Left Hand Path

Lam, la tête au TOTO [1]

Lam, la tête au TOTO

Par Melmothia

« Mon observation de l’univers m’a donné la certitude qu’il existait des êtres d’une intelligence et d’une puissance d’une qualité incomparable à tout ce que l’humain pouvait concevoir… Et qu’il n’existe qu’une seule et unique opportunité pour que l’humanité puisse progresser d’un seul bloc : entrer en contact avec ces êtres »

Aleister Crowley, 1944.

*******

Lam, la tête au TOTO
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest

Le dessin aujourd’hui connu comme « le portrait de Lam » fut rendu public pour la première en 1919, lors d’une exposition intitulée « Dead Souls » qu’Aleister Crowley effectua à Greenwich Village, à New York.

La même année, il fut inséré en guise de frontispice au commentaire que le mage effectua du texte de Blavatsky La Voix du Silence, pour sa revue The Equinox. Sous l’image, intitulée « La Voie », se trouvait l’inscription suivante :

« Lam est le terme tibétain pour chemin ou voie, et Lama qui est Celui Qui Va – le titre spécifique des Dieux de l’Égypte, le Passeur sur le Sentier, dans la phraséologie bouddhique. Sa valeur numérique est 71, c’est-à-dire le nombre de ce livre » [1].

Selon ses dires, Kenneth Grant serait tombé en 1945 sur le dessin, en rangeant les affaires de Crowley qui se serait alors proposé de lui offrir s’il découvrait ce que l’image représentait. L’élève se serait exclamé « une entité extraterrestre ! » et aurait remporté le panier garni. Une autre version de l’histoire nous dit que Crowley aurait offert le portrait à son disciple pour le remercier de l’avoir assisté alors qu’il était malade.

Quoi qu’il se soit réellement passé, Grant garda précieusement le tableau et, trente ans plus tard, en publia une reproduction dans son premier ouvrage, The Magical Revival (1972). Désormais, l’entité à grosse tête hérite d’un nom inspiré du commentaire de The Equinox. Il s’appellera « Lam » et sera présenté par Grant comme une « entité extraterrestre avec laquelle Crowley serait entré en contact sur le plan astral en 1919 ».

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest

Fac-similé de la page de The Equinox

De ce que Crowley aurait lui-même pensé de la nature ‘extraterrestre’ de son modèle, nous ne saurons jamais rien, la Grande Bête ne s’étant exprimé sur le sujet « Lam » que dans la courte glose de The Equinox citée plus haut. Mais qu’à cela ne tienne, d’autres veilleront à remplir les blancs. On apprendra ainsi, grâce à Grant, que l’entité Lam est apparue à Crowley durant l’œuvre d’Amalantrah. Et même si le mage n’y fait aucune mention dans son compte-rendu, cette extrapolation semble être devenue un passage obligé pour la plupart des commentateurs ultérieurs ; ainsi, pour le typhonien Michael Staley : « il est certain… que ce dessin est né de l’oeuvre d’Amalantrah et il est devenu évident que Lam est en réalité une entité transdimensionnelle ou entité extraterrestre, avec laquelle plusieurs groupes de magiciens ont établi le contact » [2].

Par la suite, Lam s’enrichira, toujours sous la plume de Grant d’un folklore bigarré, passant de thélème à Lovecraft, s’offrant un détour par l’eon de Maat, pour atterrir chez Michael Staley à pieds joints dans la Kundalini indienne. Nous allons donc nous appliquer à examiner, dans les pages qui suivent, les étonnantes tribulations d’une tête d’oeuf.

I. L’Œuvre d’Amalantrah

De janvier à juin 1918, c’est-à-dire un an avant la parution du dessin dans The Equinox, Aleister Crowley entreprit une série de rituels connus sous le nom d’« Amalantrah’s working » [3], du nom de l’une des entités avec lesquelles il raconta être alors entré en contact. Ces rituels consistaient essentiellement en un cocktail de magie sexuelle et cérémonielle ayant pour but la matérialisation physique d’entités par le biais d’un portail. Concrètement, ils aboutirent à une série de visions et de révélations que Crowley obtint par sa petite amie et médium de l’époque, Roddie Minor. Les ambitions furent donc revues à la baisse. Sauf si l’on en croit Grant cependant, car c’est le moment qu’aurait choisi l’« entité interdimensionnelle » « Lam » pour se présenter au portail.

De cette supposée manifestation, Crowley ne dit pas un mot dans son compte-rendu de 80 pages – pas plus que dans le reste de son œuvre. Il est vrai que pour une raison inconnue, le texte s’arrête prématurément le 16 juin, impossible donc d’avoir connaissance ce qui s’est passé ensuite. Il est cependant difficile de croire que Crowley ait pu omettre un phénomène tel que la matérialisation physique d’une entité.

Mais cela n’arrête pas Grant. Comme Crowley, dans le compte-rendu de l’œuvre d’Amalantrah [3] fait à plusieurs reprises mention d’un œuf et que le personnage du portrait a vaguement une tête d’œuf, c’est par ce bout que se fera d’abord l’amalgame :

Œuvre d’Amalantrah, 14 janvier 1918 :

« J’ai commencé par demander à une vision contenant un message. J’ai d’abord entendu le gargouillis de l’eau et vu une ferme aux murs sombres entourée d’arbres et de champs verdoyants. La maison et le reste ont disparu remplacés par un yoni noir. J’ai alors demandé d’où viendra le message ? Immédiatement des soldats armés de fusils sont apparus alentour ainsi qu’un roi sur un trône à l’endroit où se trouvait la maison. J’ai demandé de nouveau un message et j’ai vu un œuf couvert de très nombreuses circonvolutions minuscules faites d’une substance semblable à de la chair, qui pourraient former quelque chose. L’œuf se trouvait dans un rectangle comme une image encadrée ».

14 janvier 1918 :

« Le magicien [NDT: Amalantrah] semblait très satisfait. Il s’assit et tendit la main vers moi pour me faire asseoir à côté de lui. Comme nous regardions le garçon, il a mis tendrement son bras gauche autour de moi et placé ma tête sur le côté gauche de sa poitrine, près de l’épaule.

Il a dit : ‘Tout est dans l’œuf.’

La fin. »

3 Février 1918 :

« Sur le sommet (du pylône) où était l’œuf, un flambeau apparut. Au dessus du flambeau, se trouvait une lumière particulière. Dans cette lumière, je vis un oiseau avec une tête particulièrement grosse et de tout petits yeux. Il y avait également un matériau étrange, comme un tissu drapé. C’était quelque chose de semblable à du métal ouvragé pour fabriquer des objets décoratifs, tels que des miroirs décorés, etc., etc., et enfin comme les circonvolutions dans l’œuf. […] Je vois l’œuf sur le pylône. Je demande qui appartient à l’œuf. L’assistant me montre une poule pondant un œuf et écrit « de quoi est-ce un œuf ? » […] Nous sommes allés en Égypte pour trouver la clé. La solution pourrait se trouver à l’intérieur de l’œuf une fois brisé. Il s’agit d’une petite clef d’or. »

24 février 1918 :

« Nous descendons de la montagne dans les bois. Je vois une corbeille à fruits, un panier pour mettre des tomates, de la paille dans le panier et un œuf dans la paille.

T. : ‘il faut travailler pour l’œuf.’ »

20 avril 1918 :

«Vision d’une très belle cloche – une cloche de mariage – qui se transforme en fœtus. Couronne. La tête du fœtus se transforme en œuf, s’élève puis se dépose sur une fleur de lotus. »

27 avril 1918 :

« T : ‘Quel est le travail de ce week-end ?’

A : ‘Geburah.’

T : ‘Geburah appliquée à quoi ?’

A : ‘L’œuf. L’oeuf est posé sur le sommet d’une montagne très pointue. De l’eau autour, des fleurs de lotus dessus’.

T : ‘L’œuf est le symbole de nouvelles connaissances, n’est-ce pas ?’

A : ‘Gimel. Lamed’ (= Source, fontaine)

T : ‘Qu’est-ce que cela veut dire ?’

A : ‘Je ne sais pas ; suivi du symbole d’une montagne et d’une fleur de lotus.’

T : ‘Comment peut-on ouvrir l’œuf ?’

A : ‘En langage clair, cela signifie que tu vas emprunter cette voie’.

** L’initiale A. renvoie à Roddie Minor (Soror Ahitha) et le T. à Aleister Crowley (Maître Thérion).

Quelques années plus tard, on peut lire dans l’introduction de « La Déclaration de Lam » signée Michael Staley : « Crowley n’a laissé aucune indication sur l’origine de ce portrait, mais il a souligné des années plus tard qu’il s’était inspiré de faits vécus. Il est certain, cependant, que le dessin vient de l’œuvre d’Amalantrah, une série de visions magiques et de communications reçues en 1918 par le biais de Roddie Minor. Cette œuvre constitua à bien des égards, la suite du travail d’Abuldiz effectué des années plus tôt. Dans ces deux œuvres, le symbolisme de l’œuf figure en bonne place. L’une des visions du Groupe de travail d’Amalantrah se clôt par la phrase « Tout est dans l’œuf ». Lors des dernières phases conservées de ce travail, en réponse à une question sur l’œuf il fut dit à Crowley : « tu vas aller dans cette voie ».

En examinant le portrait, on peut voir les connexions. La tête de Lam est en forme d’œuf et bien entendu le dessin est intitulé la Voie. Dans les traits du visage peut être clairement distingué un ankh stylisé, symbole égyptien pour ‘aller’ ; point intéressant : ankh peut être transcrit en hébreu par aleph kaph noun, 71. Le thème principal de « La Voix du silence », clairement mis en évidence par Crowley, est la nécessité d’établir un contact avec le Soi Silencieux. L’autonomie correspond au Petit Soi, la conscience phallique, Harpocrate, Hadit ; le thème traverse une grande partie des écrits Crowley. Il est à noter dans ce contexte que ‘Alil’, ‘l’image du Néant et du Silence’ vaut 71 » [4].

Voilà pour le premier amalgame. D’autres suivront.

II. Plan 93 From outer Space [5]

« Lam est un Grand Ancien dont l’archétype se retrouve dans les comptes-rendus des témoins d’apparitions d’OVNI » – Kenneth Grant

Toujours sous l’influence de Grant, chez les pratiquants ultérieurs à Crowley, l’entité aura tendance à la démultiplication : « Il est intéressant de noter que depuis Crowley, du point de vue occulte du moins, Lam est considéré comme une classe d’entités plutôt que comme un individu. Quand on invoque Lam, on invoque une entité de ce type, plutôt qu’un être spécifique. Pour les occultistes opérant dans la lignée de l’O.T.O., l’idée est d’invoquer ces entités « Lam » par le biais de portails magiques (des brèches intentionnellement créées dans le temps et l’espace) pour obtenir des manifestations physiques sur la Planète Terre. Pourquoi cela est-il tellement souhaitable n’est pas toujours clairement énoncé (il semble que, dans les cercles Crowleyiens la règle soit : ‘Si Crowley l’a fait, alors je veux le faire aussi’) » [6].

Or, cette idée d’une fratrie entière d’entités à grosse tête peuplant une autre dimension va inciter, dans les années 80, les ufologues à s’intéresser le tableau de Crowley. Pourquoi ? Allez je vous mets sur la voie :

Lam, la tête au TOTO
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest

Images extraites du site de Daniel Boudillon.

Le mythe des « petits gris » pourrait trouver son origine dans un roman d’H.G. Wells The First Men in the Moon, paru en 1901, dans lequel les « Sélénites », les habitants de la lune, sont décrits comme ayant une vague forme d’insectes, la peau grise, de grosses têtes et de larges yeux noirs. Cependant, la première fois où des extraterrestres de petite taille et de couleur grise sont mentionnés par des témoins d’apparition d’OVNI a lieu en 1961 ; il s’agit également du premier cas d’abduction : l’affaire Betty et Barney Hill. Sous hypnose, Barney Hill dessinera ses agresseurs sous cette forme :

Lam, la tête au TOTO
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest

Image extraite du site NICAP.

Par la suite, dans les années 80, les publications traitant du crash de Roswell, la fameuse vidéo de dissection, et surtout la parution du best-seller de Whitley Strieber Communion, vont relancer la mode des petits gris et attirer sérieusement l’attention sur le portrait de Lam.

À la même période, Grant aurait reçu certains « messages » allant dans ce sens. Selon lui, le portrait pourrait être utilisé pour contacter l’énergie extraterrestre initialement invoquée en 1918 par Crowley durant l’œuvre d’Amalantrah : « Lam est un Grand Ancien dont l’archétype se retrouve dans les comptes-rendus des témoins d’apparitions d’ovni ». Ailleurs, il écrit : « Crowley savait qu’il était possible d’ouvrir les portes spatiales et de faire pénétrer un courant extraterrestre dans le flux de la vie humaine… C’est une tradition occulte – et Lovecraft l’a exprimé de façon insistante dans ses écrits – que de penser que certaines puissances transfinies et surhumaines sont en train d’adapter leurs forces dans l’intention d’envahir et de prendre possession de notre planète… Cela rejoint les nombreux écrits pessimistes de Charles Fort concernant une société secrète sur terre qui serait déjà en contact avec des êtres cosmiques et, peut-être, occupée à préparer la voie à leur avènement. Mais Crowley dissipe l’aura maléfique que ces auteurs (Lovecraft et Fort) confèrent au phénomène. Il préfère l’interpréter en termes thélémites, non comme une attaque contre la conscience humaine, mais comme le désir d’embrasser d’autres étoiles pour mêler leurs énergies à un système qui sera ainsi enrichi et rendu véritablement cosmique par le processus… » [7]

Cette deuxième couche spéculative va occasionner une nouvelle lecture de l’œuvre d’Amalantrah qui fera la joie des ufologues : c’est précisément ce travail magique qui aurait ouvert une brèche spatio-temporelle permettant le débarquement des extraterrestres dans notre biosphère : « Il est généralement admis dans les cercles occultes que Crowley a intentionnellement ouvert un portail au moyen de rituels magiques lors de l’œuvre d’Amalantrah qui a fourni à Lam et d’autres entités similaires, un passage vers la terre. La brèche « dans les espaces entre les étoiles » créée par le Groupe de travail Amalantrah aurait généré une passerelle par laquelle Lam et d’autres influences extra-cosmiques pourraient pénétrer l’univers connu, et plus particulièrement, notre terre. Selon les occultistes concernés, le portail a depuis lors été élargi » [8].

L’œuvre de Babalon effectuée par Jack Parsons aurait également joué un rôle dans cette brèche : soit en créant, soit en élargissant le portail généré durant l’œuvre d’Amalantrah. Pour preuve, les tenants de cette hypothèse soulignent que la première apparition d’ovnis eut lieu un an plus tard, le 24 juin 1947 – les fameuses « soucoupes volantes » de Kenneth Arnold. Désormais, « L’idée qu’Aleister Crowley était responsable de l’arrivée des extraterrestres de type ‘gris’ dans notre monde continue de se répandre dans la blogosphère comme un même particulièrement virulent » [9]. Voilà, par exemple, le genre de choses qu’on peut lire sur le net :

« Jack Parsons, un ingénieur ayant notamment participé à l’invention d’un carburant pour fusée (outre ses intérêts pour l’occulte), a effectué sa grande œuvre de Babalon en 1946 (un an avant la mort d’Aleister Crowley), avec sa seconde épouse Cameron. Opérant dans la continuité de l’œuvre d’Amalantrah de Crowley, il radicalement élargi le Portail par lequel LAM et d’autres influences extraterrestres peuvent désormais entrer dans notre univers terrestre.

L’observation historique de Kenneth Arnold et sa description des neuf objets volant en formation, ressemblant à des ‘soucoupes volantes’, exactement un an et demi après les rituels de Jack Parson, ouvrit l’ère moderne des ovnis tels que nous les connaissons aujourd’hui » [10].

Lam, la tête au TOTO 5
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest

Image extraite du site UfoDigest.

(À suivre)

Lam, la tête au TOTO. Rédaction & traductions par Melmothia, 2010.

Notes :

[1] « Figure 14. The Way.
 Lam is the Tibetan word for Way or Path, and Lama is He who Goeth,
the specific title of the Gods of Egipt, the Treader of the Path, 
in Buddhistic phraseology. Its numerical value is 71, the number of
this book »

L’image et son commentaire se trouvent dans le volume 3,1 de la revue The Equinox. L’article concerné porte le titre facile à retenir de « Liber LXXI, The Voice of The Silence, The Two Paths, The Seven Portals,by Helena Petrovna Blavatsky, 8°=3°, with a commentary by Frater O.M.7°=4 ». On le trouve en ligne à cette adresse.

[2] & [4] Michael Staley, introduction à « La Déclaration de Lam » de Kenneth Grant, Starfire, Vol. 1, No. 3. Disponible sur le site The Ordo Templi Orientis Phenomen.

[3] Version originale disponible en ligne : The Amalantrah Working [Liber XCVII], sur le site The Hermetic Library.

[4] & [6] « Aleister Crowley’s Lam & the Little Grey Men, A Striking Resemblance », par Daniel V. Boudillion, 2003.

[5] J’emprunte ce titre à un article de P.R. Koenig.

[7] Aleister Crowley and the Hidden God, Kenneth Grant, Editions Muller 1973.

[8] « Aleister Crowley’s Lam & the Little Grey Men, A Striking Resemblance », par Daniel V. Boudillion, 2003.

[9] « The LAM hypothesis », Graylien, 2007.

[10] « LAM : Aleister Crowley : Magick : Sex & Extra-Terrestrial Contact ».

*******

Sources :

« ‘Laughing Stock’ danger of worshipping strange entities », Hermann Skelder. In Kaos 14, Joel Birocco, 2002, pp. 35-38.

« Aleister Crowley’s Lam & the Little Grey Men, A Striking Resemblance », par Daniel V. Boudillion, 2003.

« Yabba Dabble Doo: How Aleister Crowley Introduced the Iconic Gray Alien », Richelle Hawks, sur le site UfoDigest.

« The LAM hypothesis », Graylien, 2007, sur le site Cabinet of Wonders.

« Plan 93 from Outer Space », P.R. Koenig.

« Did Magicians Cause UFO Sightings ? », 2005, sur le site Biblioteca Pleyades.

« Lam : Some Notes on an Extra-Terrestrial Entity », Phil Hine.

« Chinese Whispers: The Origin of Lam », Alan, sur le site Baptist’s Head.

« Kenneth Grant: Pseudo-Initiate », Alan, sur le site Baptist’s Head.

« The LAM Workshop : A Dialogue », The Baptists, sur le site Baptist’s Head.

Adaptation par Air Zombie de « LAMeditation ».

« LAM : Aleister Crowley : Magick : Sex & Extra-Terrestrial Contact », sur le site dCodeReport.

« LAM : The Gateway », Michael Staley, sur le site The Ordo Templi Orientis Phenomenon.

« The Lam-Serpent Sadhana », Michael Staley, sur le site The Ordo Templi Orientis Phenomenon.

« The Mysteries of Lam », Michael Staley 1994, sur le site The Ordo Templi Orientis Phenomenon.

« Iridescent Undulations and The Sacred Fire : The Lam-Serpent Sadhana at Group Level », Michael Staley, sur le site The Ordo Templi Orientis Phenomenon.

« The Dikpala of the Way of Silence – The Lam Statement », Kenneth Grant, sur le site The Ordo Templi Orientis Phenomenon.

« Aleister Crowley and the LAM Statement », Ian Blake, 1996. Sur le site The Excluded Middle.

« Ritual Magic, Mind Control and the UFO Phenomenon », Adam Gorightly, sur le site Illuminati Conspiracy Archive.

« The Mystery of Lam », Frater Zephyros, sur le site Astronargon.

Kenneth Grant :

The Magickal Revival (1972).

Aleister Crowley and the Hidden God (1973)

Outside the Circles of Time (1980)

Outer Gateways (1994)

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil… Melmothia & Spartakus FreeMann

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This