Ouvrages anglophones et e-books

The Book Of Results, Ray Sherwin .pdf

The Book Of Results

The Book Of Results
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
The Book Of Results par Ray Sherwin

L’ouvrage The Book Of Results est paru en 1978 aux éditions The Morton Press (la propre maison d’édition de Ray Sherwin), avant de connaître plusieurs rééditions ultérieures. La dernière en date, due aux bons soins de l’occultiste Phillip Cooper, est une version augmentée de six essais, la plupart originellement parus dans les magazines tels que Chaos international ou Nuit-Isis.

The Book Of Results est un livre relativement court (85 pages pour l’édition augmentée), majoritairement consacré à la technique des sigils. Il est d’ailleurs le tout premier écrit moderne à traiter du sujet, en même temps que l’un des textes fondateurs de la chaos magic.

Télécharger la version originale :

The Book of Results, Ray Sherwin, 1978.

The Book of Results

***

Sommaire de l’ouvrage :

Chapitre 1 : The Book Of Results

Chapitre 2 : Sigilisation

Chapitre 3 : An example Ritual

Chapitre 4 : Action sigils

Chapitre 5 : Chaos Magick

Chapitre 6 : Philosophical and practical objections to hierarchical structures in Magick

Chapitre 7 : The Horns of Heresy

Chapitre 8 : Aromagick : The Magical Application of Aromatics

Chapitre 9 : Hocus Pocus

Chapitre 10 : Demons of Habit : An approch to self Initiation

Les démons des habitudes

Conformément au titre, « le livre des résultats », qui réfère au fameux Livre des Ombres dans lequel le magicien est censé consigner ses réussites et ses échecs, l’ouvrage s’ouvre sur la question de l’entraînement magique et les différentes façons de se débarrasser des « démons des habitudes » susceptibles de distraire le magicien de son oeuvre. Cette thématique sera reprise et développée dans le dernier chapitre de l’ouvrage : « Demons of Habit : An approch to self Initiation » :

« L’homme est une paresseuse créature d’habitudes. La paresse a été jusqu’à présent l’un des moteurs de son évolution, en l’encourageant à trouver des stratagèmes de survie plus confortables. […] L’habitude, même lors d’activités complexes, réduit le degré de concentration nécessaire à l’exécution d’une tâche […]. Parce qu’il est une créature paresseuse, l’homme préfère le confort à l’aventure et la stase au mouvement à la fois physique et mental. Seuls les plus grands esprits se sont arrachés à cette stase pour de produire quelque chose d’essentiel. Pour la grande majorité, qui ne peuvent entrevoir leurs capacités que lors de rares moments de lucidité, la transcendance est repoussée au profit du confort.

Dans la magie traditionnelle, le magicien se forçait à faire des choses que sa nature l’aurait plutôt incité à remettre au lendemain. Cette méthode a échoué parce qu’elle reposait sur l’imposition de nouvelles habitudes, même si celles-ci lui venaient du magicien lui-même, plutôt que d’une source extérieure et arbitraire […]. Divers exercices de concentration ont été conçus et utilisés dans le passé, certains avec succès, mais jamais au point qu’une personne seule soit parvenue à exploiter toutes les ressources cachées de ses pouvoirs psychiques. Chaque fois que l’homme a l’envie de faire quelque chose de nouveau, la paresse ou des désirs primaires se mettent en travers de ses projets. Dans le cas de la concentration mentale, par exemple, son corps, les soucis du quotidien ou des pensées parasites viennent interférer, l’entraînant loin de son but.

[…] Tout se passe comme s’il existait un mécanisme de censure dans le cerveau ou dans l’esprit qui nous empêche de faire ces choses ; ce mécanisme est parfois considéré comme une fonction du Saint Ange Gardien, une barrière naturelle et nécessaire ou, à l’inverse, comme l’œuvre de démons ou de résidents étrangers dans l’esprit, mais, dans tous les cas, c’est un objectif essentiel du magicien que de contourner ce mécanisme ou de le détruire. […] La première tâche est de dresser une liste des activités quotidiennes. Il ya plusieurs raisons pour lesquelles nous faisons les choses – en fait nous est parfois amusant de faire quelque chose pour aucune raison apparente. Le magicien se doit d’analyser toutes ses actions et leurs motivations : besoin, habitude, désir, peur, etc.

[…] L’observation et l’analyse critique de ces actions sont d’une importance primordiale, mais ne peuvent pas être effectuées dans le vide. Au moins au début, le processus devrait être effectué dans le cadre de disciplines quotidiennes complémentaires afin d’avoir un effet maximum. Cela devra être effectué de préférence, la nuit, au cours de la période de repos avant l’endormissement ou entre deux phases de sommeil.

Pour le magicien qualifié, familier des méthodes de conjuration et de sigilisation, la meilleure façon de se familiariser avec (et d’éliminer) les ruses de l’esprit qui freinent sa progression est de les personnifier comme des démons, chacun avec son propre nom et sceau. Les noms et les sceaux ci-dessous ne sont pas destinés à l’usage d’autres personnes. Ils sont personnels et doivent être considérés seulement comme des exemples :

The Book Of Results 2
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest

Après avoir identifié ses démons, le magicien doit se contraindre à observer leurs modes d’action ce qui suffit à en annuler certains effets. Pour les plus coriaces, il devra adopter une discipline quotidienne, s’imposer un cycle d’actions qui facilitera non seulement son analyse, mais constituera également des activités supplémentaires renforçant sa stratégie d’origine.

Pour cela, le Journal Magique est le miroir du magicien. En lui, il se voit non comme les autres le voient, mais comme il est. En lui ses qualités et les défauts sont mis à nus et disponibles à l’examen ; en lui ses réussites et ses échecs sont minutieusement consignés. Le Journal constitue sa gloire et sa honte ; mais la gloire n’est pas dans le succès, et la honte n’est pas dans l’échec. La gloire est dans les oeuvres entreprises, la honte dans les pages blanches ».

*****

Les Sigils & le Caltrop du chaos

Les chapitres 2 et 3 présentent la désormais notoire technique des sigils assortie d’un exemple de ritualisation dans lequel se trouve le « Caltrop of Chaos » (paru initialement sous la forme d’un article dans le premier numéro du magazine Chaos International).

Vous en trouverez la traduction ici :Le Caltrop du chaosUn exemple de ritualisation avec les sigils.

Ainsi qu’un extrait du chapitre 2 portant sur la technique du Mantra tourbillonnant.

*****

Actions Sigils

S’ensuivent plusieurs pages dédiées à la question « comment ça marche ? », dans lesquelles Sherwin propose un modèle magique basé sur la notion d’« univers chaotique » tel qu’on peut notamment la retrouver dans la philosophie de Peter Carroll. Pour expliquer sa théorie, un croquis avec une vague forme de canard en vol, truffé de flèches et de lettres renvoyant au « soi », au « kia », aux « états altérés de conscience », etc. dessine un schéma qui se voudrait éclairant. Comme je suis gentille, je vous l’épargne.

Les « action sigils » à proprement parler occupent la deuxième partie du chapitre : il s’agit d’un rituel sigillaire collectif où les participants jouent les derviches tourneurs avant de créer un sceau avec leur corps et de la peinture colorée sur un tableau blanc. Le but ici est de contourner la difficulté inhérente à la nécessité d’« oeuvrer sans désir de résultat ». Par la suite, chaque magicien devra activer le sigil lui-même par une phase de gnose.

*****

La Chaos Magick

Après avoir proposé sa définition de la Chaos Magick au début du chapitre 5 (la traduction se trouve ici : Chaos Magick), Sherwin file une réflexion sur les structures hiérarchisées des Ordres Magiques. Le cocktail idéal tient selon l’auteur en trois propositions :

– L’accent doit être porté sur la technique.

– Toute forme de dogme doit être évitée.

– L’hyper-structuration du groupe doit également être évitée.

Pour l’histoire, il faut savoir que cet article est tout d’abord paru dans Chaos International numéro 3 en guise de réponse à la parution dans le même magazine du « Liber Pactionis » de Peter Carroll, texte dans lequel ce dernier présentait la nouvelle structure désormais hiérarchique de l’IOT, dont Sherwin finit par « s’auto-excomunier ».

*****

Les Cornes de l’Hérésie

Le chapitre suivant, intitulé « The Horns of Heresy », est une attaque à boulets rouges contre l’Église et les institutions ; Sherwin y déroule la longue liste des crimes classiquement attribués à la chrétienté, de l’inquisition à l’aide apportée aux nazis, avant d’étendre l’autodafé aux différentes institutions sociales et médiatiques – même la publicité y passe. Dans le mouvement, ce bon vieux pentagramme se voit une nouvelle fois emmené en promenade, puisqu’il sert « tête en haut » d’emblème à l’oppression et « tête en bas » d’icône chaotique libératrice. Certains passages ont des accents de vérité, mais quelques nuances seraient bienvenus.

*****

L’étrange odeur dans la voiture…

Les chapitres 8 et 9 sont majoritairement consacrés à l’utilisation des encens, domaine de prédilection de Sherwin qui vient d’achever la rédaction de The Strange Smell in The Car, or Aromatic Oils & Magick à paraître très prochainement aux éditions Mandrake of Oxford. On trouve d’ailleurs dans ces chapitres l’explication du titre de ce prochain opus :

« Dans les années 80, la ville de Leeds joua un rôle majeur dans l’émergence de la Chaos Magic […]. C’était une période excitante où les groupes de Chaos et la University Occult Society focalisaient toute l’attention. Mon appétit personnel de célébrité trouva satisfaction dans l’un des magazines de l’époque ; un article s’y appliquait, sur un mode humoristique, à accoler des définitions aux divers surnoms des membres influents de la scène occulte de Leeds. Selon ces auteurs, “un Sherwin” était défini comme “l’étrange odeur dans la voiture sur le chemin du retour après un rituel” ».

Cette partie du livre s’ouvre sur une grande vérité :

« Fort peu de choses ont été écrites sur l’utilisation pratique des parfums dans les rituels. Les quelques parutions marginales existant sur le sujet sont dogmatiques et terriblement inexactes. Trop peu de personnes sont à la fois impliquées dans la Magie et compétentes dans la manipulation des composés aromatiques, à tel point que les informations écrites disponibles sont toujours directement recopiées de sources antérieures inexactes et non le fruit d’études ou de l’expérience personnelle des auteurs.

L’odorat est grossièrement sous-estimé par ceux qui n’ont pas pris le temps de réfléchir pour considérer sérieusement ses effets. Pour ceux-là, le sens olfactif n’est qu’un complément à ce qui est considéré comme les portes les plus importantes de la perception – à savoir les quatre autres sens physiques. Mais aucun magicien ne peut se permettre de tomber dans ce piège. Le sens de l’odorat peut être la source d’un conditionnement subtil, voulu ou accidentel et, durant le rituel magique, l’utilisation d’encens et d’huiles parfumées ne saurait être surestimée ; le sens de l’odorat est plus évocateur que toute autre.

[…] L’élaboration d’un « alphabet olfactif », un code artificiel d’attributions d’odeurs, est quelque chose qui ne peut être effectué qu’à un niveau individuel – ce n’est pas le rôle du groupe. Un tel système peut être composé d’autant d’odeurs évocatrices du passé que l’individu peut s’en remémorer et recréer.

Prenons l’exemple d’un magicien qui, lorsqu’il était enfant, s’est disputé avec un autre garçon sur le chemin de l’école. La lutte a eu lieu à proximité de plants d’ail sauvage et, depuis ce temps, l’odeur de l’ail le précipite toujours vers ce souvenir. Il considère aujourd’hui ce parfum comme un aspect de l’énergie de Mars et utilisera donc l’ail dans ses encens ‘de combat’ […]. Les kabbalistes et les magiciens traditionnels grimacent devant ce type de procédés, ne réalisant pas qu’ils passent beaucoup de temps à plier leur esprit à des systèmes arbitraires plutôt que de créer des systèmes à leur convenance.

Lors de l’élaboration d’un encens destiné à un travail de groupe, il y a certains repères consensuels qui doivent être gardés à l’esprit. Le premier est que des parfums tels que le santal sont presque universellement considérés comme agréables, tandis que l’odeur de l’assa-foetida est, sans exception, considérée comme désagréable. Un encens Hathor par exemple, est doux et lourd, ce qui fournit l’ambiance nécessaire pour le rite sans y intégrer de substances inconnues à l’Égypte antique. Un encens pour l’équinoxe d’automne sera composé d’éléments recueillis sur le site où les travaux de groupe auront lieu. Il comprendra de la résine de pin fraîche, des fleurs et des feuilles de menthe, des baies de sorbier, des têtes de camomille et des aiguilles de pin. Il produira un parfum doux et riche, imposant la certitude de l’herbe moissonnée ».

Ray Sherwin offre ensuite des conseils et recettes d’encens magiques ; comme ils sont probablement repris dans l’ouvrage à paraître, je vais glisser sur la confection du vin aphrodisiaque et vous livrer simplement ce petit mélange :

« Ce composé est destiné à l’évaporation à l’aide d’un diffuseur ou à l’onction en le mélangeant à de l’huile. Il favorise la méditation et, si on le laisse s’évaporer dans l’atmosphère suffisamment longtemps, il permet également d’éliminer les bactéries et les champignons :

2 ml d’huile essentielle de lavande

2 ml d’huile essentielle de Géranium

l ml d’huile essentielle d’orange douce (citrus sinensis) d’Israël ».

*****

… Quoi ? Sérieusement ?… Vous auriez préféré le vin aphrodisiaque ?

The Book Of Results, Melmothia, 2009.  Toutes les citations sont extraites de l’ouvrage The Book Of Results, Ray Sherwin, Lulu Editions, 2005. Version corrigée et augmentée en vente ICI.

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.

Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.

L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil…
Melmothia & Spartakus FreeMann

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This