A la Une Autres Magies Left Hand Path

Les Qliphoth au sein de la magie occidentale

Les Qliphoth

Les Qliphoth au sein de la magie occidentale par Spartakus FreeMann

 

« Tout ce qui, dans la Vie, est corrompu, contraire aux éternels dessins de l’ABSOLU, éternellement rejeté par Lui, doit être expulsé et cette sorte d’exécration métaphysique a lieu dans l’Arbre Inversé, l’ARBRE DE MORT, hors de l’ÉPOUSE, dans la PROSTITUÉE »

Robert Ambelain – La Kabbale Pratique, éd. Bussière.

Les Qliphoth – en hébreu, קליפות, parfois orthographié Klipoth ou qelipoth – qui signifient « écorces » ou « coquilles », se réfèrent aux forces du mal ou aux impuretés de la matière dans le cadre de la Création. On les rencontre aujourd’hui un peu partout, de la magie cérémonielle à la Kabbale pratique, en passant par des détours étonnants comme la Wicca ou le runisme moderne. Ce concept étant majeur dans l’occultisme contemporain, il m’a semblé utile de fournir quelques repères à ceux qui désireraient se frotter aux jumeaux maléfiques de l’Arbre de Vie.

Avant que Grant ne délire sur les Qliphoth, lancées telles des métros fous dans des tunnels de cinq à Set, on les trouve dans les œuvres d’Aleister Crowley – qui en donne les correspondances dans son Liber 777 – et dans les écrits de la Golden Dawn où, faute de définitions claires, on les associe pratiquement à des entités démoniaques. L’occultiste aimant les termes hébreux abscons – ça donne l’air intelligent – et tout ce qui touche à la tourbe vicieuse d’une magie noire qu’il se voudrait combattre tout en couchant avec, les Qliphoth sont devenues au fil du temps un fourre-tout assez ténébreux.

Le terme Qliphoth s’origine dans la Kabbale juive où il représente les forces maléfiques attachées aux différentes Sephiroth. La source première semble se trouver dans le Talmud, traité Souca 52a & traité Eroubin 19a.

Ultérieurement, dans le Zohar, plus particulièrement les passages sur Ruth, ou Midrash ha-Neelam sur Ruth 79b, nous pouvons lire un passage où l’on nous parle du penchant du mal qui possède sept noms : Mauvais, Impur, Satan, Ennemi, Pierre d’achoppement, incirconcis, Tsafoni. La Géhenne a sept noms (voir Pirqé de Rabbi Eliézer chapitre 53) : Puits, Oubliette, Silence, Bourbier, Sheol, Ombre de Mort, Terre d’en dessous.

Les Qliphoth dans le système de la Golden Dawn.

Eliphas Levi en parle dans ses ouvrages : selon lui, « les Qliphoth » représentent le monde des écorces, des épluchures ou coquilles vides, des résidus psychiques, qui se développent à côté des Sephiroth.

Mac Gregor Mathers effectue un parallèle entre ces écorces et les Sept Rois d’Edom et il suggère qu’elles résultent, en fait, d’un déséquilibre du Pilier de la Miséricorde. La Golden Dawn n’est pas très prolixe sur les Qliphoth mais l’on retrouve cependant dix dénominations qui seraient les reflets des 10 Sephiroth : Aretz (Le Monde, Terre du dessous), Sheol (La Fosse), Abron (La Perdition), Tit Aïsoun (L’Ordure), Bershoat (Le Puits), Irasthoum (L’Ombre de la Mort), Ozlomoh (Les Portes de la Mort), Géhenne (La Vallée du Sommeil), Gehenoum (La Vallée de l’Oubli), Gehenomoth (La Vallée de la Mort).

Nous retrouverons cette classification, entre autres, chez Ambelain qui s’épanchera dans sa Kabbale Pratique sur les qualités méphitiques des Qliphoth, les associant avec des entités bien connues de la démonologie :

Aretz (Le Monde) – Behemoth (la Bête) – Femme Écarlate parée d’or assise sur une hydre écarlate à sept têtes et dix cornes. Correspond à la Sephirah Malkhuth.

Sheol (La Fosse) – Mammon (La Cupidité) – Femme cornue montée sur un taureau, vêtue de blanc et de vert, deux serpents s’enroulent à ses cornes et à chacun de ses pieds et de ses mains. Correspond à la Sephirah Yesod.

Abron (La Perdition) – Astaroth (L’Espion) – Homme à cheval sur un paon, aux pieds d’aigle, une crête sur la tête tenant du feu dans sa main gauche. Correspond à la Sephirah Hod.

Tit Aïsoun (L’Ordure) – Abbadon (L’Exterminateur) – Femme à tête d’oiseau et aux pieds d’aigle tenant une flèche dans sa senestre. Correspond à la Sephirah Netzach.

Bershoat (Le Puits de l’Abîme) – Meririm (Le Démon de Midi) – Roi couronné vêtu de jaune assis sur un trône avec un corbeau en son sein et sous ses pieds un globe. Correspond à la Sephirah Tiphereth.

Irasthoum (L’Ombre de la Mort) – Shatan (L’Adversaire) – Homme armé, monté sur un lion à la dextre une épée nue et à la senestre une tête d’homme. Correspond à la Sephirah Guebourah.

Ozlomoh (Les Portes de la Mort) – Asmodée (L’Exécutant) – Homme à tête de bélier aux pieds d’aigle et vêtu de jaune. Correspond à la Sephirah Hessed.

Géhenne (La Vallée du Sommeil) – Bélial (Le Rebel) – Homme à tête de cerf, assis sur une pierre d’aimant, elle-même sur un dragon. Pieds de chameau, tient une faux à sa main droite et une flèche à la gauche. Correspond à la Sephirah Binah.

Gehenoum (La Vallée de l’Oubli) – Python (le Serpent) – Léopard ayant sept têtes et dix cornes aux pieds d’ours et aux gueules de lions. Correspond à la Sephirah Hokhmah.

Gehenomoth (La Vallée de la Mort) – Belzébuth (La Vieux Dieu) – Dragon roux ayant sept têtes et dix cornes. Correspond à la Sephirah Kether.

Dans le Livre du Serpent Noir, essai publié vers 1900 pour les initiés de la l’Ordre Hermétique de l’Aube Dorée au sein du Temple Isis-Urania, nous retrouvons clairement 10 Qliphoth et leurs serviteurs associés aux 9 planètes et au soleil :

Neptune THAMIEL (תאומיאל) : THADEKIEL + ABRAXSIEL + MAHAZIEL + AZAZAEL +LUFUGIEL

Pluton CHAIGIDEL (עוגיאל) : CHEDEZIEL + ITQUEZIEL + GOLEBRIEL + DUBRIEL + ALHAZIEL + LUFEXIEL

Saturne SATERIEL (סאתאריאל) : SATURNIEL + ABNEXIEL + TAGARIEL + ASTERIEL + REQRAZIEL + ABHOLZIEL + LAREZIEL +

Jupiter GAMEHIOTH : GABEDRIEL + AMDEBRIEL + MALEXIEL + CHEDEBRIEL + A’OTHIEL + THERIEL

Mars GALEB (GLEB) : GAMELIEL + LEBREXIEL + EBAIKIEL + BARASHIEL

Soleil TAGARIRIM (TGRRM) : TAUMESHRIEL + GOBRAZIEL + RAQUEZIEL + REBREQUEL + MEPHISOPHIEL

Vénus HARAB-SERAPEL (HRB-SRRAL) : HELEBRIEL + RETERIEL + BARUCHIEL + SATORIEL + REFREZIEL + REPTORIEL + ASTORIEL + LABREZIEL

Mercure SAMAEL (סמאל) : SHEOLIEL + MOLEBRIEL + AFLUXRIEL + LIBRIDIEL

Luna GAMALIEL (גמיאל) : GEDEBRIEL + MATERIEL + LAPREZIEL + IDEXRIEL + ALEPHRIEL + LABRAEZIEL

Terre NAHEMOTH (NHMATh) : NOBREXIEL + HETERIEL + MOLIDIEL + A’AINIEL + THAUHEDRIEL

Nous avons également Sept habitations infernales :

1. Sheol – les Profondeurs de la Terre.

2. Abaddon – Perdition.

3. Titahion – la Glaise de la Mort.

4. Ber Shacheth – le Lieu de Destruction.

5. Tzelmoth – les Ombres de la Mort.

6. Shaari Moth – Les Portes de la Mort.

7. Gehinnom – l’Enfer.

Dans d’autres écrits, nous retrouvons cette tendance à associer les Qliphoth, comme les Sephiroth, à de simples forces ou entités démoniaques.

Crowley, Regardie et la Magick.

Avec Crowley et son système magick, les Qliphoth deviennent un élément de pure démonologie où nous retrouvons une fois de plus 10 ordres qliphotiques de démons (reflet des 10 ordres angéliques), 3 puissances et 22 démons qui reflètent les 22 lettres de l’alphabet hébreu…

Crowley, dans son Liber 777 (1) (une forme de lexique et de tables de correspondances magiques), donne sa propre version des 10 Qliphoth :

1 Kether : תאומיאל Thaumiel / Satan et Moloch

2 Hokhmah : עוגיאל Aghagiel / סמאל

3 Binah : סאתאריאל Satariel / אשת זנונום

4 Hessed : גצסכאה Gha’ashekah / Lucifuge

5 Guebourah : גולחב Golachab / אשתרום

6 Tiphereth : תגרירון Thagiriron / חיוא Belphegor

7 Netzach : ערב זרק A’arab Zaraq / אשמדאי

8 Hod : סמאל Samael ( »Deceivers ») / בליאל Adramalech

9 Yesod : גמיאל Gamaliel / לילית

10 Malkhuth : לילית Lilith נצמה

Dans la tradition thélémite, le nombre 11 est associé aux Qliphoth. Grant commet une confusion en pensant que ce nombre se réfère à la Sephirah Da’ath, onzième Sephirah cachée dans l’Arbre de Vie. S’il en donne une vision négative que celle-ci n’a pas dans la mystique kabbalistique, c’est sans doute par manque de connaissance. Car il est assez évident, si l’on regarde le tableau ci-dessus, que nous avons bien, dans l’Arbre Qliphotique, 11 énergies distinctes puisque Satan et Moloch se partagent l’empire de Thaumiel. Le 11 est interprété comme symbole du chaos et de la dualité (1+1=2).

C’est le disciple de Crowley, Israel Regardie, qui fera des Qliphoth un Arbre inversé à part entière, miroir de celui de l’Arbre de Vie des dix Sephiroth, le rapprochant ainsi de la Main Gauche de Dieu, de son antithèse, autrement dit Samaël.

Figure 1 – Crowley, Liber CCXXXI – Equinox, 1912

Selon Israel Regardie, l’Arbre des Qliphoth est constitué de 10 sphères qui sont les opposés des 10 émanations ou Sephiroth de l’Arbre de Vie. Il s’y réfère d’ailleurs en les nommant les « arbres jumeaux ». À la suite de Waite, il préférera les vocables de « Sephiroth inversées » et de « Sentiers inversés » afin de définir les Qliphoth.

Plus tard, Grant, se basant sur le travail de Crowley, élaborera son système du Typhonian OTO sur l’idée des 22 tunnels de Seth, parallèle évident avec les 22 lettres ou 22 sentiers reliant les 10 Sephiroth. Grant voit ces tunnels comme une création de « vibrations vaginales » et des « fluides » qui en découlent (voir à ce propos les pages 131 à 153 de Nighside of Eden) ! Toujours dans le même ouvrage, Grant écrit : « le présent ouvrage, basé sur un très sinistre grimoire connu comme le Liber 231, perpétue la transmission du Courant 93 tel qu’il fut ravivé par Crowley au 20e siècle » (Nightside of Eden, page xii) plus loin il ajoute : « Le Liber 231 traite des 22 lames du tarot de Thoth telles qu’appliquées aux 22 Sentiers de l’Arbre de Vie et aux 22 Cellules des Qliphoth. Crowley a abondamment traité des 22 Arcanes mais il n’a rien écrit au sujet des 22 Cellules des Qliphoth ou des Tunnels de Set sous les Sentiers. »

L’illustration ci-dessus est la table des sceaux des Qliphoth correspondant aux 22 lettres hébraïques, aux 22 Arcanes du Tarot et aux 22 Canaux de l’Arbre des Sephiroth. Elle fut publiée par Crowley dans son Liber CCXXXI dans l’édition de The Equinox (volume 1, numéro 7) en 1912.

Les Qliphoth ou Sephiroth inversées.

Les occultistes et magiciens œuvrant avec les Qliphoth tentèrent de définir plus précisément la nature « mystique » de leurs énergies. Les quelques pages de Regardie et de Crowley sur le sujet seront développées par Bill Heidrick – grand trésorier de l’OTO – en un système qui n’est pas sans rappeler celui d’Ambelain au début de cet article.

Thamiel représente la dualité là où Kether représente l’unité. C’est la sphère de la division ainsi que l’étymologie du nom le laisse supposer : Thaum en hébreu signifie « jumeau » ou « dualité ».

Aghagiel représente la confusion.

Satariel représente l’enfermement de la nature parfaite là où Binah en est le premier dévoilement.

Gha’ashekah représente le gaspillage de la substance créatrice là où Hessed est la source de la concentration des idées et de la substance des formes créées.

Golahab est la sphère de la destruction par le feu – Guebourah est le siège de la force.

Thagiriron est le siège de la laideur et du désespoir à l’inverse de Tiphereth qui est le centre de la beauté et de la joie.

A’arab Zaraq est la sphère de la haine, des autres et de soi-même.

Samaël représente le monde de la désolation et de la chute de création.

Gamaliel regroupe tout ce qui est malformé et vicié, à l’inverse de Yesod qui est la source de toutes les formes parfaites de Malkhuth.

Lilith est le monde effrayant de la nuit et des lieux abandonnés d’une création défaillante et imparfaite.

Les Ordres démoniaques.

Nous donnons l’une des versions les plus courantes d’ordres démoniaques associés aux Qliphoth :

1. Kether – ha-Shatan et Moloch

2. Hokhmah – Belzébuth

3. Binah – Lucifuge

4. Hessed – Astaroth

5. Guebourah – Asmoddaï

6. Tiphereth – Belphégor

7. Netzach – Baal

8. Hod – Adramalech

9. Yesod – Lilith

10. Malkhuth – Nahémah.

Les noms que nous retrouvons dans cette liste de démons sont soit des noms de dieux anciens (Astaroth, Baal…) soit des démons de l’Ancien Testament ou de la mythologie chrétienne (Moloch, Lilith, Satan, Belzébuth) soit, pour Adramalech, un personnage de l’Ancien Testament (2). On remarquera que deux démons sont associés à la Qlipah opposée à Kether afin de souligner l’état de division de cette sphère.

Nous voici arrivés au terme de ce court voyage dans les abysses sombres de la nuit sans fin des émois torturés de la Grande Prostituée… Oups, pardon, je m’emporte – l’abus de Qliphoth nuit à l’équilibre des forces mentales.

Le système des Qliphoth, s’il remonte à la mystique juive, est très récent dans ses développements magiques et ceux qui en ont étendu la portée ne l’ont fait que dans le but de fonder leur propre système (nous pensons à Grant). Détaché de sa base judaïque spécifique le symbole qliphothique n’est qu’un nouveau masque posé sur la face du satanisme ; au mieux c’est une justification de l’attirance pour le glauque et au pire un jeu pervers ou une arnaque mystique.

Là où l’occultisme nous donne 10 noms, la Kabbale nous en donne 7 ; en outre, les textes hébreux ne nous parlent pas d’un Arbre inversé constitué de 10 anti-Sephiroth, seulement de noms donnés au penchant du mal, le sitra ha-ra, que l’on nomme l’Autre Côté. C’est ce Sitra Ha-Ra que les occultistes ont transformé en Arbre inversé, pensant par la lecture de certains passages du Zohar, que le l’autre Côté devait être constitué sur le même modèle que celui des 10 Sephiroth. Le Sitra Ha-Ra est composé des Qlipoth du monde de la Qlipah, ces Qlipoth sont les coquilles matérielles, déchets de la création et en qui réside la chute de l’état de perfection. Leur formation est expliquée en détail par la Kabbale lourianique et sa théorie du Tsimtsoum. En réalité, les Qlipoth sont attachées à chaque Sephira en un même lieu et un même temps. Pas d’Arbre inversé donc, mais une coexistence de deux mondes. Les Qlipoth ne sont pas 10 sphères indépendantes, mais 10 résidus « maléfiques » (dans le sens d’aller à l’encontre de la création) qui s’attachent qu 10 Sephiroth.

J’aimerais à présent conclure de manière envolée et lyrique en citant Frater Na’hash – ce Frère qui est comme une sœur pour moi – : « S’en est donc fini des délires occultistes qui voudraient faire travailler sur un soi-disant Arbre inversé & ses Sentiers infernaux. Le travail se fait ici, dès & en Malkhut. Le Mal, pour lui donner un nom, co-existe à notre monde, & pour s’en convaincre il suffit de regarder les informations du soir. Nul besoin de royaumes sombres cachés sous la sphère de notre monde. »

Les Qliphoth au sein de la magie occidentale, Spartakus FreeMann, octobre 2009 e.v.

Notes :

(1) Colonnes du Liber 777 relatives aux Qliphoth :

– CVI, CVII— »The Ten Hells in Seven Palaces »

– CXXV, CXXVI— »Seven Hells of the Arabs » and « Their Inhabitants »

– VIII, CXXIII— »Orders of Qliphoth »

– CVIII— »Some Princes of the Qliphoth »

– LXVIII— »The Demon Kings »

(2) Fils du roi assyrien Sennacherib cité dans 2 Rois 19:37 et Isaïe 37:38.

Illustration : couverture du livre Qabalah, Qliphoth and Goetic Magic, de Thomas Karlsson, Editions Ajna Bound, 2008.

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil… Melmothia & Spartakus FreeMann

  1. Est-ce bien sérieux comme article ?

    Déjà, tu passes sous silence les travaux des 30 dernières années sur le sujet. Aucune mention, par exemple, des expérimentations du groupe de Falario dans les années 80.

  2. Oufti ! Comme on dit par chez nous.

    L’article ne vise pas à l’exhaustivité, mais à une clarification quant à l’origine des Qliphoth dans la magie contemporaine. Si j’avais voulu entrer dans les délires (si si j’insiste) actuels j’aurais pu effectivement pondre un livre.

    Sans aucun jugement de valeur, ma vision est celle d’un amateur de la Kabbale qui trempe dans la Chaos. Cependant, si j’avoue que certains peuvent, sans aucun doute, utiliser les Qliphoth de manière “utile” ou “amusante”, moi je ne le ferai pas. C’est la grande question du caractère détournable de certaines traditions. J’ai bien essayé avec les éléments de la Kabbale, sans aucun succès et avec un malaise qui me rappelle celui vécu avec l’énochien.

    Je pense avoir été clair dans mon article. Les Qliphoth qu’utilisent les occulteux actuels sont à mon sens un simple reflet de leurs peurs, détours, et autres coquilles ontologiques. Ne me demande pas, s’il te plaît, de les valider intellectuellement.

    Airzombie, si tu penses que j’ai donc péché par omission, il t’appartient de nous pondre quelque chose sur le sujet. Deviendrais-tu comme ces crapauds sur le bord de l’étang qui font beaucoup de bruit et ensuite se vantent que la pluie arrive ?

    Bon repos dominical et en toute détente chaote :-p

    Spart

  3. Tu veux rire, Spartakus ?

    Pondre quelque chose… tu sais très bien que l’Aloha Temple a travaillé ce système sur plus d’un an avant de se dissoudre.

    Or, tout ceci a été documenté, tout ceci a été validé par des résultats tangibles du point de vu magick et j’oserais même affirmer des impacts sur la surface de la réalité.

    Pour faire bref, non, je ne partage pas tes conclusions, frater et je ne suis pas genre de crapaud a fréquenter les étangs. 🙂

    Bon jour du Saigneur à toi aussi.

    Z

  4. Impacts sur la surface de la réalité disais-tu.. http://www.scarletimprint.com/diabolical.htm

    A la pirate !

  5. Airzomb’,

    Je ne nie pas les travaux de ces dernières 30 années (d’ailleurs le concept des Qliphoth est-il plus ancien – tel que je le décris ?). Je ne nie pas les travaux de l’Aloha – même si je ne les comprends pas et qu’ils ressortent de ma zone de combat magique.

    Cependant, si tu as bien lu mon article, tu comprendras rapidement que ce dont tu me parles ne représente qu’une déformation moderne d’un concept kabbalistique mal digéré par les magiqueux anglo-saxons. Quand je lis Grant, je comprends qu’il ne capte pas grand chose à la question. Quand je lis Crowley, je comprends qu’il capte bien et qu’il pirate – de manière purement objective – pour ses propres besoins. Quand je lis les travaux “modernes”, je ne vois que fantasmes et projections utilisés dans un cadre magique. Cela me va car c’est la base de mon système personnel. Cependant, je le redis, cela ne cadre pas – ce que toi et l’Aloha faites – avec mon monde magique ni avec ma conception personnelle du monde de la Qlipah.

    Amitiés

    Spartakus

  6. Cette conception est complètement dépassée Spart, enfin tu cites Ambelain quand même.. et frôles un dualisme primaire, le même genre de celui qui condamnait les femmes et leurs connaissances des plantes, les sabbats et généralement toute la tradition sorcière ou les esprits de la goétie comme démoniaques et tenant du ‘Mal’.

    Dans la Chaos > Rien n’est Vrai, Tout est Pemis. Il n’y a pas de contradiction, pas de contre-indications. Et sur le travail que nous avons fait, aucun parti pris pour une idéologie pourrissante des siècles passés n’a été fait. Chacun fait son expérience avec son angle de vue, ses références et son histoire en gardant son ouverture d’esprit et ça ne nous a pas empêché de travailler ensemble avec beaucoup d’humanité et ce, malgré les critiques. Et puis, si on se posait autant de question, on ferait jamais rien..!

    Une tradition vit et évolue par l’expérience qu’on en fait. Chacun vit ses propres expériences mais les reléguer dans un champs hors cadre sous prétexte qu’elles sortent de la vision traditionnelle c’est rentrer dans le dogme et cette guerre inutile entre les traditions et les courants de pensée.. Et c’est là que la chaos magick intervient. Comme dit Crowley, « Commençons par douter de tous les énoncés. Cherchons une manière de soumettre toute assertion à l’épreuve expérimentale. » Moi je crois que seule l’expérience compte et le reste c’est de la philosophie. Ça me rappelle un certain débat sur l’AM, et ces personnes qui viennent nous expliquer avec leurs justifications un brin inquisitrices où est le vertueux chemin..

    Pour moi l’Arbre de Vie est un outil pratique, une carte de classification, un système de correspondances dont beaucoup des attributions actuels (comme les cartes de tarot aux chemins de l’arbre) ont été faites par les occultistes eux-mêmes. C’est cette utilisation là qui évolue et elle ne va pas forcément dans tous les sens.. (en amateur de kabbale tu publies d’ailleurs toi-même frater Achad qui propose de façon très intéressante une nouvelle vision de l’Arbre) et si nombre d’expériences convergent pour réorganiser ce système, alors pourquoi avoir peur de questionner ou de bousculer les traditions. Pourquoi forcément s’attacher aux vieux modèles ? En tant que chaotes, nous cherchons la validité des résultats en accord avec la réalité magique de notre époque. Encore une fois les anglo-saxons ont arrêté de se poser ce genre de questions.. Ils travaillent ensemble, restent ouverts, avancent et voient les résultats, et c’est tout.

    Je conçois que ce travail dérange car il touche aux aspects enfouis de la psyché. Mais, comme le souligne Z. je crois qu’il ne faut pas confondre confort spirituel et progression sur le chemin.
    D’un point de vue strictement pratique j’ai pu constaté que les sigils du liber 231 passaient par Daath, et là-dessus bon nombre d’expériences se rejoignent.. cela correspond t il aux vérités décrites par Ambelain ? Vraiment, on s’en tamponne non ? La vision de l’arbre inversé est d’ailleurs dépassée de longue date.

    Sans jugement de valeur mais sur un site comme celui-ci j’aurais préféré la vision d’un amateur de Chaos qui trempe dans la Kabbale.

    Mes amitiés.

    Kaz’

  7. Spart’,

    T’as lu : My Name Is Asher Lev ?

  8. Kaz’

    Tu n’as rien compris à mon propos. J’en suis désolé et, même si cela semble inutile, je te réponds malgré tout.

    Je nie la conception moderne des Qliphoth – celle de l’Ambelain, du Crowley et du Grant. Je ne valide pas la “traditionnalité” de l’arbre inversé par les écrits d’Ambelain ou des occultistes, je la nie tout simplement. Donc, m’accuser de m’appuyer sur eux pour dénigrer une forme de magick chaote à l’Aloha, est une incompréhension profonde de mon texte. Outre plus, une incompréhension profonde de qui je suis.

    Tu garderas donc tes accusations de dualisme et autres fadaises puériles et ventriloques pour ton propre miroir et cesseras de me pomper l’air avec ces emportées tragidrôlatiques qui commencent à me gonfler, ô combien.

    Tu parles de Da’ath, mais en connais-tu l’essence ? Les délires de Grant sur cette Sephirah ne méritent pas même une ligne. Il n’a rien compris, il n’a rien lu et il n’a jamais – selon moi – expérimenter que ses propres fantasmes sexuels qu’il associait à l’Arbre. Et cette erreur que je souligne n’a rien à voir avec un code moral ou une chasse aux sorcières.

    A force de prendre tout ce que j’écris comme épicentre de ton ego et de l’Aloha est une attitude qui commence à me gonfler grandement. Et l’on sait qu’il n’est jamais bon de trop le faire.

    Enfin, j’aimerais que cette guerre larvée des chapelles de la chaos finissent. Je n’ai point à défendre un statut ni à le voler car je n’ai que faire dans vos galères aghorisantes et stérilisantes. Entre la flûte de pan et les champis stéréomixés, mon coeur n’a pas à balancer.

    C’est une triple insulte que tu viens de commettre là.

  9. Salut,

    Je voudrais apporter un soupçon de nuance à vos pugilats. Kazim, tu as lu ce que je pensais de Grant et donc pu constaté que ma vision était assez critique ; pour autant je suis persuadée que son (ou ses) systèmes fonctionnent et qu’il a apporté à la Magie, même si son argumentation qui trouve des airs de filiation sorcière à Spare et une bonne tête d’extra-terrestre à Lam est, il faut l’avouer, totalement branlante. Mais c’est sans doute là l’intérêt de la Chaos, que de pouvoir considérer que ce qui est faux n’est pas pour autant dénué de valeur.

    Ce que Spart critique, du moins il me semble, ce n’est pas l’efficacité du travail avec les Tunnels de Set, mais la validité de ce système du point de vue la Kabbale dans laquelle les auteurs modernes ont voulu l’enraciner. Si l’on fouille aux origines des Qliphoth, on trouve des coquilles de noix et rien d’autre. Par ailleurs, il est difficile de nier que le travail “du côté obscur” est souvent un simple prétexte à partouze et à fantasmes. Mais CELA NE VISE EN RIEN L’ALOHA TEMPLE – Je le précise hein, puisque Spartakus ne l’a pas fait et que je sens qu’il va pleuvoir bientôt des parpaings. Cet article avait l’ambition de présenter très généralement les Qliphoth & de réparer l’erreur commune qui veut faire de l’arbre inversé un système appartenant en plein à la tradition kabbalistique. Ensuite, tout est question de goût et de choix personnel.

  10. Ah ben merci pour cette interstice. o0′

    Si je citais le Aloha, c’est parcequ’il a été l’outil d’une expérimentation avec cette magie et donc cela venait simplement appuyer le témoignage de ma propre expérience d’un travail personnel et en groupe sur le sujet.
    Cela dit quand, Spart, tu écris :

    ‘Détaché de sa base judaïque spécifique le symbole qliphothique n’est qu’un nouveau masque posé sur la face du satanisme ; au mieux c’est une justification de l’attirance pour le glauque et au pire un jeu pervers ou une arnaque mystique.’

    Ne t’étonne pas si je te réponds simplement qu’on peut travailler sur ce système sans être taxé de sataniste ou de délirants et je confirme que cette vision là pour moi est dépassée et trop facilement dualiste. Pour moi il n’y a pas de système ‘valide’, cette question de validité souligne qu’il y aurait une bonne et une mauvaise manière de faire, et effectivement je me suis toujours porté en faux contre ça. Je trouve aussi ça dommage qu’on fasse trop souvent ce genre de raccourcis mais.. ma remarque n’avait rien de personnel. !

    Pour ce qui est de ton article Mel, je l’ai trouvé intéressant et la réponse d’avant était en partie inspirée d’un travail que je suis en train d’écrire sur une vision personnelle du sujet. Je ne pense pas que le travail sur le liber 231 soit vraiment une facilité pour les fantasmes et autres partouzes, mais à cela j’y reviendrai.

    Salut

  11. Spartakus,

    Oui, oui, j’ai lu attentivement ton article et je comprends que pour toi les écorces au sens typhonien ou moderne ne sont que des fantasmes (freudiens ?!) vis-à-vis des représentations plus orthodoxes véhiculées (momifiées ?!) par la kabbale.

    Or, je ne partage (et Kazim aussi me semble-t-il) pas tes conclusions.

    C’est grave docteur ?

    Pour moi la carte n’est pas le territoire, simplement, et la kabbale pas autre chose, pour moi, qu’une langue commune pour échanger avec un éventuel compagnon de route et lire les vieilles « maps ».

    Mon « statut » dans la communauté éso m’indiffère profondément aussi et si j’interviens, ici, c’est de un, parce que tu le permets (ce qui va bien au-delà des largesses d’un certain puits de sagesse) et de deux, parce que je trouve agréable d’échanger avec toi.

    Pour ce qui est des fantasmes, partouzes et masque satanique, ça ne m’a jamais troublé d’être taxé de sataniste et n’importe quel praticien sérieux « du côté obscur » sait qu’il s’agit là, probablement, de la voie la plus dommageable au niveau de la libido, raison de mes rappels fréquents sur la nécessité de « nourrir le feu ». 😉

    Voilà, en espérant ne pas t’avoir trop gonflé, frater, ça me rappel trop une étrange pratique japonaise avec une pompe à vélo dont j’ai été témoin dans quelques recoins non recommandable de la toile.

    23′

  12. ah ben tous ces adorateurs du démon ils vont bien regretter cela le Jour de la résurrection: a-t’on le droit de délaisser Celui qui nous a créés pour adorer ce qui est créé comme nous?

  13. Scarabee

    Bonjour,
    Je viens de lire tout cela avec beaucoup d’intérêt, cela m’amène à penser que la sefirah “cachée/non exprimée” Daath, n’aurait donc pas de face négative. A ce propos, comment Vous tous ici, pourriez-vous décrire ou déclarer Daath, la 11ème Sefirah : “outil” sa fonction réelle, dont il est parlé ici ou là, mais n’occupant, ni n’ayant pas de génie lui correspondant. Merci !

  14. ZAIRA MORENO

    Hola, muy interesante el artículo, sólo quisiera saber si me puede dar la fuente original de la información de su artículo, o si es usted el autor del artículo, me podría dar su nombre, saludos. Es para una investigación

  15. ¡Hola
    Soy el autor del artículo. Mi nombre es Spartakus FreeMann.

  16. Pingback: Kenneth Grant : Nightside of Eden (1977) | KAosphOruS WebZine Chaote

  17. Sauf erreur de ma part, le sieur Crowley avait la désagréable habitude de violer des jeunes garçons, chose qui faisait partie intégrante de sa mystique.
    Curieusement, aucun occultiste ne rappelle jamais ce petit point de détail…

    Merci pour l’article, ceci dit.

  18. Dicopsy et Musulman sont vraiment trop drôle….

    Le débat grâce a l’heure lumière a vraiment avancé XD

    A croire que peut importe le coté certains se sont définitivement cassé la gueule de l’arbre…….

  19. Dicopsy : et je rajouterai qu’il est devenu inutilement et ridiculement glauque vers la fin… Pour autant, ça n’enlève rien à son oeuvre et réduire le personnage à ses écarts ou considérer que s’y intéresser c’est le soutenir sur tout les points est tout aussi con.

  20. Pingback: Les Qliphoth, les séquelles | KAosphOruS WebZine Chaote

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This