Esotérisme, politique et philosophie

L’anarchisme ontologique mystique

L’anarchisme ontologique mystique

Par Arjuna

L’anarchisme est multiple. Parfois tombant dans les pièges évolutionnistes, ou dans le rationnalisme, il reste fâché avec la spiritualité. Pourtant, les spiritualités ésotériques et le projet anarchiste ont le même but : devenir son propre maître, se libérer de toute entrave. A la suite de Hakim Bey, il peut être pertinent de les réconcilier. C’est ce que propose de faire cet espèce de machin qu’est (ou pas) l’anarchisme ontologique mystique.

Ni courant, ni mouvement, ce n’est qu’un esprit qu’on invoque.

L’anarchisme ontologique mystique, ou libérationnisme, n’a pas d’existence propre. Ce n’est qu’une « entité » bien floue qui n’est concrètement que ce que les gens qui participent à sa constitution en font.

Conformément à l’anarchisme ontologique, le libérationnisme réfute toute doctrine, tout fantôme, toute abstraction. L’expérience est le maître mot. Quant à la rationalité, elle laisse place au raisonnable. En dehors de tout scientisme comme de tout évolutionnisme, le libérationnisme renoue avec le symbolique, accepte le mystère.

L’anarchisme ontologique mystique est donc tout sauf une doctrine ; tout au plus quelques balises sur un vieux sentier à défricher. Voici les références : il s’agit d’une connexion entre la contestation insurrectionnelle et la sagesse, entre l’émancipation politique et l’illumination spirituelle, d’associer l’anarcho-situationnisme avec les spiritualités ésotériques.

Le libérationnisme se place ainsi sur quatre plans : culturel en tant que pratique, politique en tant que « mouvement », anthropo-philosophique en tant que théorie. A cela s’ajoute l’ordre spirituel, oubli de l’anarchisme libertaire.

L’anarchisme s’oppose à toute forme de domination, donc aux institutions religieuses, qui diffèrent de la spiritualité ; il a pour projet que chacun devienne son propre maître, comme toute voie spirituelle. L’anarchisme et les courants libertaires, utopistes et anti-capitalistes, doivent s’émanciper du rationalisme et se réconcilier avec la spiritualité. Parce que la spiritualité n’est pas la religion et la métaphysique la plus élevée est celle de l’Unité de Soi, de l’identification du transcendant et de l’immanent, bref de la Libération (mukti) : tat tvam asi ; Tu es Cela ; le Moi individuel est le Moi absolu.

Fondamentalement anti-capitaliste, démystificateur de la sorcellerie moderne, l’anarchisme ontologique mystique propage le Désordre et le Chaos. Pas par passion destructrice. Mais parce que le désordre est de l’ordre à venir, moment propice à l’effervescence, où l’individu mis hors de lui-même se découvre tel qu’il est.

Le libérationnisme est Révolution. Il déclare la guerre à l’Empire, il mène un djihad. Mais comme le djihad coranique, c’est aussi une guerre intérieure. Elle est totale, parce qu’au sein de tous et pour tous. Il ne s’agit pas de faire sa révolution dans son coin, ni de l’imposer. Chaque Libération individuelle est une étoile qui s’éveille dans le ciel obscurci. Que fais-tu ? Tu maintiens fermement tes chaînes alors même que tu détiens la clé. La maxime du libérationnisme pourrait ainsi être : révolutionne-toi, et tu révolutionneras le monde.

Et fais-le ici et maintenant, sans faire de la Révolution un fantôme que Stirner bannissait, mais sans oublier qu’une société est instituée (tradition, reproduction) et s’institue sans cesse (transgression, création). A nous de voir si elle se constitue avec ou sans nous. A nous de voir si on peut se passer d’un projet (projection) politique. A nous de « situer la praxis dans le contexte d’une tradition (de fête et de résistance) et d’une anti-tradition (de l’« espoir » utopique) » [Hakim Bey] . Il nous faut briser nos blocages mentaux, décoloniser notre vie quotidienne ; vivre authentiquement et tout de suite. Se libérer. Si tu es libéré, tu ne pourras plus craindre. Certes, Babylone pourra t’enfermer, te persécuter, te tuer, mais elle ne pourra jamais te soumettre. S’ils peuvent te nuire, ils ne peuvent plus faire de toi un esclave. Tu es ton propre maître… Et tu les emmerdes !

Le libérationnisme est la Révolution ; son « moyen », fin en soi, est l’Amour Juste. Les relations d’interaction sont une des plus hautes formes d’être-au-monde. Convivialité, effervescence, philia, compassion sont une préoccupation permanente. Parce que l’Unique ne se conçoit pas sans conjonction du Moi et de l’Autre (autrui comme de l’Autre en soi). Parce que les relations face-à-face permettent à l’individuation de surgir, à la personne de se constituer elle-même. Parce que la convivialité est la source de l’Autonomie créatrice. Parce que l’Amour désintéressé est la voie de la Libération. Les armes libérationnistes sont multiples. Beaucoup nous sont encore inconnues. Résistances ordinaires (boycott, do it yourself, frugalité, prix libres, troc…), multiplier les pratiques autogestionnaires, créer des Zones Autonomes, militer et développer le Réseau subversif et solidaire, revenir à la spontanéité du don, Terrorisme poétique, guérilla populaire, répandre la Décroissance conviviale… Etre décroissant, ou le ver dans la pomme. Et surtout refusons le Travail, car l’anarchisme ontologique mystique s’en méfie comme de la peste. Soyons des hérétiques du Dieu Progrès.

La Résistance est un art martial ; il faut combattre avec détachement sans se soucier des bénéfices personnelles et sans craintes ; essouffler l’adversaire, le soumettre plutôt que le détruire. L’anarchisme ontologique mystique n’a pas de position claire sur la violence, celle-ci restant dépendante du contexte. Il s’accorde seulement sur le principe de non-agression.

Voici peut-être certains des « maîtres » (guides) de l’anarchisme ontologique mystique : bien sûr Hakim Bey, les situationnistes (G.Debord, R.Vaneigem, H.Lefebvre…), les spiritualités ésotériques comme le soufisme, le bouddhisme, le taoïsme… La Baghavad-Gita reste pour nous la référence. Nous pouvons aussi citer quelqu’un comme I.Illich. L’anthropologie peut aussi permettre de poser quelques pierres à l’édifice. Les révolutionnaires de tout poil également.

Voilà ce que peut être l’anarchisme ontologique mystique. Maintenant, à nous d’en faire ce qu’on en veut !

L’anarchisme ontologique mystique, Arjuna

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.

Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.

L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil…
Melmothia & Spartakus FreeMann

  1. Laurent

    Donner une dimension mystique à l’anarchisme est un impératif évident. Une évidence impérieuse qui ne suppose pas forcément d’embrasser comme idéal la destruction et la mort, dont Kali ou Shiva sont les symboles hindous. A ce sujet, il pourrait sembler bizarre qu’un anarchiste invoque des Dieux. Ou même qu’il se réfère à des rituels sacrés – soient-ils tantriques. Mais il n’y a en réalité pas d’incohérence dans cette démarche : ni Dieu ni Maître, soit, mais les dieux ne sont que l’hypostase des concepts spirituels. Si l’on célèbre la vie, il importe aussi de célébrer l’amour, par lequel les êtres s’unissent, en particulier pour la reproduction sexuelle (- hétéro_). Cependant, une vue intransigeante du tantrisme déplacée serait de condamner les relations homosexuelles, qui sont aussi des échanges amoureux et par conséquent des célébrations de la vie.

  2. frère libre

    Voici un lien qui n’est pas sans rapport avec cet article très intéressant et surprenant.

    “anarchie pour l’évangile ! Pour une insurrection d’amour

    Une insurrection d’amour, c’est mettre l’amour libérateur – en nous et dans le monde – à la place du chef.

    Anarchie évangélique n’est ni un temple, ni un souk, simplement une maison sans murs, ouverte à toutes les femmes et à tous les hommes de bonne volonté qui s’obstinent à se rendre meilleurs, pour qu’un monde meilleur naisse un jour sur Terre.

    Sans mandat de quiconque, sans rien à vendre, sans adhésion.”

    http://anarchieevangelique.wordpres…

    J’ignorais l’existence de ce courant évoqué par cet article, mais l’état d’esprit me semble bien proche.

    Sur le lien, vous trouverez plusieurs documents sur les relations entre anarchie et évangile, dont un manifeste anarchiste chrétien, la relation Tolstoi/Gandhi,… sans oublier les liens avec les meilleures versions en ligne de Debord et Vaneigem, peu suspects quant à eux de libération par l’esprit, comme on sait….

    Mais qui sait, certains liens imprédictibles peuvent se révéler décisifs.

    Un frère libre

  3. Il est faux d’automatiquement associer mysticisme et chretiente. Amalgame symbolique de l’esprit un peu etrique de la majorite de ce qui se fait passer pour anarchie.
    Pour quiconque pratique une voie de liberation spirituelle, surviennent des experiences, qui viennent corroborer ce simple fait : l’humain, son mental ego-centre et son interpretation du monde sont juste limites.
    A partir de la libre a chacun de s’etiqueter a l’autel de sa propre pretention. Je ne peux que conseiller vivement a tout un chacun de se rendre compte que, si revolution il y aura, elle sera, avant toute chose, uniquement spirituelle, et le reste suivra.
    Il ne s’agit ni de changer l’humain, ni la societe qui est pourrie a la racine. Il s’agit juste de decouvrir son propre Soi Divin et de laisser le reste faire.
    Nous ne sommes que les parties visibles d’un absolu intangible et qui se laisse entrevoir a de rares moment dans son infini potentiel. Ces mots ne sont pas de la poesie mais une experience quotidienne.
    Bien a vous, a celui qui lira ceci…

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This