondis sur ta remarque concernant les fautes et les erreurs de mise en page. Camion Noir n’est pas la seule maison d’édition à ne pas/ plus employer de correcteur. Or, il est très difficile de se relire soi-même – effet de myopie inévitable au dixième passage sur une page. Résignés à ce que la qualité du texte ne repose que sur nos plumes, le Compendium a été revu à la loupe, soigné, biné, sarclé – merci encore à José.

    D’une façon générale, il faut s’attendre à ce que la qualité des livres se dégrade dans les années à venir. Après quelques sursauts cardiaques devant des maquettes d’ouvrages, nous sommes arrivés à ce constat : l’auteur doit écrire le livre, le relire, le corriger, traquer la faute, dessiner les illustrations, découvrir quel sera le meilleur format pour celles-ci (si vous hésitez, je conseille le tirage du Yi-King), si possible dessiner ou trouver l’illustration de couverture, suivre de très près l’élaboration de la maquette s’il ne veut pas des titres en bas de page ou que le petit tableau de la p. 105 se déplace en p. 263, sans oublier d’assurer la publicité et la communication autour de l’ouvrage après sa sortie, tâche dont les éditeurs se sont délestés depuis quelques années (là, je conseille le petit tambour et la plume dans le cul, du meilleur effet dans les séances de signature au supermarché du coin). Je pense que l’étape suivante sera la distribution des exemplaires chez les libraires – de préférence en vélo, les droits d’auteur laissant leur bénéficiaire très loin de pouvoir s’offrir un plein d’essence.

    Mel (Soror D.S.)

  23. Sympa cette aparté sur le TOPI, marrant que ça arrive sur le topic du Sentier… J’avais lâché ce mot comme ça, sans penser aux répercussions.
    Ce qui me fascine dans ce mouvement, c’est son esthétique. Après, on tombe justement dans sa limite, et les discours de Gen ne me parlent pas vraiment. Cf une interview ici:
    http://www.lesinrocks.com/musique/musique-article/article/genesis-p-orridge-sympathy-for-the-devil/
    Comme si lui aussi s’était enfermé dans son monde, extrême certes, mais tout aussi vain…
    Enfin bref, j’ai quand même énormément de sympathie pour tous ceux qui oeuvrent dans la réalisation de leur Etre, plutôt que pour les agents Smiths en costards.

    @Melmothia:
    Ahlàlà, ce que tu racontes sur le monde de l’édition me parle vraiment. Je ne vais pas raconter mon chemin, car en fait tu l’as très bien fait, jusque dans les détails !
    Ca va qu’on est jeune et motivé hein, et que c’est pour la Cause, parce que quand même…
    Après, reste des rencontres, qui valent bien toutes ces prises de tête, car mine de rien, écrire demeure quand même un boulot d’artisan bien cérébral !

  24. Dryustan Artosa Novalis Byron

    Désolé pour la légère dérive, Bertrand, c’est un peu de ma faute… Merci à Spartakus et Cea pour leurs précisions. Du coup ça m’intéresse, rien qu’à titre de documentation, mais à 38$ le book, ils se sont lâchés chez Camion Noir. Ok, il est deux fois plus gros que d’autres proposés au même prix ou presque mais là, on nous prend clairement pour des vaches à lait. Raizer doit s’acheter un nouveau Cayenne ou quoi ?

    Pour ce qui est de l’enfer éditorial décrit ci-dessus, franchement, ça me désole. J’espérais sincèrement que vous autres gens de plume soyez honnêtement rémunérés pour vos travaux. Vraiment, c’est un crève-coeur. Et ma compassion n’est pas totalement désintéressée dans la mesure où je compte bien rejoindre votre club un jour prochain.

    Sinon, Bertrand, j’ai testé ton lien sur P-Orridge, et tout ce à quoi j’ai eu droit est un: Erreur : Les paramètres pour afficher la nouvelle sont incorrects ou absents. Erreur sur la page ou ça vient de chez moi ?
    PS: ton bouquin est sur ma liste 🙂

  25. Marrant, j’ai vu ça ce matin que le lien ne marchait plus, alors qu’il marchait la veille…
    On peut encore lire l’interview avec Google Cache, mais pour combien de temps ?

    http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:X2ZKZeI3TiYJ:www.lesinrocks.com/musique/musique-article/article/genesis-p-orridge-sympathy-for-the-devil/+genesis-p-orridge-sympathy-for-the-devil&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr&source=www.google.fr

  26. Dryustan Artosa Novalis Byron

    Merci pour le lien. Le personnage est vraiment intéressant.

  27. Funambule Apatride

    @Bertrand : Tau et moi-même nous connaissons déjà 🙂
    Du beau monde sous ton livre ! Lu, approuvé et recommandé.

  28. Dryustan Artosa Novalis Byron

    Rah ! Je viens d’en terminer la lecture à l’instant même ! Bombesque ton bouquin. Seul défaut: il a une fin. J’aurais presque aimé qu’il ne finisse jamais. Enfin… j’ai cru comprendre que la suite s’écrivait IRL… Ça tombe bien car ça me tente bien, ton histoire de Sentier. Bref, un livre écrit par un alchimiste, un vrai. Et justement, ça m’inspire une comparaison un chouia cynique, si je puis me permettre: L’Alchimiste de Paulo Coelho, mais avec une histoire, et une fin carrément moins clicheton (désolé Paolo…)…

    En te souhaitant le même succès que lui !

  29. Merci beaucoup Dryustan, c’est toujours un réel plaisir d’avoir des retours de lecteurs, surtout aussi positifs que le tien !
    Rapport à la comparaison avec Coelho, puisse le grand Thot entendre ta voix… Détail amusant, c’est vrai que je le cite à un moment, rapport aux pierres Urim et Thummim, mais lors de ma première interview radio sur le Sentier, en face de moi, j’avais un auteur qui avait justement reçu le prix Coelho (A l’aube du 7e Sens) et qui lui avait serré la main…
    Mais bon, on ne joue pas dans la même cour, le propos de mon livre est un poil plus radical et subversif que le sien, car expérimental 😉
    On prend plus de risque à citer La Rumeur et Crowley dans un voyage psychédélique, que lors d’une balade à dos de chameau dans le désert…

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This