Pratiques et Rituels

Note sur les rituels de Bannissement

Note sur les rituels de Bannissement

Par Melmothia

« Si on m’avait donné un euro chaque fois que, ces dernières années, quelqu’un m’a dit “oh, en ce qui me concerne, je ne m’embête pas la vie avec des rituels de bannissement” – Et après, ils s’étonnent d’avoir des problèmes dans leur pratique magique ! – j’aurais de quoi m’offrir un repas tout à fait décent dans un bon restaurant londonien. Un rituel de bannissement est, de mon point de vue, l’un des premiers exercices pratiques que vous devez apprendre en magie, ce qui vous évitera bien des problèmes ultérieurs » Phil Hine.

L’écrasante majorité des rituels dits de bannissement consiste en des déclinaisons, plus ou moins retouchées et plus ou moins heureuses, du Rituel Mineur de bannissement du Pentagramme (en anglais : Lesser Banishing Ritual of the Pentagram – LBRP) tel que mis au point à la fin du XIXe siècle par les adeptes de la Golden Dawn et enseigné dès les premiers degrés de l’ordre. L’incroyable succès de ce rituel (à l’heure actuelle toujours inégalé au hit-parade des danses folkloriques occultes) tient peut-être au fait qu’il est le seul à combiner les étapes importantes de l’ouverture ou fermeture d’un rituel telles que décrites ci-dessous.

Ses fonctions

Le centrage : Le LBRP, notamment durant la première partie, la Croix Cabalistique, va permettre au pratiquant de canaliser ses forces, recentrer ses énergies et se mettre dans l’état mental requis.

La purification : Contrairement à une croyance répandue, la notion de « purification » ne possède aucune connotation morale en magie. Il n’est pas question de paraître pur aux yeux d’une quelconque divinité, mais d’évacuer les énergies parasites qui pourraient venir perturber la cérémonie, selon ce vieux principe qu’il est nettement plus aisé de s’essayer à l’aquarelle sur une toile blanche. Le LBRP permet à la fois d’assainir le temple et de purifier l’adepte.

La protection : Les visualisations et sons vibrés créent une « bulle » d’énergie autour du pratiquant destinée à le protéger de toute agression durant son travail magique.

L’ouverture du rituel : ouvrir par une phase de ce type va faciliter la rupture avec le quotidien et la pénétration dans l’espace symbolique dédié à la magie. La dynamique contraire aura lieu lors de la clôture de la cérémonie, le bannissement facilitant alors le « retour à la normale » :

« La plupart d’entre nous n’ayant pas la chance de posséder une pièce uniquement consacrée à la magie, nous devons donc utiliser pour cela notre espace quotidien. Or celui-ci est imprégné d’une ambiance composée notamment de repères inconscients que vous devez ‘bannir’ avant d’entamer le travail magique – sans quoi, ils pourraient vous perturber. De la même façon, après un travail, vous aurez besoin de dissiper l’atmosphère particulière que vous avez créée, ou vous pourriez vous rendre compte qu’elle entre en conflit avec celle généralement associée à la pièce. A ce propos, il est particulièrement utile de Bannir une pièce qui a été le lieu d’une querelle, où quelqu’un d’autre a déversé ses émotions, ou si vous vous sentez mal ou fatigué à l’intérieur. Ce type d’effet est appelé ‘débris psychiques’ » [1].

La mise en place d’un microcosme : Une dernière fonction va être assumée par ce type de rituels, l’installation symbolique d’un microcosme, en surmarquant, par exemple, les directions cardinales. Conformément aux principes magiques, le pratiquant espère ainsi, en imprimant sa volonté dans le micro-univers créé que les modifications désirées se répercuteront à plus grande échelle dans le monde réel.

Description du Rituel Mineur de bannissement du Pentagramme

Ce rituel se divise en fait en deux parties : La Croix Cabalistique et le Rituel de Bannissement du Pentagramme à proprement parler.

– La Croix cabalistique

Le symbole de la croix a l’avantage de spatialiser l’espace en plaçant le magicien au centre du Temple. Mais ce centrage est également interne puisque les visualisations et sons vibrés ont pour fonction de nettoyer/recentrer les énergies du mage, la Croix s’effectuant sur son propre corps. Le modèle utilisé par la Golden Dawn est celui de l’arbre des Sephiroth, au nombre de 10 et classiquement réparties en deux piliers. Les visualisations et sons vibrés seront placés sur la couronne (au dessus de la tête), sur le front, le coeur, les pieds et les épaules.

Le rituel « classique » tel que décrit ici prévoit l’utilisation d’une épée, mais une baguette ou simplement deux doigts levés en geste de bénédiction peuvent la remplacer.

Les mots vibrés sont en hébreu et traduits entre parenthèses :

« Tournez-vous face à l’Est et prenez l’épée dans la main droite. Avec la pointe de l’épée :

Touchez le milieu du front et dites : ATEH (à toi)

Touchez la poitrine au niveau du coeur et dites MALKUTH (le royaume)

Touchez maintenant l’épaule droite et dites : VE GEBURAH (le pouvoir)

Touchez maintenant l’épaule gauche et dites : VE GEDULAH (la gloire)

Placez l’épée entre vos deux mains serrées, dans la direction des doigts, la pointe dirigée vers le haut et dites : LE OLAM (pour toujours) AMEN »

– Le Rituel de bannissement du pentagramme

Traditionnellement, le pentagramme renvoie à la domination de l’esprit sur la matière ; il est un symbole du microcosme par opposition au macrocosme (l’univers au-delà de l’atmosphère terrestre) que figure, dans le système de la Golden Dawn, l’hexagramme. Depuis la Renaissance, il renvoie également à la figure du Christ par le biais du Pentagrammaton.

Si l’origine exacte de ce rituel demeure inconnue, Spartakus FreeMann a pu en retrouver des traces dans des prières et exercices de méditations kabbalistiques. Voir l’article L’origine du Rituel du Pentagramme dans la prière juive.

De façon classique, le rituel se déroule comme suit :

Note sur les rituels de Bannissement
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
« Face à l’Est, tracez dans l’air avec la pointe de l’épée le parcours indiqué pour ce rituel :

Placez la pointe de l’épée au centre du Pentagramme et dites YOD-HE-VAU-HE (le Divin tétragramme ou Nom de Dieu).

L’épée tendue devant vous, pointe relevée, allez au Sud. Effectuez le Pentagramme de bannissement. Placez la pointe de l’épée au centre du Pentagramme et dites A-DO-NAï.

Puis, tournez-vous toujours sur votre droite vers l’Ouest. Effectuez le Pentagramme de bannissement. Placez la pointe de l’épée au centre du Pentagramme et dites EH-EI-EH (l’un des noms de Dieu, « je suis ce que je suis »)

Puis, tournez-vous toujours sur votre droite vers le Nord. Effectuez le Pentagramme de bannissement. Placez la pointe de l’épée au centre du Pentagramme et dites AGLA (il s’agit de l’abrégé de la formule ATEH GIBOR LE-OLAM ADONAÏ, ce qui signifie ’tu es puissant dans les siècles des siècles, O Seigneur Dieu’).

Continuez vers l’Est, étendez les bras de façon à former une croix, puis dites :

Devant moi : RAPHAEL Derrière moi : GABRIEL Dans la main droite : MIKAEL Dans ma main gauche : OURIEL

Autour de moi flamboie le Pentagramme. Sur les Piliers rayonne l’Etoile à Six branches (l’hexagramme du macrocosme). »

Petit problème

Voilà qui est parfait, me direz-vous ! Faisons tous ça ! … Sauf qu’il y a un problème. Pour commencer le LBRP déploie un symbolisme judéo-chrétien, ce qui peut occasionner quelques tics nerveux aux agnostiques ou aux païens. Pour en appeler aux archanges, à Dieu tout puissant et aux Sephiroth, il faut un minimum adhérer à ce corpus de croyances qui mêle kabbale juive et cabale chrétienne. Ensuite, j’ai beaucoup de tendresse pour Empédocle, mais le parti-pris consistant à envisager la matière comme composée de quatre éléments me semble un tantinet poussiéreux. Or le quaternaire Elémental se dessine nettement derrière celui des directions. Symboliquement, ça peut fonctionner – et ça fonctionne généralement bien, mais une fois de plus, il faut y adhérer un minimum.

Je suis donc toujours surprise de retrouver le LBRP à peine modifié dans des traditions aussi éloignées des préoccupations monothéistes que la Wicca ou autres formes de paganismes. Surprise également que la plupart des auteurs qui l’adaptent se content de remplacer au cas par cas tel ou tel élément, sans modifier ni même en interroger la structure générale pour en tester les adéquations avec leur système. On en arrive ainsi parfois à des perles qui mériteraient de figurer dans le bêtiser de l’occulte, comme cette variante luciférienne faisant cohabiter sans sourciller le signe de croix, la classique adresse à la gloire d’Adonaï, avec des renversements aléatoires de symboles (le pentagramme est tracé à l’envers, la lumière sort ou lieu d’entrer) quelques cohortes démoniaques et cette pauvre Babalon réchappée du thélémisme. Après s’être attrapé les parties génitales en criant Malkuth, le mage conclue sur :

« Devant moi Lucifer ; Derrière moi Shaitan ; À ma main droite Belial ; À ma main gauche Leviathan ; Devant moi brûle le pentagramme, Et dans les piliers rayonne l’étoile à sept branches de Babalon ! » [2].

Je vous ai épargné la retranscription intégrale, mais d’ores et déjà, on sait que l’adepte a le Royaume dans les testicules, d’où l’on peut déduire, étant donné la cohérence du truc, qu’il risque d’avoir le reste de la cérémonie placée symétriquement.

Équivalences du LBRP

Les différentes traditions comportent toutes des éléments venant remplir les fonctions énumérées plus haut. La plupart sont cependant moins économiques que le ‘tout-en-un’ de la Golden Dawn.

Le magicien peut ainsi choisir de commencer par un mode de purification quelconque de son corps et de son esprit (comme un bain rituel), puis de nettoyer l’espace (par le son, l’encens, ou l’huile de coude et le balai), avant d’ouvrir la cérémonie par une parole ou un signe (déclaration d’ouverture dans la langue choisie, coup de gong, etc.). La création du microcosme magique se fera, quant à elle, par la mise en place d’objets représentant le monde matériel (souvent par le traditionnel quatuor : coupe, bougie, bol de terre ou pentacle d’autel et encens) et/ou par des rites surmarquant les points cardinaux ; la protection se fera par le dessin d’un cercle ou de tout autre signe figurant une enceinte.

On trouve ainsi dans le corpus magique de la Wicca des variations autour de ce type d’ouverture du cercle :

« Dans un premier temps, après la purification de votre propre corps par un bain, il vous faudra purifier également l’espace que vous aurez choisi à l’aide du balai. Imaginez que ce geste chasse au loin les énergies négatives.

Tracez votre cercle dans le sens des aiguilles d’une montre avec de la craie ou de la farine. Puis vous saluez vers l’Est et dites en allumant l’encens : ‘J’invoque la présence du gardien de la tour de l’Est, qui garde les cieux et gouverne l’air. Nous t’invitons à te joindre à notre célébration et à nous prodiguer tes influences bénéfiques.’

Tournez-vous ensuite vers le sud, saluez, allumez la bougie et dites : ‘J’invoque la présence du gardien de la tour du Sud qui garde le feu sacré et qui gouverne cet élément. Nous t’invitons à te joindre à notre célébration et à nous prodiguer tes influences bénéfiques.’

Tournez-vous vers l’Ouest et dites, tout en aspergeant cette direction de quelques gouttes d’eau : ‘J’invoque la présence du gardien de la tour de l’Ouest qui garde les eaux sacrées et qui gouverne cet élément. Nous t’invitons à te joindre à notre célébration et à nous prodiguer tes influences bénéfiques.’

Vous terminerez en saluant au Nord, tout en saupoudrant cette direction avec du sel : ‘J’invoque la présence du gardien de la tour du Nord, qui garde la terre et gouverne cet élément. Nous t’invitons à te joindre à notre célébration et à nous prodiguer tes influences bénéfiques.’

Ceci étant fait, faites sonner la cloche. »

Hormis l’absence d’exercice de centrage, on retrouve les fonctions décrites pour le LBRP : purification du lieu et du pratiquant, création d’un microcosme magique en « plaçant » les Gardiens et les Éléments, protection par le cercle et geste symbolique de rupture avec le quotidien – la cloche.

À présent, j’attends vos contributions (ici ou sur le forum La Lanterne).

Note sur les rituels de Bannissement, Melmothia 2009

Dans les mêmes eaux...

Nouvelle version de KAosphOruS, le WebZine Chaote francophone.Ce projet est né en 2002 suite à une discussion avec un ami, Prospéro, qui fut à la source d’Hermésia, la Tortuga de l’Occulte. Le webzine alors n’était pas exclusivement dédié à la Magie du Chaos, mais après la disparition de son fondateur, il a évolué vers la version que vous pouvez aujourd’hui lire.L’importance de la Chaos Magic(k) ou Magie du Chaos grandit au sein de la scène magique francophone. Nous espérons apporter notre clou au cercueil… Melmothia & Spartakus FreeMann

  1. Sheogorath

    Alexandre Moryason explique très bien ce rituel dans son livre « La Lumière sur le Royaume ».

    Il dit que c’est un rituel qui agit principalement sur la structure astrale par le biais de l’élément terre, et le rituel peut s’effectuer en appel ou en renvoi.

    Tracer le pentagramme pointe en bas, justement, a pour effet de « densifier » le corps astral. C’est pour cette raison que l’on pourrait parler de « Magie Noire ».

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Shares
Share This