Pratiques et Rituels

Le Serviteur Gohu

Le Serviteur Gohu

Par Phil Hine

Ce court essai est un exposé sur l’un de mes serviteurs les plus réussis à ce jour. Les esprits jumeaux des potins et de la rumeur m’avaient précédé bien avant que je ne « fasse des choses » sur la scène magique britannique ; des rumeurs allant de supposées affiliations à des groupes sataniques « noirs », aux bouleversements de ma vie sexuelle qui ont virevolté et, dans certains cas, fini dans les pages de fanzines païens. À la fin des années 80, le magazine Pagan At The Heart annonça à ses lecteurs que j’étais de nouveau « célibataire », et poursuivait en annonçant qu’ils pouvaient donner le nom de la « femme » qui comblerait mes désirs – malheureusement, ils ne se trompèrent non seulement sur le nom, mais également sur le genre de la personne – mais je suppose que c’est l’intention qui compte !

De temps en temps j’oscillais entre la paranoïa et l’agacement vis-à-vis des rumeurs que j’entendais circuler sur moi. Durant une phase particulièrement intense de ressentiment, je commençais à travailler sur un serviteur Chasseur-Chercheur-Tueur de Potins, dont la tâche était de rôder dans l’astral, de détecter les potins et de tirer un missile contenant un horrible charme runique. J’allais réellement jusqu’à « tester » cette entité – en tirant un missile « à blanc » sur un collègue qui ne se doutait de rien – juste pour voir s’il marchait comme je le voulais – avant de réaliser que je poussais le bouchon un petit peu trop loin.

Au lieu de penser « À bas ces bâtards », je me mis alors à considérer la question des potins sous un autre angle. Après tout, si les gens parlent de vous « derrière votre dos », on peut considérer qu’ils vous nourrissent énergétiquement. Comme Terry Pratchett et Neil Gaiman l’observent judicieusement dans Good Omens : « La réputation n’est pas aussi bien que la renommée, mais c’était largement mieux que l’obscurité ». Gardant cela à l’esprit, je décidais de créer un serviteur qui travaillerait activement à générer des potins et des rumeurs, plutôt que de les contrer. Après tout, qu’est-ce qui était le pire, que l’on parle de moi ou qu’on ne le fasse pas ? Ces magiciens qui sont sur la défensive vis-à-vis de leur organisation mère chaque fois que quelqu’un jette une remarque insidieuse sur eux, devenant carrément paranoïaques, feraient bien de se souvenir de ceci, et devraient s’estimer chanceux que les gens pensent néanmoins à eux ! Je me souviens de ce mec, alors que j’étais membre d’un ordre magique international, qui s’était approché de moi et m’avait demandé hésitant : « Est-il vrai que pour rejoindre le *.*.*. Vous devez être capable de visualiser un objet de telle façon que les autres puissent le voir ? » Naturellement je ne répondis rien qui puisse infirmer ou confirmer cette idée. Car bien entendu, c’est le type de rumeurs que l’on aime recueillir sur son organisation. Mais si vous voulez que les gens croient ce genre de choses, vous devez aussi être préparés à accepter qu’ils vous accusent d’être des chrétiens fanatiques, de manger des enfants, ou autre chose. Je pense que c’est une sorte de métaphore Recto/Verso de l’Arbre de Vie. Si vous niez continuellement tout ce qui semble un tant soit peu douteux, les gens vous catalogueront comme une personne qui parle par-derrière. Il y a quelques années, au Symposium Thélémite d’Oxford, une délégation du Temple of Set effectua une présentation de l’ordre en insistant sur le fait que le TOS était en réalité bien sous tous rapports. Leur orateur mentionna quelques-unes des rumeurs circulant sur eux – sacrifices d’animaux, prostitués, drogues, etc. et les démentit tous en disant que le TOS avait été injustement calomnié. Présent là-bas, je me souviens avoir pensé : eh bien alors, de quoi s’agit-il ? J’aurais été plus impressionné s’ils avaient dit – « Oui nous faisons des rituels innommables avec des moutons et des gamins des rues – et POURQUOI PAS ? ».

Je finis par décider que les potins à mon sujet n’étaient, de façon générale, pas totalement néfastes. Les gens ne font pas qu’alimenter par là mon « pouvoir », ils nourrissent aussi les Relations Publiques – et (bien que cela soit un peu poussé) certaines rumeurs peuvent agir comme un enchantement – sans que j’aie à faire quoi que ce soit. J’ai déjà entendu deux rumeurs me concernant, issues de différentes boutiques de Leeds. Donc la tâche de GoHu était d’encourager les gens à parler de moi, de générer des rumeurs, et de s’assurer qu’elles me reviennent. Comme dit précédemment, durant la période où je fis cela, circulaient déjà plusieurs niveaux de potins/rumeurs. GoHu n’avait donc qu’à « amplifier » les rumeurs existantes, les recevoir et me les transmettre.

Les Rumeurs :

Depuis que GoHu est actif, les histoires suivantes ont atteint mes oreilles-antennes paraboliques :

1) Que j’ai un château dans le sud de la France (!)

2) Que je possède l’Atlantis Bookshop à Londres (!)

3) Que je suis en réalité Peter J. Carroll (!!)

4) Que je participais à des enchères pour acheter une boîte de nuit Gothique à Birmingham (récemment quelqu’un m’a interpellé pour me demander si c’était « vrai » ?)

5) Que je sodomise de façon régulière Ian Read, l’éditeur de Chaos International (!)

6) Que je suis un « vampire » buveur de sang – ce « fait » est raconté dans deux livres – Hearts of Darkness de John Parker (un soi-disant « journaliste d’investigation » qui prétend examiner l’occultisme moderne – dans le sillage de la peur des « Abus Pédophiles Sataniques ») et The World’s Greatest Unsolved Mysteries – j’ai oublié le nom des auteurs, mais ils sont mêlés à l’ASSAP et à la Société pour la Recherche Psychique. Cette rumeur provient d’une courte histoire sur des thèmes vampiriques publiée dans Chaos International, intitulée « Droplets ». Comme elle était écrite à la première personne, apparemment certains ont choisi de croire que c’était moi qui dévoilais mon âme. Au secours !

Le Serviteur Gohu. « Gohu Servitor », extrait de Aspects of Evocation – collected Essays, par Phil Hine. Texte disponible en format .pdf sur le Site de Phil Hine. Traduction française par Morigane pour le site L’aube de la Septième Lune, 2004.

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.

Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.

L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil…
Melmothia & Spartakus FreeMann

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This